Plan Cosmos Arts Engin de recherches Plan du site

Samizdat

Réponse au Rapport Proulx:
L'école québecoise a besoin de la foi chrétienne.





Rodrigue Allard


Ce présent travail étant fait dans le cadre d'un cours de sciences de l'éducation, j'ai décidé de le faire porter sur le très discuté Rapport Proulx 1a et de me livrer à une critique des principaux arguments présentés et des principales valeurs explicitement ou implicitement défendues dans ce dit Rapport. Je suis allé chercher une version abrégée quoique officielle sur le site web du Ministère de l'éducation du Québec. On peut consulter cette version du Rapport en cliquant ici.



La thèse centrale du rapport pourrait s'énoncer comme suit : Ce qui SUBSISTE du statut confessionnel (i.e. rattaché à un ensemble de croyances religieuses) de l'école est en contradiction avec les principes démocratiques et humanitaires fondamentaux, et un système scolaire neutre en matière de religion véhiculerait MIEUX ces valeurs.


A) LA CONFESSIONNALITÉ S'OPPOSE AUX DROITS DE L'HOMME, SELON LE RAPPORT PROULX
En page 1, au 5e paragraphe, le Rapport affirme que la confessionnalité chrétienne "contredit le rôle donné au système d'éducation par la Déclaration universelle des droits de l'homme." Une telle affirmation recèle cinq CONTRADICTIONS :

A)a Pourquoi refuser au christianisme le statut d'Absolu dans l'école québécoise tout en le donnant à la Déclaration qui est pourtant bien un produit 100% occidental ? N'est-il pas arrogant de notre part d'oser la mettre ainsi AU-DESSUS des pittoresques lois et coutumes ancestrales des peuples d'Orient ou d'Afrique, comme la monarchie totalitaire (dans les anciennes ou actuelles monarchies de Chine et des pays musulmans), la dictature de parti unique (successeur de la monarchie totalitaire, le racisme tribal (voir le mot "tribalisme"*) ou de caste* (Inde) INSTITUTIONNALISÉS ? L'hindouisme ne prescrit-il pas l'auto l'immolation de la veuve (Sati*) de la veuve d'un homme de haut rang ? N'est-ce pas sous la domination britannique que les sacrifices humains (thugs*) en l'honneur de la déesse Kali en sont venus à être interdits en Inde ?

(N.B. Les chiffres soulignés et les *astérisques renvoient au signe correspondant dans NOTES BIBLIOGRAPHIQUES ET EXPLICATIVES


A)b Ladite Déclaration n'a t'elle pas été rédigée à l'instigation des enseignements de l'église Méthodiste* que la DÉVOTE Mme Éléanor Roosevelt*, marraine de ladite Déclaration, voulait mettre sous forme juridique. 1a

A)c EN QUOI la confessionnalité chrétienne contredit elle le respect des droits de l'homme, les libertés fondamentales et l'égalité des êtres humains entre eux ? Les gardien(ne)s de sécurité scolaires mettent ils moins de célérité à protéger un élève qui choisit le cours d'enseignement moral plutôt que celui de religion, quand ledit élève se fait attaquer ? Ce même élève est-il moins bien soigné par l'infirmier(e) quand il tombe malade ? Sera t'il corrigé plus sévèrement pour un travail de même valeur ? La réponse à de telles questions est bien évidemment MILLE FOIS NON ! Dans le cours de religion lui-même, ce qu'on attend de l'étudiant est qu'il ait compris intellectuellement, ce en quoi consiste la foi chrétienne, peu importe son degré affiché ou perceptible d'incrédulité ou d'adhésion.

A)d En fait, je me rappelle fort bien avoir entendu les journalistes de la télévision (entre autres Radio Canada) il y a un ou deux ans, rapporter la présence au sein des manuels scolaires d'une forte propagande en faveur des croyances et pratiques néo-païennes du Nouvel Âge* (ex. : Yoga, invocation des morts, réincarnation, lecture des auras*, culte des extra terrestres, etc. Ces croyances et pratiques reposent sur une vision du monde pré-moderne* animistes* ou panthéistes*, d'où l'adjectif "néo-païen" qui leur est octroyé) et un article de la section "Éducation" du journal Le Devoir du samedi, intitulé "Former l'esprit critique", déplorait cet automne que 60% des enseignants québécois croyaient et pratiquaient ces choses 1b ; or nulle part n'ai-je lu dans le Rapport, ni entendu de la part des groupes partisans de la déconfessionnalisation, quelque dénonciation que ce soit de cette invasion néopaïenne. Il semble donc que la "neutralité" ne VISE en fait, qu'à diminuer ENCORE plus la place de la foi chrétienne pour qu'ainsi ces croyances s'engouffrent encore plus dans le vide ainsi laissé.

