Plan Cosmos Arts Engin de recherches Plan du site

Samizdat

La Charia postmoderne s'installe au Canada.




Paul Gosselin 2020

Allo,

Éternel, que ta miséricorde vienne sur moi, ton salut selon ta promesse! Et je pourrai répondre à celui qui m’outrage, car je me confie en ta parole. N’ôte pas entièrement de ma bouche la parole de la vérité! Car j’espère en tes jugements. Je garderai ta loi constamment, à toujours et à perpétuité. Je marcherai au large, car je recherche tes ordonnances. Je parlerai de tes préceptes devant les rois, et je ne rougirai point. (Ps. 119 : 41-46)



Récemment un contact catholique m’a filé une note où il était question d’une pétition contre le Projet de loi S-202, c'est-à-dire un projet de loi proposé par le sénateur (libéral) Serge Joyal au Parlement canadien qui rendrait ILLÉGAL toute forme de «thérapie de conversion» ou geste d'aide à une personne LBGT qui désirerait sortir de ce style de vie. Le texte de ce projet de loi se trouve ici:

PROJET DE LOI S-202 : Loi modifiant le Code criminel (thérapie de conversion)

Et S-202 a déjà franchi l’étape de la première lecture le 10 déc 2019[1]. Le sommaire de ce projet de loi dit ceci :

Le texte modifie le Code criminel afin d’ériger en infraction la publicité de services de thérapie de conversion offerts moyennant rétribution, ainsi que l’obtention d’un avantage matériel provenant de la prestation d’une thérapie de conversion à une personne âgée de moins de dix-huit ans.

Il est donc question dans cette loi de criminaliser des gestes de réorientation sexuels offerts contre paiement et visant des individus de moins de dix-huit ans. Si les catholiques se sentent visés par ce projet de loi canadien, il me semble que cela concerne BEAUCOUP plus encore les évangéliques pour qui la conversion est (normalement) un principe fondamental. Et le petit détail que les évangéliques ne doivent PAS oublier est que ce projet de loi n’est pas encore voté et d’ici là les restrictions et limites évoquées ci-dessus pourraient tous être biffés (et l’application de la loi élargie)…

Je constate que pour cette génération de leaders évangéliques, il peut être TRES tentant d’arriver (rapidement) à la conclusion que ce projet de loi ne nous concerne pas. En discussion avec quelques évangéliques à ce sujet, je constate que certains pensent que l’on peut rester silencieux sur cette question, car le projet de loi S-202 ne viserait pas vraiment les églises évangéliques ou l’Évangile, mais uniquement des thérapies psychomédicales finalement assez douteuses. Un contact évangélique fit ce commentaire:

En gros, je dis tout ça pour dire qu’en ce qui concerne les “thérapies de conversion de l’homosexualité à l’hétérosexualité”, je crois que ces thérapies, si elles se fondent sur l’idée erronée que l’homosexualité est une maladie clinique qui peut être guérie médicalement parlant, n’ont rien à voir avec l’Évangile. Si par les mots “thérapies” et “maladie”, on désigne plutôt les réalités de la sanctification et du péché, c’est une chose.

Mais tout est LÀ...

Car il y a lieu de penser que le sénateur Joyal qui prône cette loi “anti-thérapies de conversion” ne fera en AUCUN cas la distinction que l’on fait ci-dessus... Il est très douteux qu’une telle distinction intéresse nos élites postmodernes. J’en déduis donc que les allusions aux “thérapies de conversion pseudo-médicales à l’hétérosexualité” ne sont qu’un leurre et prétexte (et rien d’autre) et que le but véritable est d’étouffer l’annonce de l’Évangile (qui implique que TOUS sont pécheurs et doivent se repentir). Et nous ont seraient assez naïfs pour mordre à l’hameçon de ce prétexte des pseudo-thérapies et se culpabiliser et conclure qu’il vaut mieux laisser les homosexuels, etc. tranquilles ?? Il semblerait que les ennemis de l’Évangile dans cette génération ont très bien compris une chose, c'est-à-dire que les évangéliques sans l’Évangile véritable deviennent les gens les plus risibles et les plus pitoyables de la terre… Et autre détail dont il faut tenir compte c’est que les restrictions présentes dans la proposition du projet de loi S-202 (1] thérapie contre paiement, et 2] visant un individu de moins de 18 ans) peuvent être amendés, voir même éliminées avant que le vote final ait lieu.

Voici comment ce projet de loi définit la thérapie de conversion.

Définition de thérapie de conversion
286.‍6 (1) Au présent article, thérapie de conversion s’entend de pratiques, traitements ou services visant à modifier l’orientation sexuelle ou l’identité de genre d’un individu ou visant à éliminer ou réduire l’attirance sexuelle ou le comportement sexuel entre personnes de même sexe. Il est entendu que la présente définition ne vise pas le changement chirurgical de sexe ou tout service qui s’y rapporte.

À ce sujet un autre contact m’a fait les commentaires suivants sur cette phrase soulignée :

Le texte de présentation du contexte et des actes visés implique jusqu'à la simple attirance sexuelle ou un simple comportement sexuel occasionnel. Par exemple, un pasteur ne pourrait même pas questionner l'attirance et un comportement. Cela va beaucoup plus loin que ce qu'ils appellent l'identité sexuelle. Ils s'ingèrent jusque dans l' «attirance sexuelle» et le «comportement» occasionnel:

Et voici deux paragraphes très importants de ce projet de loi

Publicité de thérapie de conversion
(2) Quiconque fait sciemment de la publicité pour offrir une thérapie de conversion moyennant rétribution est coupable :
a) soit d’un acte criminel passible d’un emprisonnement maximal de cinq ans;
b) soit d’une infraction punissable sur déclaration de culpabilité par procédure sommaire.

Avantage matériel
(3) Quiconque bénéficie d’un avantage matériel, notamment pécuniaire, qu’il sait provenir ou avoir été obtenu, directement ou indirectement, de la prestation d’une thérapie de conversion à une personne âgée de moins de dix-huit ans est coupable :
a) soit d’un acte criminel passible d’un emprisonnement maximal de cinq ans;
b) soit d’une infraction punissable sur déclaration de culpabilité par procédure sommaire.

