Vie chretienne Cosmos Arts Engin de recherches Plan du site

Samizdat

Des scientifiques évolutionnistes rétractent des résultats novateurs, laissant un trou dans la théorie.

"Dieu dit: Que la terre produise des animaux vivants selon leur espèce, du bétail, des reptiles
et des animaux terrestres, selon leur espèce. Et cela fut ainsi." Genèse 1:24





ADNAdam Eliyahu Berkowitz - décembre 2017


Un biologiste de Harvard a publié un article il y a trois semaines rétractant un article précédent et admettant que ses croyances préconçues l'ont conduit à des conclusions erronées, lui laissant un trou béant dans ses conclusions que les théories évolutionnistes actuelles ne peuvent tout simplement pas expliquer.

Dans un article publié en 2016 dans Nature Chemistry, Jack Szostak, lauréat du prix Nobel et professeur de génétique à la Harvard Medical School, a fait une découverte qu'il a qualifiée de "tour de force synthétique". Il a affirmé qu'il avait découvert un moyen pour l'acide ribonucléique (ARN) de se répliquer. Sa découverte a été une preuve puissante pour le modèle évolutionniste du début de la vie.

L'acide ribonucléique (ARN) est nécessaire à la production d'enzymes, c'est donc un élément essentiel pour toutes les formes de vie. La théorie évolutionniste affirme que l'ARN était parmi les premières molécules à se développer et que l'ARN devait exister pour que la vie existe. L'ARN, tel qu'il se trouve aujourd'hui dans les cellules, est une molécule complexe et instable qui nécessite la reproduction de ses propres enzymes. Pour que le premier ARN se soit développé à un stade pré-biotique de l'histoire du monde, il aurait dû être auto-reproduisant, existant sans ces enzymes déjà en place.

Résoudre ce casse-tête d'ARN, identique à l'énigme du poulet et de l'œuf, est si essentiel au modèle évolutionniste que les chercheurs y travaillent depuis plus de 50 ans.

Szostak a prétendu avoir facilité l'auto-réplication de l'ARN dans son laboratoire sans ces enzymes, prouvant que l'ARN pouvait s'intégrer dans le modèle évolutionniste et n'apparaissait pas spontanément. Son expérience consistait à combiner des éléments supposés exister dans l'environnement de la terre primordiale, incluant la chaleur, l'eau et les phosphates, et à irradier le résultat. Ces conditions de laboratoire sont destinées à ressembler à celles de la "petite mare chaude" qui serait à l'origine de la vie, supposée par Charles Darwin, qui théorisait que l'étang "s'évaporait, chauffait, puis il pleuvait et le soleil brillait."

"Les ribonucléotides sont simplement une expression des principes fondamentaux de la chimie organique," déclaré le chimiste organique John Sutherland de l'Université de Manchester, co-auteur de l'étude originale. "Ils le font inconsciemment. Les instructions pour qu'ils le fassent sont inhérentes à la structure des matériaux précurseurs. Et s'ils peuvent s'auto-assembler si facilement, peut-être qu'ils ne devraient pas être considérés comme compliqués."

Il semble que les origines de la vie sur terre sont un peu plus compliquées que ne le pensaient les chercheurs. Plus tôt ce mois-ci, Tivoli Olsen, un collègue, a essayé de reproduire les résultats de Szostak mais n'a pas réussi. Szostak a admis que ses résultats n'étaient pas concluants.

"Rétrospectivement, nous avons été totalement aveuglés par notre foi [dans nos conclusions] ... nous n'avons pas été aussi prudents ou rigoureux que nous aurions dû l'être (et comme Tivoli l'a été) pour interpréter ces expériences," a déclaré Szostak à Retraction Watch.

Sans être capable de produire de l'ARN en laboratoire en l'absence des enzymes nécessaires, la théorie de l'origine de la vie de la "petite mare chaude" ne fonctionne pas. Les processus chimiques produits en laboratoire n'ont pas, en fait, produit les éléments de construction nécessaires à la vie.

Szostak dit qu'il prévoit de continuer à travailler pour démêler "le problème de l'ARN répliquant chimiquement:"

"Bien que nous soyons déçus que cette approche ne fonctionne pas, nous retournons à la planche à dessin et cherchons d'autres moyens de surmonter cet obstacle," a déclaré M. Szotak.

Le Dr Gerald Schroeder, un physicien juif orthodoxe, a expliqué les difficultés présentées par le puzzle de l'ARN pour la théorie évolutionniste des origines de la vie.

"L'ARN est phénoménalement instable et ne durerait pas assez longtemps pour que la myriade d'interactions possibles de molécules produise des résultats similaires à ceux de la vie et des cellules," a déclaré le Dr Schroeder à Breaking Israel News. "L'ARN aurait disparu depuis longtemps. L'ADN est la bibliothèque génétique, mais l'ARN est le bourreau de travail qui rend la vie possible."

"La science évolutionniste n'a rien prouvé sur les origines de la vie," a déclaré le Dr Schroeder. "Pour soutenir la vie, la terre est la plate-forme parfaite. L'origine est une question entièrement différente."


Traduit par Fabrice Bect, article original, BreakingIsraelNews


Articles connexes

Evolutionist retracts key study on origin of life: Scientists' attempts to find the 'spark of life' keep coming up short. (Lynde Langdon - WND - 21/12/2017)

Jia, T. Z. et al. (2016) Oligoarginine peptides slow strand annealing and assist non-enzymatic RNA replication. Nature Chemistry. 8 (10): 915-21. DOI: 10.1038/NCHEM.2551.