A)e Nulle part non plus, dans le Rapport, ne voit-on dénoncer le monopole 2 de la théorie de l'évolution de Darwin dans l'enseignement des sciences et le fait qu'en dehors des quelques écoles publiques religieuses (qui sont actuellement en cour pour empêcher que la loi déposée suite justement, au Rapport, les force à fermer 3 ; ce qui nous montre bien le caractère très DISCUTABLE de l'utilisation du mot "OUVERTURE" pour qualifier l'école que veut instituer le Rapport), l'enseignement des sciences donné actuellement par les écoles québécoises ne mentionne le créationnisme scientifique 4 que pour le dénigrer. Pourtant l'existence d'un phénomène n'est pas supposée pouvoir être déclarée scientifiquement prouvée, tant que l'on a pas pu l'OBSERVER et l'analyser de manière RÉPÉTÉE ; or puisque l'ÉVOLUTION est un phénomène INOBSERVABLE 5, il est donc EXTÉRIEUR à la science 6. Mais surtout, le plus grave est que du point de vue de l'ÉTHIQUE, le darwinisme* remplace l'ÉVANGILE de Jésus-Christ ("Faites du bien à ceux qui vous persécutent, (&Mac183;) pardonnez, (&Mac183;) Faites pour les autres ce que vous voudriez qu'ils fassent pour vous") 7a, par la loi de la JUNGLE (c.-à-d. la loi du PLUS FORT sur le PLUS FAIBLE) 7b ;


or LAQUELLE DE CES DEUX LOIS convient-il de METTRE AU CENTRE de notre système scolaire et notre SOCIÉTÉ si nous voulons VRAIMENT y RENFORCER les comportements et attitudes CIVIQUES et HUMANITAIRES, dites moi ? N'y a t'il pas un LIEN ÉVIDENT entre la montée de l'égoïsme le plus crasse auquel nous assistons depuis 35 ans et la DÉCHRISTIANISATION* de notre société qui lui est contemporaine ? Comment le Rapport peut-il alors prétendre que le type d'école "laïque" peut être fondée sur des valeurs aussi fortes que l'école confessionnelle (surtout si cette confessionnalité colore toute l'école et non seulement le cours de religion) ? En fait, quand j'ai fait mon secondaire et que j'ai essayé le cours de morale, j'ai pu constater que ce cours n'allait nulle part et que les étudiants venaient y faire "du temps" ; et MÊME dans le cas de ce pauvre SUCCÉDANÉ séculier, après que les mouvements qui prônent la déconfessionnalisation aient obtenu que les étudiants puissent se soustraire à l'enseignement religion (1974), ces groupes ne se sont de toute évidence même pas donné la peine de demander que soit offert le succédané en question à ceux qui ne prennent pas le cours de religion et ce n'est que 9 ANS plus tard que ce succédané à fini par être offert à ceux qui ne choisissent pas le cours de religion, pour faire taire les opposants à cette semi-sécularisation, selon toute évidence.

A)f L'ABSOLU implicite qui sous-tend tout le Rapport (et beaucoup d'acteurs du milieu de l'éducation) est la philosophie "positiviste*" d'Auguste Comte* (début du 19e siècle) qu'on appelle aussi "SCIENTISTE*" et qui décrète que seul ce qu'on peut percevoir avec nos sens et calculer avec nos instruments de mesure est pleinement vrai et fait autorité quand vient le temps de faire des lois scientifiques et politiques (et donc d'instaurer un système d'éducation) ; or quand des centaines de millions d'hindouistes et de bouddhistes croient que ce que nous montrent nos sens n'est qu'ILLUSION (maya* en sanscrit), ça prend de la FOI, une foi ABSOLUE pour décréter que ces derniers sont dans l'ERREUR en croyant et en prêchant cela. Dans cette philosophie "positiviste" donc, les RÉALITÉS surnaturelles dont témoigne la foi chrétienne DEVIENNENT du domaine de l'IMAGINAIRE et bien sûr, comment les chrétiens pourraient ils prétendre à ce que LEUR imaginaire soit PLUS vrai que celui des autres.

