Vie chretienne Cosmos Arts Engin de recherches Plan du site

Samizdat

Le syncrétisme évolutionniste:
une critique de BioLogos.





Lita Cosner (Creation.com 2010)

BioLogos, fondée en 2007 et financée par une subvention de l'évolutionniste théiste Templeton Foundation, déclare sur sa page d'accueil qu'elle "explore, promeut et célèbre l'intégration de la science et de la foi chrétienne." Mais de leur propre aveu, ils n'offrent rien de spécifiquement chrétien; leur article "Sur quelles bases peut-on prétendre que le Dieu chrétien est le Créateur?" dit: "L'histoire de la création de BioLogos est compatible avec de nombreuses traditions religieuses. Musulmans, juifs et chrétiens peuvent aligner leur foi avec le récit de BioLogos de nos origines, et il n'y a aucun moyen de donner une preuve scientifique pour une foi monothéiste plutôt qu'une autre."

En effet, ils réussissent dans leur quête d'ambiguité; sur l'ensemble du site, il y a très peu d'articles spécifiquement chrétiens, et la plupart d'entre eux proviennent de collaborateurs extérieurs. Mais ils prétendent que tous leurs membres sont des évolutionnistes théistes chrétiens, donc en ce sens ils sont un groupe chrétien professant. Mais leur embrassement de la science évolutionniste et certains de ses effets logiques sur la théologie chrétienne sont tels qu'ils deviennent des syncrétistes[2] - comme la façon dont les gnostiques ont fait le syncrétisme[3] du christianisme et la philosophie grecque, et l'Église catholique romaine à l'époque de Galilée avec la physique aristotélicienne.

Francis Collins, médecin-généticien américain, fondateur de la Fondation BioLogos. (Compilation d'images depuis istockphoto et wikipedia.org)


La science évolutionniste... oh, et la foi aussi

Il est intéressant d'opposer le ton sur le site lors de la discussion de la Bible et le ton utilisé lors de la discussion de la science, en particulier l'évolution. Dans le premier, des phrases évasives comme "on peut arguer que," "BioLogos est compatible avec l'idée que", et d'autres expressions conçues pour donner l'impression qu'ils prennent position quand ils se tordent vraiment de toutes les manières possibles pour éviter de prendre position sur un enseignement positif de l'Écriture sur leur science, qui est leur autorité ultime. Si cela est caractéristique de tous leurs écrits, on peut conclure que cela montre simplement qu'ils ne sont pas seulement des adeptes du compromis, mais qu'ils manquent réellement de courage ou de fortitude pour défendre la Bible. Cependant, ils n'hésitent pas à faire des déclarations définitives sur l'évolution et la science. Ces extraits de deux  articles de BioLogos illustrent bien la différence de langage. Extrait de "Qu'est-ce que l'évolution?":

Plusieurs se demandent encore pourquoi les changements macroévolutionnaires[4] n'ont jamais été observés. La réponse simple, comme le dit Darrel Falk, est que nous n'avons pas regardé assez longtemps. Les types de mutations génétiques qui conduisent finalement à des changements macroévolutionnaires sont rares, ce qui explique la lenteur du développement évolutif. Le temps que nous avons passé à observer la nature n'est qu'une infime partie de l'échelle de temps de l'évolution. De plus, le processus évolutif ne peut pas être accéléré par une sélection sélective au sein d'une espèce. Faire se reproduire des chiens avec des chiens, par exemple, entraînera principalement un remaniement de l'information qui est déjà présente dans les gènes canins de cette population. S'il y a un certain trait, comme la taille ou la couleur, qui est déjà présent dans les gènes, la sélection sélective ouvre la possibilité de rendre cette caractéristique plus répandue dans la population. Cependant, l'élevage sélectif n'accélère pas le taux de mutations génétiques qui surviennent dans chaque génération. Parce que ces nouvelles mutations sont rares, mais représentent des étapes nécessaires vers un changement évolutif, l'élevage sélectif n'accélérera pas le processus de macroévolution.[5]

Notez que le précédent était une déclaration définitive de la "science", bien que pleine d'équivoque ou de leurre - voir aussi  "A Parade of Mutants" - Pedigree Dogs and Artificial Selection. Mais maintenant, notez comment la "science" est le filtre dominant pour juger les Écritures - extrait de "Is there room in BioLogos to believe in miracles?"?

