Vie chretienne Comos Plan Engin de recherches Plan du site

Samizdat

Ombres du cœur:
un épisode de la vie de CS Lewis.




Paul Gosselin (2002)

Les ombres du coeur (en RealPlayer)

Personnages principaux

Nom Joué par
Jack Lewis
Joy Gresham
Warnie Lewis
Anthony Hopkins
Debra Winger
Edward Hardwicke
Directeur Richard Attenborough

CS Lewis et Joy Gresham

Synopsis
L'écrivain CS Lewis ("Jack" pour les intimes) enseigne à Oxford. Il vit une vie feutrée de célibataire endurci. Connu par le biais de ses livres et conférences Lewis reçoit un courrier abondant de la part de ses nombreux admirateurs. Un jour il reçoit une lettre d'une admiratrice américaine, une poétesse d'origine juive, Joy Gresham. Pour échapper à un mari violent, elle s'établit en Angleterre avec son fils et rencontre Lewis. Afin qu'elle puisse obtenir la nationalité anglaise, et ainsi rester définitivement dans le pays, Lewis consent à un mariage, pour la forme… du moins c'était l'intention initiale.

Fiche IMDb (On décrit Lewis, le professeur de littérature anglaise, comme un "theologian", titre que Lewis n'a jamais réclamé... Tentative pas très subliminale pour déscréditer Lewis...)


CS Lewis était auteur prolifique et prof de littérature anglaise du moyen âge à Cambridge et grand ami de JRR Tolkien. Lewis est devenu athée à la suite du décès de sa mère à l'âge de 9 ans et que son père l'ait envoyé dans un "boarding school" en Angleterre (sa famille vivait en Irlande) dirigé par un sadique qui a été interné quelque temps plus tard. Au cours de ses études universitaires Lewis, à la suite d'un long cheminement, a fini par admettre la vérité du christianisme. Au cours de sa carrière, il a fait plusieurs ouvrages sur la question du mal dans un monde crée par un Dieu bon.

Tout d'abord, pour ceux qui ne connaissent pas bien la vie de Lewis, il faut noter que ce film décrit un événement réel. Il a effectivement marié, pour la forme, Joy Gresham, une divorcée américaine. Elle voulait vivre en Angleterre et ce mariage formel le permettait. Mais les choses ne sont pas restées là. Joy Gresham a été atteinte du cancer et cette maladie a fait basculer non seulement la vie de Joy, mais aussi celle de Lewis. Ce film constitue une méditation profonde sur les questions de la vie, la mort, la joie et la douleur qui coexistent tous dans notre monde déchu. Ce film comporte des moments de vérité où les émotions saisissent le cœur. Je dois avouer y avoir pleurer moi aussi. Et oui. On y aborde la mort de Joy, le deuil de Lewis et ses efforts pour concilier la brutalité de l'événement et ses convictions chrétiennes. Le titre anglais (Shadowlands) rappelle la marche dans le pays du deuil ou comme le dit la Bible, «la vallée de l'ombre de la mort». Dans l'ensemble, le film respect les faits de la vie de Lewis, mais on peut noter quelques points mineurs qui ont été tronqués. Par exemple, dans le film, Joy a un fils, dans la réalité, elle en avait deux. On montre les derniers jours de Joy à la maison tandis que réellement cela c'est passé à l'hôpital. Cela dit, il s'agit d'un film prenant et vrai. Et Hopkins, en tant qu'acteur, est excellent dans ce rôle. Debra Winger joue une femme piquante, vivace, qui donne la réplique aux grands intellectuels bornés.

Avant les événements décrits dans le film, Lewis avait déjà écrit un livre, plutôt académique, sur le sujet de la souffrance. Il s'agit du Le problème de la souffrance (en anglais, il porte le titre The Problem of Pain). Un livre intelligent, logique, rassurant. Mais le décès de sa femme le bouleverse énormément et par la suite il écrit un autre livre beaucoup plus personnel. Il s'agit presque de son journal intime rédigé lors de son deuil après le décès de sa femme. Ce livre porte le titre Apprendre la mort (Ebook gratuit, en anglais, A Grief Observed). Pour protéger son intimité, Lewis a d'abord publié ce livre sous le pseudonyme, N. W. Clerk, puisque les événements décrits étaient trop personnels, mais il croyait que ça puisse aider d'autres qui vivaient aussi un deuil. Après sa mort, ce même livre a été publié à nouveau sous son nom propre. Ces deux livres sont utiles et apportent une perspective différente à la question. Le film d'Attenborough laisse entendre que Lewis abandonne la foi, mais le livre Apprendre la mort démontre clairement que malgré ses luttes avec Dieu, comme Job Lewis n'a aucunement abandonné sa foi en Dieu (comme le laisse entendre ce film...).

Lewis et Douglas Gresham

Pour une critique du film:
How Hollywood Reinvented C. S. Lewis in the Film "Shadowlands"