Il faut donc comprendre que ce projet de loi vise deux cibles. Le geste d’annoncer une thérapie de conversion est jugé un acte criminel (passible de prison) et le fait de profiter (de quelque manière) de la proposition d’une telle thérapie est aussi jugé criminel. Et dans ces deux paragraphes il faut noter qu’il n’est PAS question d’individus de moins de 18 ans… Et même si le projet de loi était admis tel quel, il faut considérer qu’un juge à l’esprit large, si on lui soumettait le cas d’un jeune d’une église évangélique qui, luttant avec une attirance vers son sexe et consultant un pasteur qui lui propose certains conseils pour l’aider à surmonter cette attirance et que l’on puisse prouver que ce jeune a appuyé financièrement son assemblée (avec reçus de charité comme preuve…) le juge pourrait déterminer qu’un tel cas mérite une sanction criminelle sous le projet de loi S-202…

Au sujet du paragraphe (2) mon deuxième contact observe :

Le paragraphe (2)  sur l'interdiction de publier une thérapie de conversion VISE TOUTE PERSONNE CIBLÉE PAR UNE TELLE ANNONCE, qu'elle soit mineure ou majeure. Il est défendu de promouvoir publiquement l'idée d'une délivrance ou guérison contre une certaine rétribution. Dans ce qui précède et forme un tout, il n'est pas question d'âge, mais de toute publicité (annonce? publication?), comme étant interdite et criminalisée.

Or, le terme assez vague de «publicité» pourrait être dans une éventuelle poursuite ou dénonciation être interprété au sens LARGE, au même titre que la publication d'un mariage dans l'église était considéré comme publique. «Publicité» pourrait à mon sens, s'appliquer à la publication dans une assemblée ou église (bulletin, babillard, annonce au micro, page web et même une brochure, prédication, enseignement, témoignage chrétien d'une personne délivrée, article, blogue, etc.), à des membres ou non-membres, public-cible de tout âge (selon le paragraphe (2) ). Car entre les paragraphes (2) et (3) de l'amendement, il faut entendre un «OU»; non pas un «ET». Or, la nouvelle des médias semblait dire que la criminalisation visait uniquement les actes envers les mineurs, contre rémunération. Dans les faits, il serait vraisemblablement interdit de publier, peut importe l'âge.

Et au sujet du paragraphe (3) mon deuxième contact observe :

Paragraphe (3) : La restriction de la rémunération en vue d'offrir la thérapie (ou l'aide) du paragraphe (3) vise les jeunes mineurs. AUTREMENT DIT, je crois qu'on vise non seulement  les églises et les thérapeutes chrétiens, mais tous les thérapeutes qui seraient consultés par un jeune qui demande de l'aide de sa propre initiative. AUCUN thérapeute, chrétien ou non, ne pourrait par exemple aider un jeune en détresse qui veut sortir de son attirance de même sexe après une soirée de consommations de drogues et des actes plus ou moins réfléchis, ou d'une SIMPLE ATTIRANCE (voir la première capture-écran plus haut), sans que ledit thérapeute soit à haut risque d'être coupable de violer le Code Criminel canadien. Autrement dit, aucun thérapeute laïc qui perçoit un revenu, ne va mettre sa tête sur la bûche pour aider un mineur suicidaire ou dépressif qui demande de l'aide, après un comportement troublant pour lui à 15 ans, une fois le Code criminel modifié.

La rémunération pour intervenir auprès du mineur peut être directe ou indirecte (ex. un don des parents à l'église?): 

Et mon deuxième contact conclut :

JE VOIS ICI : Une nouvelle prise en otage idéologique d'une jeunesse qui se cherche; dans un monde de sur-sexualisé et de libéralisation des drogues.

Effectivement, comme tu le disais ce dernier dimanche matin, le texte final adopté pourrait être épuré. Je crois par exemple, que la question de la rémunération pourrait être retirée, ce qui fait que sur une simple publicité, qui pourrait être interprétée au sens large pourrait alors suffire à criminaliser une intervention. Et la notion de publicité pourrait être élargie : une annonce dans l'assemblée = une publicité, une exhortation d'un pasteur ou leader de jeunesse ou moniteur d'école du dimanche, pourrait être criminel. Mais il y a quelque chose de très tordu. Par exemple, une adolescente de 14 ans peut obtenir un avortement sur les heures d'école, sans que ses parents soient informés. Mais un jeune de 17 ans et 364 jours ne pourrait pas recourir à une telle aide, s'il n'est pas à l'aise avec l'attirance sexuelle du même sexe. 

Attirances et actes sexuels entre même sexe et consommation de substances psychotropes
Tout ce narratif de choix occulte le fait que, j'en suis convaincu, que beaucoup des attirances et actes avec le même sexe sont dans notre culture liés directement à la consommation de drogues qui ont un effet désinhibiteur chez les jeunes consommateurs, ce qui amène ensuite beaucoup de confusion. Tout cela renforcé avec le narratif d'Hollywood, des médias et du politically correct, du système d'éducation, etc. C'est très tordu.

Je répète que selon le paragraphe (2) pour les adultes, la thérapie rémunérée serait possible, mais il serait interdit d'en faire la promotion, sans égard à l'âge. C'est de faire la promotion de la délivrance qui est interdite.

Et cela si le texte de loi ne change pas. Mais le texte adopté pourrait être beaucoup plus restrictif. À mon avis, avec un amendement les années suivant l'adoption, la prière pour la délivrance d'une attirance indésirable du point de vue de la personne qui en fait la demande, pourrait être considérée comme criminelle…

Vu qu'il sera interdit de promouvoir la libération, il n'y a qu'un seul pas, ou il suffit d'une poursuite devant tribunal (ex. par un organisme intéressé), pour qu'un tribunal libertarien (Cour Suprême) décide de trancher que l'acte doit être totalement interdit, et ordonne au Gouvernement d'amender de nouveau le Code Criminel.

Au Canada, les évangéliques font donc face à une situation extrêmement sérieuse que l’on ne peut pas ignorer. Si rien n'est fait pour empêcher le projet de loi S-202, alors au Canada aider de quelque manière une personne homosexuelle à cesser de pratiquer son péché pourra être considéré un crime passible jusqu’à 5 ans de prison. On peut supposer que cela visera d’abord des organismes chrétiens avant de viser des individus. Évidemment les églises qui ne font pas d’évangélisation n’auront aucun souci à se faire touchant cette loi. Évidemment si de telles « thérapies de conversion » impliquaient le kidnapping d’individus CONTRE leur gré pour les forcer à participer dans de tels programmes alors il y a lieu de penser que tous les Canadiens seraient d’accord pour les criminaliser. En tout cas AUCUN évangélique ne pourrait endosser un programme où on violerait le choix de l’individu. Pour un évangélique il va de soi qu’une conversion authentique (que l’on soit hétéro ou homosexuel n’y change rien) ne peut être autre que librement consentie, sans aucune contrainte. Mais dans le cas où un individu s’engage dans une thérapie de réorientation sexuelle de son propre gré[2], alors si on sévi contre des programmes où il n’est question que d’un individu d’accord à participer dans un processus de réorientation sexuel, alors il faut bien comprendre que le Projet de loi S-202 constitue une violation des droits des individus et aussi une atteinte à la liberté de pratique religieuse au Canada.