Compte tenu de l'incertitude quantique, la science ne peut expliquer ou même prédire le comportement exact à long terme des systèmes les plus complexes de la nature, et la météo est certainement l'un de ces systèmes. Il y aurait toujours de la place, du point de vue de la science, pour que Dieu ait provoqué un miracle scientifiquement indétectable en travaillant dans les détails les plus fins et les plus subtils de tout événement. Mais nous devons faire attention de ne pas porter cet argument au point d'insérer Dieu dans les nombreuses petites - et certaines pas si petites - lacunes de notre compréhension scientifique de la nature. Pour les processus qui sont susceptibles d'une explication scientifique ultime, appeler miracles de tels événements actuellement inexpliqués risque d'être une théologie du Dieu-des-lacunes.[6]

Si notre compréhension scientifique en constante amélioration peut pleinement expliquer les événements, comment pouvons-nous dire que Dieu a été impliqué dans ces événements? C'est le problème théologique central de l'action divine, une conversation animée dans la philosophie de la religion. Est-il possible que les lois de la nature soient ouvertes d'une manière qui permette une interaction divine, sans laisser de traces de lois naturelles brisées ou suspendues?

Nous sommes totalement d'accord pour ne pas invoquer les miracles dans la science opérationnelle. Mais là où la Bible déclare explicitement qu'un miracle s'est produit, incluant la Création, la Chute, le Déluge, Babel, les plaies d'Égypte, la conception virginale, les miracles et la Résurrection corporelle du Christ, ils ne devraient jamais être expliqués par la "science", car ils sont des cas d'ajout de Dieu "aux lois naturelles".

Loin d'essayer simplement d'éviter un argument du dieu-des-lacunes, ils retirent complètement Dieu du tableau. S’il ne domine pas Sa Création et ne la supervise pas, et que leur science évolutionniste peut tout expliquer, alors à quoi sert un Dieu Créateur? Qu'en est-il des passages comme Colossiens 1:15-17?

Il est l'image du Dieu invisible, le premier-né de toute la création. Car en Lui ont été créées toutes les choses qui sont dans les cieux et sur la terre, les visibles et les invisibles, trônes, dignités, dominations, autorités. Tout a été créé par Lui et pour Lui. Il est avant toutes choses, et toutes choses subsistent en Lui.


Une faible, très faible vue de l'autorité des Écritures

Le point de vue de BioLogos sur l'Écriture est probablement mieux résumée par cette citation d'un article du contributeur (qui s’affiche évangélique) Peter Enns,: "La plupart des chrétiens comprennent que, même si la Bible suppose une certaine façon de regarder le cosmos, d'un point de vue scientifique la Bible est dans l'erreur. Et c'est très bien ainsi [italiques d’Enns]".[7] Enns avait déjà quitté le (ou a été démis du) Westminster Theological Seminary en raison de son livre Inspiration and Incarnation: Evangelicals and the Problem of the Old Testament qui a attaquait l'inerrance biblique (voir un examen approfondi par Dr Don Carson).

«Dans le cas de Christ, il y avait filiation humaine, mais le Saint-Esprit a couvert de Son ombre l'événement (Luc 1:35), assurant un Christ sans péché; dans le cas des Écritures il y avait la paternité humaine, mais le Saint-Esprit a supervisé les écrivains (2 Pierre 1:21), assurant une parole inerrante. - Paul (pas Pierre!) Enns.Et les gens de BioLogos sont très conscients que ce ne sont pas uniquement les chapitres 1-11 de la Genèse qui sont en jeu. "Pour Paul, Adam semble certainement être la première personne créée à partir de la poussière, et Ève a été formée à partir de lui." C'est-à-dire que les créationnistes ont toujours eu raison à propos de ce que Le Nouveau Testament enseigne sur la Genèse. Mais "ignorer les preuves scientifiques et archéologiques[8] n'est pas une option" dans leur esprit, alors Paul avait simplement tort.[9] En fait, Enns dit que le rejet du christianisme est une option plus viable que de prendre le récit de la Bible de la création au pied de la lettre! Il dit qu'une véritable synthèse du christianisme et de la science "appelle à une réorientation de ce que les lecteurs avertis de la Bible attendent de la Genèse ou de Paul sur la question des origines."[10]