Un autre penseur contemporain d'Auguste Comte (et influencé par lui) a crû à cette philosophie et a bâti sur elle SA solution au problème de la misère et de l'exploitation des travailleurs: ce cher Karl Marx. Car il y a un autre SYNONYME pour "positivisme" et "scientisme", c'est : MATÉRIALISME. Bien oui, si la promesse d'une délivrance surnaturelle finale illimitée qu'offre le christianisme, n'est qu'un beau rêve, il ne reste plus comme solution qu'à employer des moyens terrestres pour renverser la dictature des riches (qui demeure d'ailleurs plus réelle que jamais, pour les milliards de pauvres du Tiers-monde): renverser cette domination par la violence, ou l'accepter et nous rouler, nous aussi, dans le matérialisme CAPITALISTE (et tant pis pour les milliards de personnes victimes de ce système, entre autre les trois enfants qui meurent de faim à chaque seconde dans ce système économique 8). C'est la première option, véhiculée par Karl Marx*, qui a entraîné la mise en camps de concentration, la torture et l'exécution de dizaines millions de personnes ; "Aimez vos ennemis, pardonnez" ne veut logiquement plus dire grand-chose, à partir du moment où celui qui a DÉCRÉTÉ cela, n'est pas DIEU, mais SEULEMENT un philosophe parmi des centaines de milliers d'autres. De même, en faisant de ce que perçoivent NOS SENS la seule réalité, le matérialisme qui domine la société actuelle amène les gens à être obsédés par le corps et l'APPARENCE, au point que selon la Gazette des Femmes 9, l'industrie de la chirurgie esthétique ne cesse d'augmenter ses profits, l'anorexie est sans cesse À LA HAUSSE, y compris chez des enfants de 9 ou 10 ans.


B) RÉFUTATION DE LA PHILOSOPHIE MATÉRIALISTE ET PREUVES LOGIQUES DE CE QU'AVANCE LE CHRISTIANISME

B)a Si maintenant, vous DOUTEZ encore du fait qu'il y a un PARTI PRIS philosophique MATÉRIALISTE dans le Rapport, examinez ces 2 éléments :

b) POURTANT s'il existe NE SERAIT-CE que de BONNES PROBABILITÉS pour que Dieu existe, il devient dès lors ESSENTIEL :

1) de donner, (ne serait-ce qu'au cas où) une place importante dans la démarche de l'école québécoise devrait lui être réservée et

2) De se rappeler que deux discours OPPOSÉS sur Dieu NE PEUVENT PAS être vrais en même temps : L'un est VRAI et l'autre est ERRONÉ ou encore, l'un dit la vérité et l'autre MENT (même si ce n'est pas bien vu d'utiliser ce terme brutal); il y a plusieurs dieux, ou il n'y en a qu'un SEUL; Jésus EST ce DIEU, ou Il ne l'EST PAS. Et s'Il nous a menti, ou s'Il était schizophrène, quand Il a dit qu'Il était Dieu, le seul Dieu, ou si ce sont Ses premiers disciples (transmetteurs de l'Évangile) qui l'étaient, alors TOUT ce que le Jésus des Évangiles a été le PREMIER à prôner dans l'histoire de l'humanité (ex.: le caractère sacré de toute vie humaine en TOUTES circonstances, égalité spirituelle, sociale et ÉCONOMIQUE de TOUS les êtres humains entre eux, inutilité des rituels et traditions pour plaire à Dieu, le bien-être de TOUS devenant la priorité etc.) n'est qu'ÉLUCUBRATIONS d'ESCROC ou de FOU. Le SYNCRÉTISME* ("toutes les religions sont bonnes, y'a qu'à fusionner tout ça!") qui domine notre société n'a donc AUCUN SENS, à moins de REJETER TOUTE LOGIQUE, ce qui nous ferait revenir aux âges les plus sombres, de l'histoire, quand l'humanité était mythologique et PRÉLOGIQUE.


c) OR, la question est, qu'il n'y a pas UNIQUEMENT de bonnes PROBABILITÉS pour l'existence de Dieu, mais il y a plus : une IMPOSSIBILITÉ à ce que Dieu puisse ne PAS exister.