Choix de vocabulaire significatif
Et dans le titre du projet de loi, il est question de « thérapies de conversion ». Ce choix de termes précis est significatif en soi. On peut douter que ce titre ait été choisi au hasard... On aurait pu dire simplement thérapies de changement d’orientation sexuelle et cela aurait suffi. Mais si on a choisi le mot « conversion » c’est que dans les faits on vise une cible beaucoup plus grosse que les thérapies de changement d’orientation sexuelle qui sont la cible apparente de ce projet de loi. Mais l’expression « thérapies de conversion » renvoie aux chrétiens engagés dans des activités d’évangélisation un message assez clair d’intimidation. Mais qui sait si on va se contenter longtemps encore de ces jeux d’intimidation ?

Imaginez un moment si on transposait la MÊME logique que l’on retrouve derrière le projet de loi S-202 dans le domaine de la santé. Imaginez un moment que tous les régimes d’amaigrissement, puisqu’on paie pour y avoir accès et qu’en général ces régimes ont des résultats plus que douteux, imaginez qu’on fasse du geste de proposer de tels régimes (et recevoir de l’argent en échange) un acte CRIMINEL ? Est-ce imaginable ? Je pense que tous conviendraient assez vite que ce serait ridicule. Et il va sans dire que les régimes d’amaigrissement c’est une industrie FORT lucrative qui joue sur la culpabilité des gens et, en général, ne propose guère plus que des illusions en retour. D’autre part, combien de ces programmes peuvent démontrer des résultats appuyés par la science ? Il y a donc beaucoup d’argent foutu en l’air pour ces régimes d’amaigrissement avec, au bout, peu ou pas de résultats. Mais on tolère de tels services sans aucun problème… Alors, pourquoi s’acharner à ce point sur les thérapies de conversion à l’hétérosexualité si précisément ? Non, il faut voir clairement que si des politiciens vont jusqu’à proposer de tels projets de loi criminalisant ces thérapies de conversion, c’est un indice TRÈS clair à quel point l’idéologie LGBT est endossée et appuyée par l’État canadien[3]. Mais l’autre côté de la médaille c’est que de tels gestes de la part de nos élites soulignent à quel point l’idéologie LGBT est faible et ne peut supporter la critique ou un véritable débat public. Non, à leur avis il FAUT à tout prix faire taire les critiques de l’idéologie LGBT (même, au besoin, les foutre en prison !) et étouffer tout débat social…

La logique que propose le projet de loi S-202, laisse clairement entendre que le comportement du chrétien[4] qui cherche à influencer les choix et comportements sexuels des gens est quelque chose d’absolument répréhensible et qu’il faut même en faire un geste criminel, pouvant aller jusqu’à l’emprisonnement. On cherche donc à stigmatiser l’appel à la repentance ainsi que le chrétien qui cherche à influencer le non-chrétien.

Mais de la part de nos élites postmodernes il y a une hypocrisie MASSIVE dans ce projet de loi. Voyons les choses en face, il n’y a pas que les chrétiens qui cherchent à influencer les choix et comportement sexuels des gens, nos élites postmodernes s’y adonnent à cœur joie. Eux aussi ont leurs propres programmes de thérapie de conversion et de réorientation sexuel[5]. On appelle ça les cours de sexualité, payés par l’argent des contribuables… Et tout ça vise sciemment des mineurs… Mais si on reste cohérent à la logique du projet de loi S-202, alors par le fait même il faudrait rendre illégal toute utilisation de l’argent de l’État pour influencer les choix sexuels des enfants dans le système d’éducation, ce qui impliquerait l’élimination des cours de sexualité dans TOUT le système d’éducation public et aussi l’élimination tous ces petits livres du genre «Jean a deux Mamans » ou encore « Jeanette a deux Papas »… Tout ça deviendrait aussi illégal et même criminel, puisque faisant partie aussi d’une thérapie de conversion (mais hypocrite et non avoué).

Il faut comprendre que ce projet de loi est doublement hypocrite, car il brime fondamentalement la liberté de conscience de l’individu, c'est-à-dire dans le cas où un individu cherche volontairement à éviter une attirance de même sexe et s'engage volontairement dans une thérapie de réorientation sexuelle (c'est une chose qui peut être établi très clairement par des documents signés). Voilà l'hypocrisie, nos élites vont INSISTER que lorsqu’un individu manifeste le désir de changer de sexe, il FAUT absolument respecter son désire. Alors pourquoi ne pas respecter le désire d’un individu qui veut éviter une attirance de même sexe? Pourquoi va-on claironner tout haut qu'il FAUT respecter le désire d’un individu dans un cas et PAS dans l’autre (la question du paiement est vraiment SANS importance...)?


Le chemin devant nous
À mon avis les leaders évangéliques de cette génération arrivent à un Y dans le chemin. D’un côté la route conduit à une voie où il y a un PRIX à payer pour marcher dans la Vérité[6]. Et de l’autre côté, la route conduit au compromis et, finalement, à l’apostasie. Il nous faut choisir.

Vous avez peut-être pensé cher lecteur que je vous parle de persécution, comme ont pu le vivre les chrétiens du 20e siècle sous les régimes communistes (ou que le vivent encore les chrétiens sous l’Islam). Non ce n’est pas tout à fait ça… La Bête qui confronte les évangéliques en Occident est différente et a un autre sorte de poil… Cette Bête est souriante et (en général) elle garde ses griffes rétractées.