Selon eux, ce n'est pas un problème pour les chrétiens parce que l'Écriture, comme Jésus, est à la fois humaine et divine. Le croyant chrétien orthodoxe serait d'accord que Jésus est humain et divin, et le croyant peut croire à peu près la même chose à propos des Écritures ayant des composantes divines et humaines, mais BioLogos utilise cela comme une sorte de double langage - une façon d'excuser les supposées erreurs de Jésus en science en impliquant que Sa partie humaine était faillible. La comparaison entre le Christ et l'Écriture est juste, mais ils tirent une conclusion éloignée à 180° de la vérité. Un autre Enns, Paul, a tiré la bonne conclusion:

Il y a, en fait, une corrélation entre les deux aspects de la révélation spéciale: l'Écriture peut être appelée la Parole vivante, écrite (Hébreux 4:12), tandis que Jésus-Christ peut être désigné comme la Parole vivante, incarnée (Jean 1:1, 14). Dans le cas de Christ, il y avait filiation humaine [seulement maternelle], mais le Saint-Esprit a couvert de Son ombre l'événement (Luc 1:35), assurant un Christ sans péché; dans le cas des Écritures il y avait la paternité humaine, mais le Saint-Esprit a supervisé les écrivains (2 Pierre 1:21), assurant une parole inerrante. La Bible présente avec exactitude la révélation spéciale de Jésus-Christ.[11]

Bien que la Bible soit une collection de livres, dans son message et son autorité, elle est considérée comme un seul livre, parce que ses livres ne peuvent être séparés les uns des autres. Ils pointent tous vers la grande image de la Bible - l’Évangile même de Christ et Son œuvre rédemptrice. Les livres de la Bible enregistrent l'histoire, de même, ses déclarations sur l'histoire ne peuvent être séparées de ses enseignements spirituels. Plus que cela, ses enseignements spirituels dépendent de la véracité des déclarations sur l'histoire.

Mais puisque BioLogos tire des conclusions erronées, ils arguent que la Bible se trompe sur les origines, puis attribuent cela à la culture ignorante de l'âge du bronze de l'époque, qui ne pouvait sans doute pas savoir que la Terre a des milliards d'années et que nous avons en réalité évolués à partir d'ancêtres semblables à des singes qui étaient eux-mêmes finalement descendus du limon primordial.

Mais alors, est-ce que nous attribuer la Résurrection à la culture ignorante et superstitieuse du premier siècle qui ne pouvait pas savoir que les morts ne ressuscitent pas? Après tout, ils soutiennent que Paul était autant dans l'erreur à propos de la création que Moïse l'était (ou la cohorte des prêtres dont l'écriture a été attribuée à Moïse, selon la théorie libérale JEDP).

Jésus était dans l'erreur! - BioLogos

«Si Jésus, en tant qu'être humain fini, a erré de temps à autre, il n'y a aucune raison de supposer que Moïse, Paul, Jean ont écrit l'Écriture sans erreur. Au contraire, il est sage de supposer que les auteurs bibliques se sont exprimés en tant qu'êtres humains écrivant dans la perspective de leurs propres horizons finis, brisés." - L'évangélique professant Kenton Sparks, BioLogos.11Mais quand ils parlent finalement de Jésus, c'est pour dire que si nous voulons éviter le docétisme[12] nous devons reconnaître qu'Il n'avait pas la connaissance parfaite; Il était juste un homme de Son temps. Et ils ont la même vue de l'Écriture: "Si Jésus, en tant qu'être humain fini, a erré de temps à autre, il n'y a aucune raison de supposer que Moïse, Paul, Jean ont écrit l'Écriture sans erreur. Au contraire, il est sage de supposer que les auteurs bibliques se sont exprimés en tant qu'êtres humains écrivant du point de vue de leurs propres horizons finis, brisés."[13]

Mais BioLogos fait l'erreur égale de l'ébionitisme, qui nie la divinité du Christ; leur point de vue est essentiellement une perspective ébionite de l'Écriture. Bien sûr, Jésus était certainement pleinement humain, mais Il était l'unique homme sans péché qui était aussi pleinement divin.