Pensons seulement à LA SIMPLE CELLULE d'un être vivant. Cette cellule contient la TOTALITÉ des informations nécessaire à la FABRICATION d'un être vivant et elle est capable de fabriquer d'autres cellules différentes d'elle, qui à leur tour fabriqueront d'autres "collègues" jusqu'à ce que des millions de cellules forment un être vivant pleinement formé, et jusqu'à la MORT de ce corps, les cellules vont continuer à créer d'autres cellules pour remplacer les cellules mortes. Maintenant, posons nous cette question: si nous mettons les métaux et autres matériaux nécessaires à la fabrication d'une micro puce d'ORDINATEUR, dans une machine à laver en marche pendant plusieurs milliards d'années, y aura t'il une micro puce qui se constituera SANS QU'AUCUN ÊTRE INTELLIGENT NE SOIT INTERVENU, PAR PUR HASARD ? une micro puce contenant :

Dans le même ordre d'idée, les astrophysiciens Igor et Grishka Bogdanov 11 avancent entre autres ces quelques FAITS: À PROPOS DE LA CELLULE: Selon eux, les biologistes sont amenés à calculer que la PROBABILITÉ pour qu'un MILLIER de molécules (les enzymes) se rapprochent D'UNE MANIÈRE ORDONNÉE jusqu'à former une cellule vivante, SANS INTERVENTION d'un ÊTRE intelligent, au cours d'une évolution de plusieurs milliards d'années est de l'ordre de 1 seule chance contre 1 SUIVI DE 1000 ZÉROS, ç.-à-d. 1 milliard x 1 milliard x (etc.) . De même, toujours selon eux, pour que des molécules d'acide s'assemblent SANS INTERVENTION DIVINE pour former un seul A.R.N., ç.-à-d. une des parties de la cellule, il aurait fallu que se multiplient les ESSAIS DUS au HASARD durant MILLE BILLIONS ( 1 million de milliards ) d'ANNÉES, CENT MILLE fois l'ÂGE donné officiellement à l'UNIVERS par la science physique. Selon Francis Crick (Prix Nobel de biologie, découvreur de l'ADN), "un HONNÊTE HOMME, armé de tous le savoir à notre portée, se DEVRAIT d'affirmer que l'ORIGINE de la vie sur Terre, paraît tenir du MIRACLE, TANT il y a de CONDITIONS à réunir pour la mettre en oeuvre." SUR LA VIE TERRESTRE EN GÉNÉRAL : Si UN SEUL des quinze grands PHÉNOMÈNES constants de l'Univers (GRAVITATION, vitesse de la lumière, etc.) avait été même TRÈS LÉGÈREMENT DIFFÉRENT au cours de l'histoire de cet Univers, la VIE n'aurait JAMAIS pu APPARAÎTRE sur la Terre. Selon l'astrophysicien Brandon Carter (tel que cité par les frères Bogdanov) : "L'UNIVERS se trouve avoir TRÈS EXACTEMENT les propriétés REQUISES pour ENGENDRER un être (l'homme) capable de conscience et d'intelligence." 11

d) Toute cette STRUCTURE INFINIMENT COMPLEXE de la vie et de l'Univers, S'OPPOSE au CHAOS polythéiste* qu'on peut par exemple, constater par la présence de 200 millions de dieux dans l'hindouisme* et dans les INCESSANTS CONFLITS entre les dieux que l'on constate dans l'ensemble des mythologies*.12

De même, si la philosophie PANTHÉISTE (ou moniste*) qui dit que "tout est Dieu" et qui est enseignée par les brahmanes* de l'Inde , par un certain nombre de philosophes d'Occident (dont Spinoza*), par le taoïsme (une des philosophies traditionnelle dominante en Chine) et par le Nouvel Âge*, si cette philosophie est VRAIE, alors la MALADIE est Dieu, le viol est Dieu, le racisme et la PAUVRETÉ sont Dieu; la science et la justice sociale n'ont alors plus AUCUNE raison d'être.

De même en est-il avec le bouddhisme qui prêche que l'on doit se DÉTACHER et devenir indifférent face à tout, jusqu'à ce que notre âme se soit ANÉANTIE (NIRVANA*), échappant ainsi à la MALÉDICTION (KARMA*) de la réincarnation .13