Au 20e siècle, les idéologies modernes, dont le nazisme et le communisme de type stalinien, ont exploité des moyens brutaux et coercitifs pour faire fléchir l’opposition et imposer une certaine uniformité de l’opinion. Et au 20e siècle, il y eut évidemment des chrétiens exemplaires comme Deitrich Bonhoeffer et Richard Wurmbrand qui ont eu le courage de se tenir debout devant le mensonge oppresseur ainsi que le courage de payer le prix pour leur foi et leur prise de position. Mais je pense très important que les chrétiens de cette génération comprennent certains aspects uniques et nouveaux de la situation qui nous confronte en Occident.

Le truc c’est qu’en Occident nos élites postmodernes ont appris une leçon très importante de cette expérience du 20e siècle. Ils ont constaté que les méthodes brutales et coercitives jettent les cartes sur table et attirent à celui qui les utilise des ennemis déterminés. Un ennemi à découvert, comme un régime communiste, force le chrétien à faire une réflexion très sérieuse au sujet de sa foi et de ses convictions et ensuite poser des gestes en conséquence. En somme, les méthodes brutales et coercitives rendent la situation idéologique (et les enjeux) trop claire. On peut supposer que les dirigeants de la Chine communiste actuelle font face à cette réalité, c'est-à-dire faisant face à une église chrétienne chinoise purifiée et courageuse devant la persécution. Ayant appris cette leçon, nos élites postmodernes ont donc mis de côté la persécution et la violence ouverte et s’appuient avant tout sur un pouvoir dissimulé et hypocrite ainsi que sur la manipulation et de petites attaques indirectes, venues d’ici et ensuite de là... Ainsi, dans notre génération, l’État n’est plus le foyer unique de leur pouvoir. Ils sont bien plus subtils, plus marketing, que les nazis ne l'ont jamais été. Pas besoin d’envoyer les chrétiens aux pelotons d’exécution ou en Sibérie… Nos élites postmodernes sont donc bien installées chez Google, NetFlix, Apple, Microsoft, YouTube, FaceBook, dans le système d’éducation, etc... Le pouvoir postmoderne est décentralisé, donc plus difficile à cerner.

Dans cette optique, le truc est de maintenir l’adversaire idéologique dans la confusion afin qu’il ne voie PAS l’ensemble des enjeux et d’attirer toute son attention sur le petit droit ou le petit principe sur lequel il vient de céder. Chose curieuse, la prophétie émise dans le Retour au meilleur des mondes par le romancier athée Aldous Huxley résume très bien ce genre d’oppression manipulative exercé par nos élites et qui grignote, petit à petit, les droits de l’individu (1958/1990: 144):

Sous l'impitoyable poussée d'une surpopulation qui s'accélère, d'une organisation dont les excès vont s'aggravant et par le moyen de méthodes toujours plus efficaces de manipulation mentale, les démocraties changeront de nature. Les vieilles formes pittoresques — élections, parlements, hautes cours de justice — demeureront, mais la substance sous-jacente sera une nouvelle forme de totalitarisme non violent. Toutes les appellations traditionnelles, tous les slogans consacrés resteront exactement ce qu'ils étaient au bon vieux temps, la démocratie et la liberté seront les thèmes de toutes les émissions radiodiffusés et de tous les éditoriaux — mais une démocratie, une liberté au sens strictement pickwickien du terme.

Ouais, à mon avis de plus en plus ce sera la situation des évangéliques en Occident… C’est déjà commencé… Ainsi, le danger dont font face les évangéliques d’Occident de cette génération n’est PAS d’être envoyés aux pelotons d’exécution ou à des camps de concentration (comme sous Staline) ou de se voir enlignés sur une plage pour se faire trancher la tête, mais de succomber à la manipulation et l’intimidation des élites postmodernes pour tomber dans le compromis et ainsi discréditer eux-mêmes l’Évangile de Jésus-Christ.

Il faut ajouter, pour ce qui est du renoncement des moyens coercitifs (violence, brutalité et menace physique) par nos élites postmodernes, je pense qu’il faut ajouter qu’il s’agit d’un renoncement uniquement stratégique et non pas un renoncement par principe, c'est-à-dire que pour le moment les méthodes manipulatrices leur semblent assez efficaces pour parvenir à leurs objectifs de transformation sociale... Mais comme on le voit bien dans le mouvement Antifa (comparables aux chemises brunes des nazis), nos élites postmodernes démontrent que cela leur gène pas de supprimer le droit de parole des autres par des moyens de plus en plus coercitifs. Au Canada, on grignote de plus en plus la liberté de pratique du christianisme. Les attaques contre l’enseignement à la maison font partie de cette stratégie[7].

Mais il faut tenir compte que les pasteurs évangéliques au Québec ont adopté depuis TRÈS longtemps la tradition de ne PAS intervenir ou prendre position lorsque le péché augmente dans le monde. Depuis BEAUCOUP trop longtemps les évangéliques au Québec se sont habitués à leur marginalité. Cet état nous est devenu TROP confortable… Dans les années 70 lorsque l’avortement prenait de l’ampleur au Canada, pas un mot. Lorsque le féminisme prenait de plus en plus de place dans la société québécoise, pas un mot et lorsque le mariage gai est devenu légal, pas un mot…

Le prétexte oiseux le plus commun pour défendre cette ce silence et cette inaction c’est “On ne se mêle pas de politique ou de questions sociales...”. Et même lorsqu’en 2008 le gouvernement du Québec a abrogé les droits des parents québécois en éliminant tous les cours de religion catholique ou protestante (que les parents pouvaient choisir) et a imposé un cours de propagande postmoderne sur TOUT le système scolaire québécois, le leadership évangélique n’a rien dit. Et pourtant dans ce cas-là, il faut bien reconnaître qu’il s’agissait de politiciens qui se sont mêlés de religion... Si, ici et là quelques pasteurs évangéliques ont pris position lors de ces événements, à ma connaissance, AUCUNE association d’églises évangéliques ne s’est donné la peine de prendre position.