Et c'est là que réside le problème - Jésus a dit, "Si vous ne croyez pas quand Je vous ai parlé des choses terrestres, comment croirez-vous quand Je vous parlerai des choses célestes?" (Jean 3:12) Il n'est donc pas surprenant que BioLogos critique la morale biblique ainsi que l'histoire biblique.[14] Mais Jésus loua même des passages "sévères" de la Loi: "Si un homme quelconque maudit son père ou sa mère, il sera puni de mort; il a maudit son père ou sa mère: son sang retombera sur lui." (Lévitique 20:9). (Ceci est différent de la question de savoir si cette loi s'applique à ceux d'aujourd'hui qui ne sont pas signataires de l'alliance sinaïtique - voir Consommer des crustacés est-ce toujours une abomination?) Et Jésus a loué de nombreux enseignements de l'Ancien Testament que les sceptiques aiment à moquer - voir Jésus Christ sur l'infaillibilité de l'Écriture.

Mais peu importe ce que Jésus a dit de toute façon parce qu'Il était dans l'erreur à propos d'autres choses quand il s'agissait de "science" (voir la section suivante "Jésus était dans l'erreur") selon les défenseurs de BioLogos. Mais un problème est de savoir laquelle des paroles de Jésus devrions-nous accepter, et qui décide? Peut-être que le Deuxième Plus Grand Commandement, "Tu aimeras ton prochain comme toi-même" est aussi erroné, parce qu'Il citait Lévitique 19:18: "Tu ne te vengeras point, et tu ne garderas point de rancune contre les enfants de ton peuple. Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Je suis l’Éternel."

Bien sûr, si quelqu'un suggère que Jésus a fait des erreurs, alors il est logique de suggérer qu'Il n'était pas divin. Si on ne croit pas que Jésus était divin, est-on vraiment chrétien? Parce que si Jésus n'était pas entièrement divin, même dans la chair humaine, alors Son sacrifice humain terrestre ne pouvait pas racheter les péchés de l'humanité. L'Écriture est claire. Quand vous regardez Jésus, vous voyez Dieu, pleinement dans la chair. Hébreux 1:3 dit:

Qui, étant le reflet de Sa gloire et l'empreinte de Sa personne, et soutenant toutes choses par Sa parole puissante, a fait la purification des péchés et s'est assis à la droite de la majesté divine dans les lieux très hauts.

Les errantistes bibliques sur Biologos confondent plusieurs concepts:

L'adaptation à la finitude humaine vs l'accommodation à l'erreur humaine: la première n'implique pas la dernière. Une mère pourrait dire à son enfant de quatre ans "tu as grandi dans mon ventre" - ce n'est pas faux, mais un langage simplifié au niveau de l'enfant. Inversement, "la cigogne t'a apporté" est une erreur pure et simple, et si elle est connue pour être une erreur, un mensonge. De même, Dieu, l'auteur de la vérité, a utilisé des descriptions simplifiées (par exemple en utilisant la terre comme cadre de référence, comme le font les scientifiques modernes) et des anthropomorphismes, mais jamais d'erreur.

La limitation vs le malentendu: alors que la deuxième personne de la Trinité était incarnée en Jésus de Nazareth, Il limita volontairement Son omniscience (Phil 2:5-11). C'est-à-dire que dans Son humanité, Il ne savait pas tout. Mais cela n'implique pas qu'Il Se soit trompé sur tout ce qu'Il a dit. Toute compréhension humaine est finie, mais cela n'implique pas que toute compréhension humaine soit errante. Aussi, ce que Jésus a prêché, Il l'a proclamé avec autorité absolue (Mt 24:35, 28:18), parce qu'il parlait avec la pleine autorité de Dieu le Père (Jean 5:30, 8:28), qui est toujours omniscient. Donc, si ces théologiens BioLogos souhaitent maintenir cette accusation que Christ S'est trompé à cause de Son humanité, ils doivent logiquement aussi accuser Dieu le Père d'erreur. Pire encore, puisque le Père, dans Son omniscience, saurait que c'est une erreur, ils l'accusent en réalité de S'impliquer dans la propagation de mensonges.