e) L'ensemble des religions et religions qui ont précédé l'avènement de Jésus ont mis de l'avant le caractère INCHANGEABLE de la TRADITION et la nature DIVINE des rois* et des chefs (Ex.: En Afrique et en Amérique pré coloniale), même dans la "démocratie" d'Athènes*, les êtres humains les êtres humains sont hiérarchisés selon le sang plus ou moins divin qui coule dans leurs veines. Après environ 350 ans de christianisme conforme à ce que Jésus a prêché, les empereurs romains* ont institué un FAUX christianisme SYNCRÉTISTE* d'État qui a perpétué, à travers le MOYEN ÂGE, les coutumes et la philosophie de la Rome PAÏENNE sous une APPELLATION chrétienne; mais certains dissidents se sont efforcés de RESTAURER le message de l'Évangile, souvent en le payant de leur vie, c'est ce mouvement qui s'est développé au fil des siècles, entraînant le REJET du CULTE que l'humanité (MÊME les musulmans et les juifs) avait toujours rendu à la TRADITION 13b et à la PUISSANCE TERRESTRE. La guerre 14, la torture*, l'esclavage*, le racisme* et la misogynie* étaient considérées comme normales depuis toujours 15, et ce sont les VRAIS chrétiens qui, résolus à ne reconnaître que l'ABSOLU du Nouveau Testament, ont fondé la pensée et les mouvements PACIFISTES 14, POUR LA JUSTICE SOCIALE 15b, ANTI-ESCLAVAGISTES, ANTI RACISTES 14 et 16 ET ANTI SEXISTES 17


C) EN PRÔNANT LA DÉCHRISTIANISATION DES ÉCOLES, LES RÉDACTEURS S'IDENTIFIENT À UN CLUB "SÉLECT" DE PERSONNAGES PEU RELUISANTS tels que :

-Mustapha Kemal*, dictateur militaire FASCISTE de Turquie, impliqué avec le gouvernement des Jeunes Turcs dans la génocide des Arméniens et sympathisant de l'Allemagne nazie (sans avoir osé entrer en guerre contre les puissants ennemis de cette dernière en 1939-45)



-Le parti unique (P.R.I.) qui a imposé sa dictature corrompue au Mexique*, pendant une soixantaine d'années

-La Chine "rouge". D'ailleurs, le système politique chinois dont le dossier des droits de l'homme a toujours été accablant, est orienté depuis environ 2600 ans par 3 philosophies (le confucianisme*, le taoïsme* et le bouddhisme*) centrées sur la vie terrestre tout en prêchant la toute-puissance du DESTIN*

-Les despotes soviétiques Lénine* et Staline*

-Le régime d'Hitler* qui reprochait au christianisme d'avoir "féminisé" et "judaïsé" la race allemande (voir le Testament de Dieu de Bernard-Henri Lévy, ed. Denoël/Gonthier, 1983

-Le ministre français Jules Ferry* qui a imposé la domination IMPÉRIALISTE et raciste française aux 2/3 du territoire de l'Afrique, alors même que la majorité des français y étaient opposés.

-La cour suprême des États-Unis qui a légalisé l'avortement post natal (i.e. infanticide) 18, les défilés des nazis 18b et du Ku Klux Klan et l'exécution des malades mentaux, et qui a imposé un président ayant 300 000 votes de moins que son adversaires.

- L' "American Civil Liberties Union"* qui s'est battue devant les tribunaux pour une bonne partie des charmantes mentionnées plus haut et d'autres du même tonneau.



EN CONCLUSION

Voici la réforme alternative que je vous propose, dans la logique de tout ce qui a été établi jusqu'à maintenant dans ce présent travail :

Fusionner les actuels cours de religion et les actuels services confessionnels de pastorale, pour leur donner un statut mufti confessionnel chrétien, où les valeurs éthiques et la vision du monde, bibliques, serviront de point de ralliement pour l'ensemble des confessions chrétiennes qui y seront impliquées. Aussi, intégrer le cours de religion dans un SERVICE CIVIQUE commun à tous les étudiants et au cours duquel l'élève devrait faire un minimum d'heures d'implications dans des organismes communautaires et faire en sorte qu'une partie de ce service civique se fasse avec un organisme chrétien (Ex.: Les Missionnaires de la Paix ou l'Armée du salut à Québec, Les Catholic Workers et le Comité Central Mennonite à Montréal ), avec lequel il pourrait non seulement mettre en action ce que le cours de religion lui aurait appris, mais aussi apprendre comment les croyant de ces organismes font le lien entre la vision du monde chrétienne et leur vie quotidienne.