Une partie de ce silence du leadership évangélique peut parfois être motivé par un calcul TRÈS égoïste, c'est-à-dire la pensée: “Ah le péché augmente dans le monde!! Réjouissons-nous, car cela hâtera le retour de Christ!!” Mais là le leadership évangélique ce cette génération doit prendre conscience de la réalité de notre situation, c'est-à-dire que maintenant ce n’est pas seulement que la corruption qui augmente dans le monde qui nous entoure, mais plutôt que maintenant «le monde» tente de corrompre l’enseignement DANS nos églises. Et si le leadership évangélique se ferme les yeux sur cette situation, alors il se peut qu’un jour il entende la voix solennelle du Maître lui dire:

Écrits à l’ange de l’Église de Laodicée: Voici ce que dit l’Amen, le témoin fidèle et véritable, le commencement de la création de Dieu:  Je connais tes oeuvres. Je sais que tu n’es ni froid ni bouillant. Puisses-tu être froid ou bouillant!  Ainsi, parce que tu es tiède, et que tu n’es ni froid ni bouillant, je te vomirai de ma bouche. Parce que tu dis: Je suis riche, je me suis enrichi, et je n’ai besoin de rien, et parce que tu ne sais pas que tu es malheureux, misérable, pauvre, aveugle et nu, je te conseille d’acheter de moi de l’or éprouvé par le feu, afin que tu deviennes riche, et des vêtements blancs, afin que tu sois vêtu et que la honte de ta nudité ne paraisse pas, et un collyre pour oindre tes yeux, afin que tu voies. Moi, je reprends et je châtie tous ceux que j’aime. Aie donc du zèle, et repens-toi. Voici, je me tiens à la porte, et je frappe. Si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte, j’entrerai chez lui, je souperai avec lui, et lui avec moi. Celui qui vaincra, je le ferai asseoir avec moi sur mon trône, comme moi j’ai vaincu et me suis assis avec mon Père sur son trône. Que celui qui a des oreilles entende ce que l’Esprit dit aux Églises! (Apoc. 3: 14-22)

Ainsi lorsque le leadership d’une église se fait une tradition de ne PAS jouer son rôle de sel de la terre dans la société où Dieu l’a placé, que faut-il conclure?

Il est clair que le djihad sexuel postmoderne est en cours partout en Occident. Voici un cas en Californie

Senate Demands Pastors Reject Biblical Counseling For LGBT Californians.
https://californiafamily.org/2019/senate-demands-pastors-reject-biblical-counseling-for-lgbt-californians/

Là encore on cible les soi-disants “thérapies de conversion”, mais la cible véritable ce sont les exigences de repentance que comporte l’Évangile... Un “évangile” flatteur et sans repentance ne dérange strictement personne... Que les évangéliques jouent à la religion ne dérangera en aucun cas nos élites postmodernes.

Au Québec ou en France, le jour va peut-être arriver où on va voir de nos yeux le jour où la police[8] viendra cueillir un pasteur (même au milieu d’un sermon) qui aura osé affirmer devant son assemblée un dimanche matin que l’homosexualité est un PÉCHÉ... Au Canada, un cas semblable (mais ignoré par les grands médias évidemment) s’est déjà vu à la ville de Toronto.

Police handcuff and arrest black pastor for preaching plain gospel message. (Blog Winter Knight) 

Si vous ne lisez pas l’anglais, il s’agit du cas d’un prédicateur de rue noir à Toronto, prêchant dans un quartier gai, qui s’est VITE retrouvé entouré de protestataires et, peu de temps après, arrêté par la police pour avoir simplement prêché l’Évangile. On constate rapidement que même s’il prêchait dans un quartier gai, ce pasteur noir David Lynn n’a PAS cherché la provocation en parlant directement du péché de l’homosexualité. Il a été clair dans son message que TOUS ont péché et que la grâce est offerte à TOUS. Mais il semble bien que le rappel de notre état de pécheur soit devenu intolérable à la génération qui nous entoure. Avec des coeurs endurcis à ce point, on peut se demander quand cela provoquera le jugement de Dieu en Occident?? Ouais, et pour que la police s’en mêle aussi rapidement, il semble de plus en plus manifeste que l’idéologie LGBT, issue du djihad sexuel postmoderne soit devenue RELIGION d’État au Canada. Nous voilà confrontés à la Charia (et l’Inquisition) postmoderne.

Et si, dans le contexte actuel, des leaders évangéliques devaient livrer dans leurs églises le message clair de l’Évangile c'est-à-dire que tous, menteurs, voleurs, adultères, meurtriers, meurtrières (avortement), homosexuels, peuvent recevoir la grâce de Dieu s’ils confessent leur péché et s’en repentent, il ne faut PAS s’étonner que dans certains cas il y ait des réactions d’intimidation (faisant partie du djihad sexuel postmoderne) comparables à celles qu’a subi en déc. 2019 cette église pentecôtiste d’Allemagne à laquelle on a fait du vandalisme et mis le feu...

http://evangelicalfocus.com/cities/5013/Arson_attack_against_Pentecostal_church_in_Germany

Mais dans cette génération d’évangéliques, le hic c’est que la culture dominante qui nous entoure DÉTESTE ce concept de jugement, c'est-à-dire qu’hommes et femmes auront un jour des comptes à rendre devant le Juste Juge. Et la tentation qui confronte cette génération d’évangéliques est de nous “adapter” à cette situation, c'est-à-dire faire des compromis dans le message en biffant la question du péché et du jugement... Et à la fin, une grâce offerte à un pécheur qui ne reconnaît même pas son péché est un non-sens et une perte de temps TOTALE pour tous.

Évidemment dans CETTE génération, un pasteur qui aurait le courage de partager de joug de Christ (et qui prêche le Plein Évangile véritable, en parlant de manière sérieuse du péché) risque de pouvoir dire avec Christ “Le monde me hait, parce que je rends de lui le témoignage que ses oeuvres sont mauvaises.” Mais au Québec peut-on trouver UN pasteur qui ose clairement parler de péché, du jugement de Dieu, de la nécessité de la confession de péchés et de la repentance?

Mais on voit aussi des menaces et des gestes d’intimidation de la part de politiciens en place qui laissent entendre que les églises qui n’accepteraient pas de se couler dans le moule postmoderne seraient punies là où ça fait mal, c'est-à-dire au porte-feuille… Dans le passé j’ai exprimé le sentiment que le compromis dans nos églises évangéliques touchant l’Évangile pourrait attirer le jugement de Dieu. Et en ouvrant le Journal de Québec un jour en novembre, voici une forme de jugement qui semble cogner à nos portes et qui attend juste le “bon moment” de mettre le pied dans la porte...  Et cet article du journaliste québécois Richard Martineau vise DIRECTEMENT nos églises au Québec... Qui sait si les pasteurs de cette génération vont voir ça de leurs yeux et devoir traiter avec cette réalité.