«Mais l'Écriture est tout sauf muette sur la Genèse...Puisque Jésus est le fondateur de la foi, on se demande quoi faire de Ses propres paroles en Marc 10:6 lorsqu'on l'interroge sur le mariage quand Il dit: "Mais au commencement de la création, Dieu fit l'homme et la femme." Et quand Il Se réfère à Adam et Ève en tant que base fondatrice et historique du mariage, Il ne voulait évidemment pas dire que le commencement était un big bang évolutionnaire il y a 14 milliards d'années. Donc, selon les standards de BioLogos, Jésus aurait également tort. Mais ils évitent la question en ignorant volontairement l'enseignement de Jésus sur la Genèse. Enns dit, "Après Genèse 5:3, Adam est mentionné ailleurs dans l'Ancien Testament seulement dans la généalogie en 1 Chroniques 1:1. ... Dans le Nouveau Testament, Adam apparaît dans deux contextes généalogiques, Luc 3:38 et Jude 14. Les seuls endroits dans la Bible, autre que Genèse 2:5, où Adam est d'importance théologique sont Romains 5 et 1 Corinthiens 15, ... et 1 Timothée 2:13, où Paul aborde le rôle des femmes dans les affaires d'église." Il semble désorienté par ceci: "Après un silence scriptural virtuel sur le sujet dans les siècles intervenant depuis la Genèse, Paul fait soudain appel à Adam et le tient côte à côte avec Jésus." Mais l'Écriture est tout sauf muette sur la Genèse; le Nouveau Testament seul cite 60 fois Genèse 1-11. Un spécialiste de l'Ancien Testament comme Enns devrait savoir que l'on n'obtient pas une vue d'ensemble complète en faisant simplement une recherche de mots ou en cherchant des citations d'une certaine partie de l'Écriture; la Bible est pleine d'allusions qui remontent à une partie précédente de l'Écriture sans l'énoncer complètement.


La danse frénétique de l'apostasie

La participation de BioLogos à la conférence The Vibrant Dance of Science and Faith a suscité des interrogations. Chrétiens et athées se sont demandé ce que BioLogos faisait en partenariat avec Reasons to Believe de Hugh Ross, le Discovery Institute, et Dinesh D'Souza. Ross en particulier, avec son créationnisme progressif, prétend ne pas être un évolutionniste, et même à tort, sinon de manière trompeuse, accuse les créationnistes bibliques comme CMI de croire en une "hyper-évolution" parce que nous enseignons la spéciation rapide. Ses partisans devraient prendre note qu'il semble trop désireux de monter à bord avec n'importe qui qui souscrit à sa vue Vieille-Terre. Il est également intéressant de noter que de nombreux participants ont des points de vue qui s'excluent mutuellement sur les origines; les défenseurs du Dessein Intelligent, du créationnisme Vieille-Terre et de l'évolutionnisme théiste auraient de quoi être en désaccord.

Les chrétiens qui ont commenté la conférence ont tendance à souligner leur thème fédérateur de compromis ...

Les chrétiens qui ont commenté la conférence ont tendance à souligner leur thème unificateur de compromis[15] - tous croient au big bang et aux milliards d'années - à savoir l'évolution cosmologique et géologique - et beaucoup (mais pas tous) sont à l'aise avec une sorte d'évolution biologique. Le facteur commun unificateur est leur mépris pour le franc créationnisme biblique; tous les contributeurs ont écrit ou se sont exprimé contre le créationnisme Jeune-Terre d'une manière ou d'une autre. En fait, l'ordre du jour semble être de marginaliser les vrais créationnistes bibliques en prétendant que la majorité croit en une vieille Terre. Il a également été noté que BioLogos semble vouloir rallier les créationnistes Vieille-Terre non-évolutionnistes à leur camp évolutionniste théiste.