Il est évidemment, hors de question que le cours mette quelque pression sur l'élève pour qu'il fasse profession de foi, d'autant que le principe de tolérance vient du christianisme en accord avec l'Évangile, c. à d. de gens comme St François d'Assise, et surtout les Mennonites (Roger Williams*) et Quakers qui ont fondé les deux premiers pays, le Rhode Island et la Pennsylvanie* où le détenteur du pouvoir n'est pas considéré comme un dieu ou un quasi dieu; le christianisme doit donc y être simplement PROPOSÉ, par un(e) enseignant(e) pour lequel(le) c'est une foi VIVANTE. Une fois que le christianisme serait connu, ce serait le moment de présenter l'ensemble des philosophies séculières et des religions, avec objectivité et sans désir de faire preuve de complaisance "Politically correct" et là il aurait déjà reçu de bons outils philosophiques pour soupeser les forces et les faiblesses de chacune d'elles. Il est important aussi que l'école prenne ses distances avec la mentalité hédoniste (ç.-à-d. centré sur la recherche du plaisir) qui submerge notre société en mettant de l'avant les avantages objectifs d'une sexualité strictement maritale et MONOGAME et l'abstinence pour ceux qui sont célibataires, au risque de ne pas être à la MODE; il est en effet affligeant de voir que dans des institutions scientifiques telles que l'université pour laquelle j'écris ce présent travail, les étudiants et les enseignants ne tiennent aucun compte des dangers médicaux TRÈS RÉELS liés à la multiplicité successive des partenaires; pourtant, il convient de dire qu'en dehors du mariage monogame à vie, il n'y a PAS de sexualité VRAIMENT protégée. J'invite toute personne lisant ce texte à prendre en note les références que je vous laisse dans la note 19 en bas de page, sur ce sujet qui a lui seul, pourrait faire l'objet d'un semblable travail.



NOTES BIBLIOGRAPHIQUES ET EXPLICATIVES



N.B. Tous les ouvrages présentés comme références sont disponibles à la bibliothèque de l'UQAR, si la disponibilité dans une autre bibliothèque n'est pas précisée.


*=Voir ce mot dans n'importe quelle encyclopédie (ex. Universalis ou Americana) ou si besoin est dans un dictionnaire des noms propres ou des noms communs.


1a  Et c’est un professeur de droit de l’université McGill qui s’est chargé de la rédaction finale, en format juridique, de la Déclaration

1b Je n'ai pas réussi à retrouver la référence exacte de ces deux reportages, c'est donc de mémoire que je me permets de rapporter ces deux faits, malgré le fait que je sois distrait dans la vie de tous les jours, dans ce genre de détails, ma mémoire est extrêmement fiable.

2 Pour être précis, il faut parler de QUASI-monopole puisqu'il subsiste encore quelques écoles religieuses ou le créationnisme scientifique est enseigné À CÔTÉ du darwinisme, mais ces écoles sont actuellement en cour pour empêcher le gouvernement de les forcer à fermer, suite rappelons-le au Rapport

3 Comme me le rapportait dernièrement au téléphone Marc Fournier, directeur de l'une de ces écoles (Renaissance)

4 Précisons d'ailleurs qu'il n'y a pas un seul créationnisme, mais plusieurs qui peuvent varier considérablement dans leur vision de l'évolution, ce qui reflète bien le fait que la science ait, en réalité, BIEN PEU d'information sur la préhistoire, et que beaucoup de choses qu'on affirme sur cette période ne sont que spéculations.

5 Du moins jusqu'à ce qu'on soit à même de construire des machines à remonter le temps. De même, l'efficacité des méthodes de datations et l'identité réelle des fossiles retrouvés est-elle aussi improuvable, comment prouver par exemple qu'en 10 000 ans le carbone 14 continue à se décomposer à la même vitesse ? Les mêmes machines à remonter le temps seraient encore une fois nécessaires pour OBSERVER la décomposition du Carbone 14 pendant 10 000 ans.

6 et extra historique puisque bien évidemment, aucun humain n'a jamais assisté à l'évolution pour pouvoir en laisser un témoignage pictural ou écrit ou oral (qui nous serait parvenu par la tradition orale) ; les adversaires de l'évolution font observer que le recours aux ultra longues durées est la seule manière d'échapper à l'infini problème de son inobservabilité

7a "Évangile selon St Mathieu", chapitre 5 à 7

7b Voir La Société pure. De Darwin à Hitler., par André Pichot, Éd. Flammarion, 2000. André Pichot est historien des sciences au Conseil National français de la Recherche Scientifique et éditorialiste au magazine La Recherche http://www.larecherche.fr/

8 Voir le site http://www.thehungersite.com/

9 "Le nouveau culte des apparences : sois belle et battante" mai/juin 98, p.21 repere.sdm.qc.ca/repere/minisa.dll/2695/1/15/292896 ? RECORD