Pourquoi Dieu ne paie pas de taxes ?[9]
Mardi, 19 novembre 2019 05:00
https://www.journaldemontreal.com/2019/11/19/pourquoi-dieu-ne-paie-pas-de-taxes

De tels gestes laissent bien entendre : « Jouez le jeu de la religion selon nos règles et on vous laissera tranquilles, sinon… » Mais si Martineau reste dans cette même logique alors il faudrait taxer TOUTES les sectes, incluant la secte occulte et hypocrite des francs-maçons, ce qui impliquerait faire l’inventaire de tous leurs biens et revenus (découverts et couverts)[10].

Au Québec la devise de la province est “Je me souviens”. Il faut constater que l’idée de taxer les églises est dans l’air depuis un bon moment. Et il n’y a pas seulement des journalistes qui y songent, mais des politiciens québécois y pensent sérieusement aussi. Qui se souvient que le premier ministre actuel de la province du Québec, François Legault, a fait allusion en 2015 (avant sa prise de pouvoir) qu’il envisageait taxer les églises et leur ôter des avantages fiscaux qu’ils ont actuellement, comme le droit d’émettre des reçus de charité (ce qui encourage les offrandes), les exemptions de taxes foncières et scolaires ou le remboursement d'une partie de la TVQ[11].

Le fisc doit sévir contre les intégristes religieux, dit François Legault.
https://www.lapresse.ca/actualites/politique/politique-quebecoise/201502/04/01-4841327-le-fisc-doit-sevir-contre-les-integristes-religieux-dit-francois-legault.php

Et on rencontre cette tendance aux États-Unis (là où beaucoup d’Européens croient que l’influence des évangéliques est omnipuissante) également tandis que récemment un candidat à la présidence y a fait allusion...

‘Bigoted Nonsense’: Sen. Ben Sasse Condemns Beto’s Call to Strip Churches of Tax Exempt Status For Opposing Same-Sex Marriage. (Paul Bois - DailyWIre - 11/10/2019s)

Religious Liberty Must Be Respected in the Era of Same-Sex Marriage. (Jeremy Dys - DailyWire - 7/1/2020)

Si les pasteurs se font un DEVOIR de ne pas se mêler de politique, il est l’heure de se poser la question : est-ce que les politiciens observent des scrupules réciproques?? Puisque S-202 vise directement une activité au cœur de nos églises évangéliques peut-on compter sur le leadership de nos églises évangéliques pour sortir enfin la tête de la tranchée et prendre position en publique ? Peut-on compter sur le leadership de nos églises évangéliques canadiennes pour affirmer clairement aux politiciens et aux médias que « Nous n’allons pas altérer l’Évangile pour aucun homme (ou femme) car il appelle tous sans exception (menteurs, homosexuels, adultères, idolâtres, adonnées à la pornographie, meurtriers, sorciers, meurtrières [avortement], voleurs, lesbiennes) à la repentance. » Où, pour ré-exprimer la chose dans le langage de cette génération, cela implique qu’en devenant disciples de Christ TOUS, hommes et femmes, sans exception doivent subir une réorientation en profondeur de leurs pensées, attitudes et comportements (Eph. 4 : 17-24 ; 1Cor 6 : 9-11; 2Co 10: 5).


Pour les Assemblées de la Pentecôte du Canada, peut-on compter sur David Wells, Surintendant général [Conseil Exécutif Général] ou Michel Bisaillon, Superintendent du district du Québec pour publier un communiqué de presse pour protester contre le projet de loi S-202?

Pour l’Union d'Églises Baptistes francophones du Canada peut-on compter sur David Rowley, sec.-tré., pour émettre un communiqué de presse pour protester contre le projet de loi S-202?

Pour les Églises La Bible Parle, peut-on compter sur Jeff Laurin et Réal Gaudreault, pour publier un communiqué de presse pour protester contre le projet de loi S-202

Pour l’Association chrétienne pour la Francophonie (ACF), peut-on compter sur Claude-Houde et Mark Lecompte ?

Pour l’Association d’Églises Baptistes au Québec, peut-on compter sur Louis Bourque, d.-g. pour publier un communiqué de presse pour protester contre le projet de loi S-202??

Pour l’Association des Églises des frères Mennonites du Québec, peut-on compter sur Zacharie Leclerc, prés., pour émettre un communiqué de presse pour protester contre le projet de loi S-202?

Pour les Frères en Christ du Québec, peut-on compter sur Fernand Saint-Louis, ou François Fréchette pour publier un communiqué de presse pour protester contre le projet de loi S-202??


Peut-être que les pasteurs évangéliques québécois doivent considérer que nous arrivons à un moment charnière, un moment où, comme Abraham, nous devons être prêts à quitter la sécurité des acquis (sociaux/relationnels [notre réputation], financières, immobiliers, etc.) qu’on a connus jusqu’ici et prendre des risques et nous appuyer délibérément sur sa Parole afin que Dieu soit glorifié devant les hommes dans notre culture du 21e siècle. Évidemment si une église devait prendre son courage à deux mains et émettre un communiqué de presse sur S-202, il ne faudrait pas qu’ils s’étonnent que les grands médias les calomnient et les traitent d’intolérants, etc… Ça, il faut s’y attendre…

Au Québec lorsqu’on questionne des pasteurs sur des prises de position sociales, ils ont l’habitude de (rapidement) relayer la responsabilité de telles prises de position à l’association d’églises soit la Evangelical Fellowship of Canada. Très souvent cela sert à donner bonne conscience aux églises qui ne veulent pas trop se salir les mains avec des questions dérangeantes. Mais justement la EFC a publié un communiqué au sujet du projet de loi S-202 (sous forme question-réponse) qui examine quelques répercussions de ce projet. Voici quelques lignes :

Q: Will this bill ban religious conversion or make it a crime to be a Christian?

A: Bill S-202 is focused specifically on matters of sexual orientation and gender identity and does not ban or address proselytism or religious conversion. The bill creates an offence related to actions that are designed to change an individual’s sexual orientation, attraction or behaviour or gender identity. It does not refer to faith or belief in God.

Q: What are the concerns with Bill S-202 and other efforts to ban conversion therapy?

A: Bill S-202 should not directly impact churches. It could affect organizations who advertise conversion therapy or receive payment for offering support groups or counselling for individuals seeking to live out their sexuality in the manner they choose. We are also concerned with the breadth of the definition in S-202 and by the prospect that the government could adopt this definition in its anticipated changes to the Criminal Code. Further, while the activities prohibited by S-202 are focused on advertising and paid services, future government legislation could apply this definition to a broader range of activities, which could then be problematic for churches, religious officials and/or parents.