Les blogueurs athées ont jusqu'ici eu tendance à considérer le partenariat "raisonnable" de BioLogos avec des groupes "fondamentalistes" avec horreur:

Maintenant, autant que je sache, BioLogos prétend être anti-créationniste et anti-ID. Ils prétendent accepter pleinement les découvertes scientifiques qui, aux dernières nouvelles, ont soutenu l'évolution. Pourquoi ... [langage grossier] parrainent-ils une réunion qui inclut des conférenciers créationnistes [progressifs], mais essaye de montrer les interactions qui se renforcent mutuellement entre la science et la foi?[16]

Cependant, certains sont plus pragmatiques:

Je ne sais pas pourquoi Jerry [Coyne] et son équipe ne soutiennent pas BioLogos à ce sujet, ou du moins ne sont pas neutres. Les seules personnes qui peuvent même parler aux créationnistes (et plus important encore à leur public) et ont beaucoup de chance de les convaincre de la science dominante sont des gens qui (a) acceptent pleinement la théorie évolutionniste moderne, mais (b) sont des chrétiens évangéliques. Toute autre option transforme habituellement les choses en un débat sur le théisme vs. l'athéisme, et le public est forcé de choisir entre accepter la science et abandonner toute leur vision du monde, structure communautaire, système moral, etc.

Les évolutionnistes théistes, alias les créationnistes évolutionnistes (qui ne sont pas des créationnistes au sens commun du terme, c'est-à-dire qui nient l'évolution), embêtent probablement plus que les athées les défenseurs de l'ID et les créationnistes Vieille-Terre. Donc, si le but est de combattre les créationnistes, c'est ce que vous voulez.

BioLogos s'est consacré à changer les opinions du monde évangélique sur cette question, et pour ce faire, ils devront participer à des choses comme semblables.

Donc, de toute façon, ce qu'ils font est exactement le contraire de la promotion du fondamentalisme, étant un cheval de Troie pour l'ID, etcetera etcetera. [Caractères ajoutés par nous]15

Les commentaires de Darrell Falk, sur le blog de BioLogos, défendant l'implication de BioLogos dans la conférence sont révélateurs

La vérité, mise côte à côte avec des opinions fausses, prévaudra. Pourquoi ne voudrions-nous pas coparrainer un événement qui est conçu pour faciliter, peut-être pour la première fois, la prise en compte de la vision évolutionniste de la création à côté d'autres points de vue qui, à notre avis, ne sont pas solidement appuyés par des preuves?[17]

Alors, pourquoi ne pas avoir invité de créationnistes bibliques ("Jeune-Terre")? En réponse à un blog athée, Falk proclame:

BioLogos ne fournit aucun support financier pour ce meeting. Cependant, nous soutenons certainement le fait d'aider les pasteurs dans les églises évangéliques à voir que Hugh Ross a tort sur l'évolution et que la position anti-darwinienne du Discovery Institute est fondée sur de faux présupposés. Les deux groupes savent que c'est ce que nous pensons de leur travail, et nous avons été invités à présenter le côté pro-science [sic] de l'histoire.[18]

En d'autres termes, BioLogos se rend à la conférence pour essayer de persuader les autres adeptes du compromis qu'ils ont tort parce qu'ils ne font pas suffisamment de compromis! On se demande ce que les créationnistes progressifs Hugh Ross et Fazale Rana, qui rejettent l'évolution biologique et chimique, font à une conférence pleine d'évolutionnistes, partageant la scène avec des gens qui croient que la Bible est fausse et que Jésus a erré. Leur opposition au créationnisme biblique a-t-elle atteint le stade où ils sont prêts à se joindre aux évolutionnistes théistes contre leur opposant commun - les créationnistes bibliques Jeune-Terre?


Athées: "Nous ne sommes pas impressionnés!"