10 L'actualité, 15 nov. 2000, p.67-70

11 Dieu et la science par Igor et Grishka Bogdanov et Jean Guitton, Editions Grasset, 1994, pages 69, 72-73, 78 et 82-89. Voir aussi Dieu et le Cosmos, du post PhD en astrophysique, Hugh Ross, Editions La clairière (1-418-649-1166), Québec. Disponible à la bibliothèque publique centrale de Québec. Trin Xuan Thuan, Hubert Reeves ont aussi écrit sur ce sujet de l'ANTHROPIE, au même titre que Brandon Carter.

12 En effet, tant que l'on est soumis aux caprices des dieux polythéistes dont la folie et les vices sont trop semblables aux nôtres, il est impossible d'énoncer des lois scientifiques STABLES ; cela le devient en CONNAISSANT un Dieu à la sagesse et à l'amour infinis. Plusieurs fondateurs de la science moderne étaient chrétiens (Copernic*, Pascal*, Newton*, Pasteur* et Mendel*) et de très nombreux autres ont été profondément marqués par son influence (Ex.: Descartes*)

13 En effet le mot sanskrit qu'on traduit par "compassion", fait strictement référence au Bodhisattva (voir ce mot dans n'importe quel encyclopédie ou dictionnaire) qui est au bord d'enfin annihiler son âme, mais qui accepte de se réincarner à nouveau, pour montrer le chemin de l'annihilation (nirvana) de l'âme aux autres.

13b) Voir La subversion du christianisme, Jacques Ellul, Éd. Du Seuil, 1984

13c Le seul leader au sein du monde islamique à avoir mis de côté la TRADITION pour ne garder que leur livre saint est le Colonel Mouamar El-Kadhafi et dans le judaïsme, c’est le très petit mouvement médiéval des Caraïtes. Aucun de ces deux mouvements n’a eu l’impact positif que les mouvements de retour à la simplicité de l’Évangile ont eu sur l’histoire de l’humanité.

14 L'hindouisme* et le bouddhisme* ne sont PAS NON-VIOLENTS. "Ahimsa" en sanskrit veut, en fait, dire, pour certaines classes de prêtres et de moines : "ne pas se souiller RITUELLEMENT avec du sang" Ex. : Les Thugs* serviteurs de la déesse Kali (épouse d'un des trois dieux suprêmes de l'hindouisme*) faisaient les sacrifices humains en étranglant leurs victimes plutôt qu'en les égorgeant. Même Gandhi a offert que ses partisans face la guerre aux Japonais, au sein de l'armée britannique. Voir le chapitre 1e "Prehistory of Pacifism" dans l'ouvrage Varieties of Pacifism, de Peter Brock, Syracuse University Press, New York, 1998. Pour les origines chrétiennes du pacifisme : Mennonite Central Comitee, les autres chapitres de Varieties…; Jésus et le politique : la radicalité éthique de la Croix, de John Howard Yoder, Presses Bibliques Universitaires, Lausanne, 1984. (Disponibles à l'U.Laval) Sujets connexes : Christianisme des 4 premiers siècles, Pauvreté évangélique, François D'Assise, Vaudois (Moyen Âge), Frères Moraves, Anabaptistes, Mennonites, Quakers (Society of Friends), Cesare Di Beccaria(abolition de la torture), Méthodist Church 18e s., Léon Tolstoï, Doukhobors, Pentecostal movement (1eres décennies du 20s.).

15 Voir Histoire de la vie privée, sous la direction de Georges Duby, tome 1, Editions du Seuil, 1984. (Attention : Dans cet ouvrage se trouve UNE erreur : on y affirme que le Nouveau Testament n'est pas contre l'esclavage, ce qui est FAUX : 1) Dans la 1e Lettre de St Paul à Timothée, chapitre 1, verset 1, on met les esclavagistes dans le même groupe que ceux qui tuent leurs propres parents. 2) Le mot "doulos" que certains traducteurs rendent par "esclave" veut en fait dire "serviteur" et ce titre désigne entre autres, JÉSUS LUI-MÊME : Actes des apôtres, chap.4, vers. 27 ; Évang. Selon St Luc, chap. 22 : 27 ; Év. Selon St Mathieu, chap. 12, v.18 à 21 et chap.21, v.28. )