Some of our concerns include:
Bill S-202 has a very broad definition of conversion therapy that includes eliminating or reducing sexual attraction. This definition could capture support groups, counselling or spiritual care that a person voluntarily seeks out in order to help them live out their sexuality in the manner they choose.

The bill creates a criminal offence for offering treatment designed to change gender identity and specifies that this does not include "a surgical sex change or any related service." This puts criminal limits on some beliefs and expressions related to gender identity, but not others.

The bill prohibits conversion therapy from being offered to minors. It is not clear how broadly the definition of conversion therapy will be applied and what the implications will be, particularly for youth with gender dysphoria.

On note en effet que cette loi aurait pour conséquence de criminaliser certaines croyances et pas d’autres. C’est très significatif. À mon sens, ça expose assez bien les objectifs véritables de ce projet de loi. Pour le moment les évangéliques optimistes pourront justifier leur silence en alléguant que ce projet de loi n’a pas (encore) une application très large et que les églises ou chrétiens individuels n’en seront pas (directement) affectés. Le temps seulement dira si les optimistes ou les pessimistes ont raison, mais en considérant ces questions il est utile de réfléchir au sujet du courant constant d’éloignement des principes de judéo-chrétiennes en Occident au 20e siècle. Je dois avouer que ça me semble naïf de penser que ce processus va s’arrêter net, sans raison valable ni geste exigeant le courage du leadership évangélique de cette génération. Peut-on admettre que la crainte des hommes[12] motive profondément notre comportement et notre silence ?


Ce qu’on peut faire ?
Voici l’adresse de la pétition catholique

Helping LGBT Individuals Change is Not a Crime!
https://www.campaignlifecoalition.com/petition/id/32

C’est une solution rapide, mais les pétitions sont souvent ignorées par les politiciens… Mais ce n’est pas la seule option, car tout citoyen canadien peut aussi contacter directement son député au parlement canadien. Tout citoyen canadien (incluant les pasteurs évangéliques) a le droit d’exprimer son avis à son député au Parlement (et lui demander de prendre position, c'est-à-dire lui demander s’il prévoit voter CONTRE le projet de loi S-202). À la page suivante (site du gouvernement du Canada), il y a une case où on peut saisir son code postal, ce qui permet de retrouver les coordonnées de son député au Parlement (adresse de courrier électronique ou téléphone)[13]

https://www.noscommunes.ca/fr

https://openparliament.ca/politicians/#QC

À mon avis le temps est venu de voir des associations d’églises chrétiennes canadiennes sortir de leur petit confort et prendre position publiquement. Oui, il faut avoir les yeux ouverts, il ne faut pas se leurrer, il peut y avoir certains risques qui accompagnent de telles prises de position. Et aux dirigeants évangéliques qui sont tentés de ne PAS sortir la tête de la tranchée, il n’est pas inutile de leur rappeler l’avertissement de Mardochée à sa nièce:

"Ne t’imagine pas que tu échapperas seule d’entre tous les Juifs, parce que tu es dans la maison du roi; car, si tu te tais maintenant, le secours et la délivrance surgiront d’autre part pour les Juifs, et toi et la maison de ton père vous périrez. Et qui sait si ce n’est pas pour un temps comme celui-ci que tu es parvenue à la royauté?" (Esther 4: 13-14)

Et aux dénominations évangéliques canadiennes qui jugeront prudent de garder malgré tout le silence sur le projet de loi S-202, lisez un peu l’article qui suit pour voir ce qui pourrait vous arriver un jour... Il est question du séminaire Fuller, un séminaire de théologie protestante, autrefois évangélique, mais devenu très libérale, (en Californie) qui s’est vu poursuivi en justice pour avoir renvoyé un étudiant homosexuel.

Second LGBT student joins suit against Fuller Theological Seminary after getting expelled for entering into same-sex marriages: What did they expect? (Phil Shiver – The Blaze – 7/1/2020)


Conclusion

Que ferons-nous à ces hommes? Car il est manifeste pour tous les habitants de Jérusalem qu’un miracle signalé a été accompli par eux, et nous ne pouvons pas le nier. Mais, afin que la chose ne se répande pas davantage parmi le peuple, défendons-leur avec menaces de parler désormais à qui que ce soit en ce nom-là. Et les ayant appelés, ils leur défendirent absolument de parler et d’enseigner au nom de Jésus. Pierre et Jean leur répondirent: Jugez s’il est juste, devant Dieu, de vous obéir plutôt qu’à Dieu; car nous ne pouvons pas ne pas parler de ce que nous avons vu et entendu. Ils leur firent de nouvelles menaces, et les relâchèrent, ne sachant comment les punir, à cause du peuple, parce que tous glorifiaient Dieu de ce qui était arrivé. Car l’homme qui avait été l’objet de cette guérison miraculeuse était âgé de plus de quarante ans. Après avoir été relâchés, ils allèrent vers les leurs, et racontèrent tout ce que les principaux sacrificateurs et les anciens leur avaient dit. Lorsqu’ils l’eurent entendu, ils élevèrent à Dieu la voix tous ensemble, et dirent: Seigneur, toi qui as fait le ciel, la terre, la mer, et tout ce qui s’y trouve, c’est toi qui as dit par le Saint-Esprit, par la bouche de notre père, ton serviteur David: Pourquoi ce tumulte parmi les nations, Et ces vaines pensées parmi les peuples? Les rois de la terre se sont soulevés, Et les princes se sont ligués Contre le Seigneur et contre son Oint. En effet, contre ton saint serviteur Jésus, que tu as oint, Hérode et Ponce Pilate se sont ligués dans cette ville avec les nations et avec les peuples d’Israël, pour faire tout ce que ta main et ton conseil avaient arrêté d’avance. Et maintenant, Seigneur, vois leurs menaces, et donne à tes serviteurs d’annoncer ta parole avec une pleine assurance, en étendant ta main, pour qu’il se fasse des guérisons, des miracles et des prodiges, par le nom de ton saint serviteur Jésus. Quand ils eurent prié, le lieu où ils étaient assemblés trembla; ils furent tous remplis du Saint-Esprit, et ils annonçaient la parole de Dieu avec assurance. (Actes 4: 17-31)



Ressources

-- (2019) Q & A: Bill S-202 and Conversion Therapy. Evangelical Fellowship of Canada

-- (2020) Utah Makes It Illegal to Help Gay Teens. Pulpit and Pen - 22 jan.