Certains des commentaires les plus révélateurs sur BioLogos proviennent des blogs athées:

«Par votre compromis, (A) vous ne les gagnez pas, mais (B) leur signalez qu'ils vous gagnent. Ils vont simplement vous attendre, jusqu'à ce que vous continuiez dans votre processus de larguer tout ce que le monde déteste à votre sujet en tant que chrétien. Après tout, s'ils peuvent vous amener à rejeter un chapitre aussi simple, le reste devrait être un jeu d'enfant. - Dan Phillips à BiologosLe vrai problème est que BioLogos n'a pas une ligne claire sur la science versus la religion, en disant que la science et la preuve solide et testée l'emportent sur la religion quand les deux sont en conflit. Une telle position est la seule position scientifique cohérente à prendre, mais elle met à la fois les littéralistes bibliques et les "modérés" dans le même panier, puisqu'elle s'oppose aux impossibles naissances virginales impossibles et à l'impossible revivification des cadavres autant qu'elle s'oppose à une terre vieille de 6 000 ans. Ainsi, BioLogos n'a pas de principe concret sur lequel s'appuyer lorsqu'il s'oppose à une lecture littérale de la Genèse, mais soutient une lecture littérale d'une histoire de naissance virginale.[19]

Un autre intervenant ouvertement apostat/athée s'est déchaîné:

Vous soutenez que la science ne peut pas démontrer qu'Adam, bibliquement dit être créé directement par Dieu, la source d'où tous les humains sont venus, n'a pas existé, mais elle peut démontrer qu'il n'existait pas de telle source en premier lieu?
... ouais, en quelque sorte ne pas y croire. Et j'aurais également noté la contradiction flagrante même dans les jours de la croyance biblique.
... Avez-vous déjà été fatigué de vous mettre en bretzel afin d'ignorer les implications logiques évidentes, et d'empêcher les autres de les noter?[20]

Une autre anti-chrétienne a posé ces questions:

Les gens sont-ils vraiment partisans de l'évolution s'ils ne l'acceptent pas comme un processus naturel? Les gens comprennent-ils vraiment la sélection naturelle s'ils pensent que Dieu est en train de zapper sur des mutations ou a un plan pour que les humains finissent par évoluer? Pourquoi est-ce que notre tactique implique que les gens préservent leurs croyances religieuses (qui sont fondées sur la foi), mais qu'ils façonnent la science (qui est fondée sur des faits) pour qu'elle corresponde à leur vision du monde? En fait, ce devrait être l'inverse. La religion devrait s'adapter à la science.[21]

Rien de nouveau ici vraiment. TH Huxley, David Hull, Jacques Monod et Richard Dawkins étaient également très peu impressionnés par les chrétiens qui nient ce que la Bible enseigne clairement (voir les articles liés).

Il n'est donc pas surprenant qu'un blogueur chrétien astucieux ait noté que BioLogos ait un effet diamétralement opposé à ce qu'elle veut:

Par votre compromis, (A) vous ne les gagnez pas, mais (B) vous leur signalez qu'ils vous gagnent. Ils vont simplement vous attendre, jusqu'à ce que vous continuiez dans votre processus de larguer tout ce que le monde déteste à votre sujet en tant que chrétien.

Après tout, s'ils peuvent vous amener à rejeter un chapitre aussi simple, le reste devrait être un jeu d'enfant.[22]


Pasteurs, dirigeants et même créationnistes avec des points de vue différents sur l'âge de la terre, méfiez-vous!

«Biologos est une religion syncrétiste qui ne prend plus l'Écriture comme son autorité; au contraire, ils tordent et déforment l'Écriture pour essayer de l'adapter à leur véritable autorité, l'évolution. Le résultat est une religion, mais ce n'est pas le christianisme.Nous avons affirmé à maintes reprises qu'une personne peut être sauvée et être évolutionniste. La position qu'on peut avoir sur les 11 premiers chapitres de la Genèse n'affecte pas si notre nom est dans le Livre de Vie. Mais le syncrétisme cohérent de BioLogos va au-delà de la "contradiction bénie" qui, selon nous, permet à une personne d'être un évolutionniste chrétien. Ils sont une religion syncrétiste qui ne prend plus l'Écriture comme son autorité; au contraire, ils tordent et déforment l'Écriture pour essayer de l'adapter à leur véritable autorité, l'évolution. Le résultat est une religion, mais ce n'est pas le christianisme. Comme Al Mohler, président du Southern Baptist Theological Seminary, l'a souligné dans une réponse à Karl Giberson, vice-président de Biologos :