15b Voir Actes ch. 2 : v. 38-45 ; 4: 31 ; 5: 3, 5-15 ; Mathieu 25 : 35-45 ; Luc 1 : 52-53 ; 6: 24 ; 12: 15, 33 ; 14: 12-13 ; Lettre de St Jacques (dans le Nouv. Testament aussi) 1 : 9-11 ; 5 : 1-5. Voir aussi Sojourners Magazine http://www.sojourners.com/ Jésus et le politique…, John H.Yoder ; la section traitant des chrétiens des premiers siècles dans Les origines du communisme : Judaïques, chrétiennes, grecques et latines, de Gérald Walter, Éd. Payot, 1975 ; Le traité de la meilleure forme de gouvernement, de Thomas More, Éd. Renaissance du livre, 1966 ; La physiologie sociale, de Henri De St Simon, Presses universitaires de France ; 1965 ; Résurrection, de Léon Tolstoï, Gallimard, 1981 ; The Christian socialist revival, de Peter d'Alroy-Jones, Princeton University Press, New Jersey, 1968 et l’article « Communisme religieux » dans l’Encyclopédie Universalis. (tous ces ouvrages sont aussi disponibles à l'U. Laval). Sujets connexes aux origines chrétiennes de la justice sociale : Premiers chrétiens (ou Église primitive), Mouvement communal, Arnaud de Brescia, Lollards, Pauvreté évangélique, Moravian Brethren, Hussites, Anabaptists, Radical Réformation, Ranthers, Quakers, Shakers, Pietists, Méthodist Church, Henri de St Simon, Robert Félicité De Lamennais, Holiness Movement, Doukhobors, Léon Tolstoï, Northern Baptist churches (18e et 19e s.), Karl Barth et Martin Luther King.

16 Voir Slavery and Methodism : A Chapter in American morality, de Donald G. Mathews, Princeton University Press, New Jersey, 1965. Sujets liés aux origines chrétiennes de l'anti-esclavagisme et de l'anti racisme : Methodist Church (18e siècle), Quakers (Society of Friends) 18e et 19e s., American Missionnary Association, Harriet Beecher-Stowe, Moravian Brethren, Mennonites, Asa Mahan, Great Revival* (18e et 19e s.), Great Awakening, Holiness Movement, Congregationnalist Church (18e et 19e s.), Northern Baptist*(18e et 19e s.), Pentecostal Movement (1eres décennies), Piétisme, Karl Barth et Martin Luther King.

17 Voir Le protestantisme et les femmes : Aux origines de l'émancipation, de Liliane Crété, Éditions Labor et Fides, Genève, 1999, disponible à l'U. Laval. Autres sujets liés aux origines chrétiennes de l'égalité de la femme : Convention de Seneca Falls (fondation du féminisme américain), Wesley Chapel (idem), Sojourner Truth (C'est le nouveau nom qu'une prédicatrice noire du 19e s. a déclaré avoir reçu de Dieu), Antoinette Brown, Quakers, George Fox, Methodist Church, John Wesley, Armée du Salut, William et Catherine Booth, Frederick Douglas, Holiness Movement, Awakenings, Church of God / Anderson, Northern Baptist Churches, YWCA (au 19e et début du 20e s.), United Church (idem) et Asuza Street.

18 Voir l'article " (…) Does a woman having an abortion have a right to a dead baby, even if it is born alive ? " dans la chronique The Last Word, par Georges F. Will, dans le magazine Newsweek, 1e oct. 2000.

18b Affaire Skokie*. Voir aussi les mot Ku Klux Klan* et Cour suprême* dans les encyclopédies anglophones les plus récentes.

19 Voir l'article "La maladie du baiser"(sur les risques de transmission du SIDA par la salive chez les gays), dans la section Santé et médecine, du magazine L'actualité, janv.-01. 2001.
CRISIS : heterosexual behaviour in the age of AIDS, par les Dr Robert C. Kolodny, William Masters et Virginia E. Johnson, Grove Press, N.Y. (traite en autres des risques d'attraper le SIDA par la salive). La série des ouvrages Why wait ?, par Josh. McDowell, Word Books, Waco, Texas, 1988. Voir aussi l'interview du Dr Willy Rozenbaum, par Caroline Brizard et Fabien Gruhier, Nouvel Observateur, 18 mars 88. ("Une relation bucco-génitale peut vous flanquer le SIDA")




Tous les lecteurs sont invités à m'envoyer leurs questions ou commentaires (courtois) sur l'ensemble de ce travail à : Rod Allard