Vie chretienne Cosmos Arts Engin de recherches Plan du site

Samizdat

Une simulation par ordinateur du Déluge





Paul Gosselin

Chaînes de montages et fosses abyssalesLes créationnistes ne sont pas un groupe uniforme. Par exemple, en ce qui a trait aux mécanismes qui ont provoqué le Déluge décrit dans le livre de la Genèse, diverses approches ont été avancées. En général, on affirme que ce Déluge a couvert toute la terre et qu'un grand nombre d'espèces (de plantes et d'animaux) sont disparus dans la période qui a suivie cet événement. Tous affirment que la majorité des roches sédimentaires couvrant la surface terrestre furent déposées lors de cet événement et que les strates représentent non pas des époques géologiques distinctes mais des environnements écologiques différents, habités par des organismes différents. Évidemment, puisque les organismes marins ne furent pas embarqués sur l'Arche, un certain nombre d'entre eux disparurent au cours du Déluge lui-même. Par exemple, on considère qu'en général les dinosaures ne sont pas disparus au moment du Déluge, mais dans les siècles qui suivirent et ceci à cause des changements majeurs de climat et d'environnement causés par le Déluge qui ont affecté à la fois leur alimentation et leur métabolisme.

Cette note aborde surtout la théorie des hydroplaques (Hydroplate theory) par Walt Brown, (doctorat en génie mécanique à MIT). Au cours de 21 de service dans l'aviation américaine Brown a été directeur de Benet Research, Development, and Engineering Laboratories à Albany, New York, tenured associate professor à la U.S. Air Force Academy et directeur des Science and Technology Studies au Air War College. Pendant très longtemps il a été évolutionniste, mais après des années d'études il est devenu convaincu de la validité de la thèse de la Création et du Déluge global.

La théorie des hydroplaques affirme qu'avant le Déluge, environ 50% de l'eau des océans actuels était contenu alors dans des sources souterraines, une nappe phréatique immense située à environ 16km sous la surface. Un seul supercontinent aurait couvert la surface de la terre, où on retrouvait aussi quelques petites montagnes et de petits océans. La théorie des hydroplaques réfère à un verset obscure dans la Genèse (Gen 7:11). La Bible donne deux sources pour les eaux du Déluge. "L'an six cent de la vie de Noé, le second mois, le dix-septième jour du mois, en ce jour-là toutes les sources du grand abîme jaillirent, et les écluses des cieux s'ouvrirent" (Gen 7:11). La théorie des hydroplaques situe donc le grand abîme sous la croûte terrestre. Bien que cette théorie postule des conditions antédiluviens fort différents de celles qui prévalent actuellement, ces conditions fournissent justement alors une explication plausible pour une innodation couvrant toute la surface de la Terre. Si par contre on postule un monde semblable à celle qui existe actuellement, même la fonte complète des calottes glacières risque de ne pas fournir assez d'eau pour couvrir toute la surface de la Terre.

Le fichier offert ici donne aussi accès à une simulation par ordinateur et permet de donner une idée de la violence du Déluge tel que décrit dans le livre de la Genèse. La théorie des hydroplaques jette une lumière intéressante sur l'origine des chaînes de montagnes et des fosses abyssales. Il postule que le Déluge fut provoqué par une pluie de météorites. Cette animation est tirée d'un documentaire portant le titre "The Search for Noah's Ark".

D'autres modèles du Déluge.
Le modèle le plus ancien proposé par les créationnistes modernes est le modèle hydraulique avancé par Henry M. Morris et John Whitcomb. Cette approche implique un Déluge universel avec de l'activité volcanique importante. Le modèle hydraulique impliquait aussi un climat antédiluvien tropical, causé par une canopée de vapeur d'eau au-dessus de l'atmosphère. Bon nombre de fossiles en régions arctiques attestent l'existence d'un tel climat. Par exemple, on retrouve des fossiles de metasequoias à Axel Hieberg dans l'arctique canadien, des plantes tropicales dans le charbon de l'Antarctique et des traces d'Iguaunodon à Spitsbergen. À 1 300 km du pôle nord, aujourd'hui Spitsbergen n'est plus une destination vacances tropicale. Une telle canopée existe au-dessus de la planète Vénus et augmente beaucoup la température à la surface.

Une autre approche porte le nom théorie de la tectonique des plaques de la croûte terrestre (en anglais: "Crustal Plate Tectonics" ou CPT), avancée par John Baumgardner, affirme que le Déluge a impliqué non seulement une masse d'eau couvrant toute la surface terrestre, mais, au même moment, des mouvements massives de plaques immenses de la croûte terrestre, provoqué possiblement par la chute de météorites ou de comètes. Il suffit de penser aux impacts sur la planète Jupiter de la comète Shoemaker-Lévi pour se faire une petite idée de l'énergie libérée par de tels événements. La CPT implique aussi une dérive des continents, mais sur une échelle de temps beaucoup plus courte que celle admise par les évolutionnistes. La CPT n'admet pas les hydroplaques, ni des réserves d'eau immenses sous la croute terrestre. D'autres créationnistes explorent les implications des hypercanes, ou hyper-ouragans très violents et leurs effets d'érosion extrême.

Questions abordées par l'animation.

    1. Est-ce qu'il y a eu, dans le passé, un Déluge Global, sur toute la terre?
    2. Si tel est le cas, d'où est venu l'eau de ce Déluge et où est-il allé par la suite ?

Ce fichier comporte donc une brève explication et animation par ordinateur de la théorie des hydroplaques (Hydroplate theory) et une description des événements physiques du Déluge décrit dans le livre de la Genèse. On peut obtenir de plus amples détails sur la théorie des hydroplaques (en anglais uniquement) sur le site du Center for Scientific Creation. Voir aussi The Hydro-Plate Theory and The Great Flood, Walt Brown (2010).



Animation - 7Mb Quicktime
Taille: 7Mb
Langue: anglaise
Format: 240 X 180 pixels (Quicktime, .mov)
cliquez sur l'image pour télécharger
Qualité vidéo/audio: moyenne