Si l'intention de [Karl Giberson], dans son livre Saving Darwin, est de montrer "comment être chrétien et croire en l'évolution," ce que vous avez en fait réussi à faire, c'est de montrer combien le christianisme doit abandonner pour s'accommoder à l'évolution. En faisant cela, vous et vos collègues de Biologos nous rendez à tous un excellent service. Vous nous montrez ce que coûte l'acceptation de l'évolution, en termes de concessions théologiques.[23]

BioLogos démontre la fin logique du compromis concernant les origines; les "créationnistes progressifs" et les évolutionnistes théistes devraient prendre BioLogos comme un avertissement sur où une telle pensée peut aboutir.


[traduction: Fabrice Bect]


Notes*

[1] - biologos.org/questions/biologos-and-christianity, 2 septembre 2010.

[2] - Le syncrétisme est la tentative de concilier deux philosophies ou systèmes de croyance fondamentalement différents.

[3] - [NdW] Ou l’amalgame.

[4] - [NdW] le passage de la première cellule à TOUT le biosphères connue, incluant les espèces fossiles.

[5] - biologos.org/questions/what-is-evolution, 2 septembre 2010.

[6] - biologos.org/questions/biologos-and-miracles, 2 septembre 2010.

[NdW] Au cours des XVIIe et XVIIIe siècles, l’avancement de la science avait exposé certains aspects du monde physique qui échappaient encore à l’explication. Pour ces scientifiques dont la vision du monde était fortement imprégnée de christianisme, le réflexe naturel était de se référer à celui-ci pour suppléer aux carences de la science de l’époque. La solution fut d’invoquer le Dieu des lacunes. En somme, cela impliquait que si la science ne pouvait expliquer un phénomène, on supposait qu'une intervention divine directe devait en être la cause.

[7] - Enns, P., "Evangelicals, Evolution, and the Bible: Moving Toward a Synthesis," p. 1.

[8] - Bien sûr, nous ne préconisons pas d'ignorer la preuve, non plus; ce que l'on entend habituellement par de telles expressions, c'est "ignorer le consensus évolutionniste actuel sur la façon dont la preuve doit être comprise".

[9] - Enns, réf. 5, p. 4.

[10] - Enns, réf. 5, p. 5.

[11] - Enns, P., Moody Handbook of Theology, Chicago: Moody, p. 159, 1989. Le ch. 18 a un excellent traitement de l'inspiration et de l'inerrance.

[12] - L'hérésie qui nie l'humanité de Jésus et a dit qu'il avait seulement l’apparence d’un corps humain, du grec dokeo, paraître.

[13] - Sparks, K.,"After Inerrancy, Evangelicals and the Bible in the Postmodern Age, part 4" Biologos Forum, 26 juin 2010.

[14] - "After Inerrancy, Evangelicals and the Bible in the Postmodern Age, part 2" Biologos Forum, 10 juin 2010.

[15] - Tel que Morris III, H.M., "The Deceptive Dance of Compromise" Acts & Facts 39(8), 4–5.

[16] - "Biologos gets in bed with the fundies," Why Evolution Is True, 22 juillet 2010.

[17] - "I am the Lord of the Dance," said He," Biologos Forum, 10 août 2010.

[18] - Commentaire tiré du blog, réf. 14.

[19] - Commentaire tiré du blog, réf. 14.

[20] - Commentaire tiré du blog, réf. 14.

[21] - Religious accommodationism at Evolution 2010 Blag Hag, 26 juin 2010.

[22] - Phillips, D., "A Coda on the Week's Discussion" Pyromaniacs 26 juin 2010.

[23] - Mohler, A., "On Darwin and Darwinism: An Open Letter to Professor Giberson," AlbertMohler.com, 26 août 2010. Giberson avait publié un article abusif ad hominem sur le site libéral séculier Huffington Post.


* [NdW] = Note du webmestre


Voir aussi

Much Ado at BioLogos? (David Klinghoffer - Evolution News - 14/11/2017)