-- (2020) Baptist Pastor Says Counseling Gays is 'Barbaric and Deadly'. Pulpit and Pen - 30 jan.

CARPAY, John (2020) Some tough questions about bans on ‘conversion therapy’. January 10, The Interim

CHVRL, Léa (2020) Ex-trans patient joins landmark legal case against gender clinic. The Chrisitian Institute 24/1/2020

GOSSELIN, Paul (1986) Des catégories de religion et de science: essai d'épistémologie anthropologique. Thèse U. Laval

GOSSELIN, Paul (2003) Homophobie: déconstruction du concept "politically correct". Samizdat

GOSSELIN, Paul (2006) Fuite de l'Absolu : Observations cyniques sur l'Occident postmoderne. Volume I. Samizdat Ste-Foy ix – 492 p.

GOSSELIN, Paul (2007) Une religion gaie? Samizdat

GOSSELIN, Paul (2008) Le cours d'Éthique et de culture religieuse : Est-ce neutre? Samizdat

GOSSELIN, Paul (2008) ECR : Qu'ils nous expliquent! [questions sérieuses sur la soi-disante neutralité du cours ECR] Samizdat

GOSSELIN, Paul (2009) Fuite de l'Absolu : Observations cyniques sur l'Occident postmoderne. Volume II. Samizdat Ste-Foy xv – 574 p.

GOSSELIN, Paul (2018) L’Évangile estropié : un échange avec des pasteurs. Samizdat

HAMILTON, Augustin (2020) Trudeau prend des mesures pour criminaliser la thérapie remédiant aux attirances envers le même sexe. Campagne Québec-Vie/LifeSiteNews

HUXLEY, Aldous (1958/1990) Retour au meilleur des mondes. Plon [Paris] 155 p.

LEISHMAN, Rory (2020) Transgender ideology targets children. The Interim January 15

MITSOTAKIS, Spyridon (2020) Soviet Dissident Recalls Jews and Christians Stood United Against Fear.  DailyWire.com

PRESTIGIACOMO, Amanda (2016) So It Begins: Iowa Forces Churches to Create Transgender Bathrooms, Bars Preaching. DailyWire July 6th

PUE, Rob (2020) "Fear” The Devil’s Tool to Silence Critics. News With Views

SHOWALTER, Brandon (2020) A detransitioner in agony recounts how gender doctors manipulated him into castration, hormones. The Christian Post

SULLINS, Paul (2019) “Born That Way” No More: The New Science of Sexual Orientation. September 30, The Public Discourse
[A new study adds to a growing body of evidence demonstrating that the dominant narrative about sexual orientation—that it is genetically determined—simply cannot be true. Instead, the science shows that a person’s sexual orientation and choice of partners depends heavily on the development and expression of personal autonomy regarding one’s own sexual possibilities. People with same-sex attractions should be legally and culturally free not to identify with or act on them.]



Notes

[1] - Source.

[2] - Et il faut voir clairement que la question de rétribution/paiement que l’on mentionn dans ce projet de loi est finalement rien d’autre qu’un leurre, c'est-à-dire une question TOTALEMENT oiseuse.

[3] - Et on peut se demander si le peuple canadien a donné à ces politiciens le mandat ? À quel moment ?

[4] - Ou encore de tous ceux qui appuient encore la moralité d’une sexualité exclusivement binaire, hommes se mariant avec des femmes uniquement.

[5] - Le système d’éducation c’est leur terrain de jeu.

[6] - Mais sans doute que les chrétiens de Chine ou les chrétiens vivant sous l’Islam en savent beaucoup plus que moi à ce sujet… On pourrais demander leur avis.

[7] - Car l’enseignement à la maison permet à des parents de soustraire des enfants de l’emprise de l’idéologie postmoderne qui régne en Occident sur l’éducation, la culture et la poltique.

[8] - Et ce n’est pas une suggestion complètement farfelue, car en Angleterre on a déjà arrêté une mère de famille devant ses enfants uniquement pour le crime d’avoir référé à une femme transgenre comme un homme (son sexe biologique)… Manifestement, l’Inquisition postmoderne est bien en place…

In the UK, which crime is worse? Sex trafficking, gang-rape or hate speech? (blog : Wintery Knight – 13/1/20202)

[9] - Et un point de vue contraire :

In Defense of Church Tax Exemptions. Jeremy Dys - DailyWire.com

[10] - Mais les francs-maçons sont bien engoncés dans les cercles de pouvoir et c’est sur qu’il y aura une équipe de fonctionnaires à leur service pour foutre une montagne de bâtons dans les roues d’un tel processus qui fouillerait sous le tapis des activités des FMs... Pourrait-on oser croire que Martineau serait d’accord pour que les francs-maçons soient taxés exactement de la même manière que les autres groupes religieux?

[11] - Au Canada et aux Etats-Unis, les églises ne bénéficient d’aucune subvention directe de l’État (montants versés pour le salaire du clergé), comme c’est souvent le cas en Europe. Ainsi en Amérique, la pression (financière) que peut exercer l’État sur les églises est donc indirecte…

[12] - À ce sujet, lire l’excellent article par Robert Pue (2020) [dans les références au bas de cet article] où il discute de la tentation de la crainte chez les évangéliques d’Occident ou encore l’article fort intéressant de Mitsotakis qui interview le dissident juif Natan Sharansk qui discute des Juifs et Chrétiens qui ont vaincu leurs craintes à l’époque soviétique en Russie. Et voici un exemple rare d’un pasteur (pentecôtiste), Samuel Peterschmitt qui (au milieu d’un sermon sur la solitude du chrétien) qui fait un bon début de réflexion sur la réalité du chrétien qui désire marcher dans la Vérité au milieu d’un Occident postmoderne qui de plus en plus marginalise et méprise le message de l’Évangile et qui se re-paganise (et Peterschmitt propose un exemple frappant en France).

La Solitude du Disciple.
https://porte-ouverte.com/po-tv/en/videos/la-solitude-du-disciple-samuel-peterschmitt-10-11-19/

[13] - Et qui sait s’il ne se trouvera pas un ou deux politiciens canadiens avec le courage de ce politicien américain ?

Boyle, Matthew (2020) Jeff Sessions on Left’s ‘Unprecedented’ Attacks on Religious Freedom: ‘Plainly Hostile to People of Faith’. Breitbart 15 janv.