Vie chretienne Comos Plan Engin de recherches Plan du site

Samizdat

C.S. Lewis,
auteur de science-fiction ?




Paul Gosselin

Clive Staples LewisIl faut avouer que l'auteur britannique C.S. Lewis est connu avant tout par ses romans pour enfants, c'est-à-dire les Chroniques de Narnia. Peu de gens savent que Lewis a été professeur de littérature anglaise du XVIIe siècle et un auteur très riche et diversifié et a rédigé également des ouvrages érudits sur la littérature anglaise (sa spécialité), des réflexions sur la mort et la souffrance, un peu de philosophie, un roman inspiré par la mythologie grecque[1], de l'apologétique, mais encore moins savent que Lewis a écrit de la science-fiction. En fait, il s'agit d'une série de romans, soit sa Trilogie de l'espace, dont voici les titres :

(1938) Out of the Silent Planet.
(1943) Perelandra: A novel.
(1945) That Hideous Strength.

Mais non, n'y cherchez pas des "warp drive", des épées laser ou encore des robots super-intelligents, car il s'agit de science-fiction de la première génération. Ce récit de Lewis est donc apparenté à la fiction de Jules Vernes ou encore H.G. Wells. Rien à voir avec les Star Wars ou Star Trek, ou encore les récits d'Isaac Asimov[2]. Ceci dit, cela nous fait plaisir d'annoncer la mise en ligne d'une édition de domaine publique de la Space Trilogy [3] et qui est disponible ici.

Puisque Lewis fut un professeur bien connu, cette œuvre finira par être traduite en français, d'abord en 1952 par Hachette[4]. L'édition française de cette trilogie fut nommée: La trilogie cosmique[5]:

1) Le silence de la terre
2) Perelandra, Voyage à Venus
3) Cette hideuse puissance.

Dans Out of the Silent Planet, Lewis commence le récit avec le personnage de Ranson, un prof d'université ayant entrepris une randonnée dans la campagne anglaise. Mais cette promenade ne se passe pas comme prévue, car Ranson se fait kidnapper par des scientifiques fous qui l'amènent dans l'espace, vers une autre planète, nommée Malacandra, où Ransom apprend que des extra-terrestres (les Sorns) demandent qu'on leur remet un humain. Mais dans quel but? Les jours passent et Ranson commence à se douter qu'il doit servir à des expériences scientifiques ou encore pour un rituel exigeant un sacrifice. L'extrait qui suit décrit l'état d'esprit de Ransom après avoir fui ses ravisseurs sur Malacandra. On y voit une allusion voilée à la guerre que Lewis doit tirer de ses propres expériences d'un soldat de la Première Guerre mondiale.

Si une bonne part de la première génération des lecteurs de Lewis aurait bien compris ce genre d'allusion (car ils avaient des souvenirs semblables) pour nous c'est moins évident. Mais subissant le choque de se retrouver dans un nouveau monde, la fuite de ses ravisseurs et le fait de se retrouver coupé de toute société humaine, combiné à la fatigue et la faim, fait un peu dérailler Ransom et on peut soupçonner que Lewis rappel encore un souvenir de guerre (ou celui d'un copain).

Possiblement Lewis lui-même a subi une expérience semblable lors de sa convalescence, car dans les tranchées de la Première Guerre on sait qu'il a été blessé par des éclats d'obus, et a été un bon moment en convalescence.

Mon favori de cette Trilogie c'est tout de même le deuxième roman, soit Perelandra. Dans ce récit, Lewis imagine un monde COMPLÈTEMENT différent du nôtre et en plus c'est un monde où le mal n'existe pas, un Paradis Extra-terrestre en somme. Mais un Ennemi finit par s'y infiltrer et l'Ève extra-terrestre sera exposée à la tentation... Comment cela va-t-il finir? Perelandra, c'est un banquet fantastique de l'imagination que Lewis nous propose[6]. On peut noter qu'en rédigeant Perelandra, C.S. Lewis s'est inspiré en partie du Paradis perdu poeme épique de John Milton, mais le contexte que nous propose le récit de Lewis est TRÈS différent.

Comme d'autres, j'ai été un peu dérouté dans ma lecture du dernier roman, soit That Hideous Strength, car initialement ce récit ressemblait d'avantage à du téléroman qu'à de la science-fiction, mais au bout d'un certain temps ça se réchauffe. Il faut patienter un peu. Dans ce récit quasi-apocalyptique, il y a un groupe de “bons” qui s'opposent à un groupe de “méchants” c'est-à-dire le “NICE”, mais en avançant dans ce récit, on peut se demander si Lewis n'a pas croisé à quelques reprises des francs-maçons, car, dans le cas du NICE, de l'extérieur, vous avez une organisation très branché dans les cercles du pouvoir et apparemment matérialiste, mais chez les initiés des degrés plus élevés, il est clair qu'ils trempent dans le spiritisme et l'occulte. D'autre part, il est utile de noter qu'ici et là dans cette trilogie, Lewis propose des observations assez intéressantes sur La Femme. Par exemple, dans That Hideous Strength un des thèmes abordés pourraient porter le titre “Déconstruction d'une femme moderne”. Meunon... ne cherchez pas un chapitre avec ce titre... Il faut lire, un point c'est tout... Mais voici un échantillon de la sa réflexion :

Et lorsque nous étendons notre connaissance de l'œuvre de Lewis, nous constatons des parallèles intrigants entre certaines de ses œuvres. On pourrait affirmer que Cette puissance Hideuse utilise le moyen de la fiction afin de mettre en scène des idées présentées dans son petit tome philosophique, l'Abolition de l'Homme. Il faut avouer qu'à la même époque, les penseurs existentialistes français agissaient exactement de la même manière...

Ce qu'il y a d'amusant à propos d'une lecture attentive de Cette puissance Hideuse vient d'une lente prise de conscience des nombreux parallèles entre le groupe des “ gentils ” et le groupe des “ méchants ”, où on constate une symétrie inversée, personnage à personnage.

Il est vrai que certains chrétiens ont pu critiquer ces romans, car il y est question d'humains en contact avec des “ dieux ”, mais dans Cette puissance Hideuse lorsqu'un personnage a le réflexe de se prosterner devant eux, le personnage de dit :

Ceci fait écho directement à ce que dit l'ange à Jean dans l'Apocalypse (22 : 8-9)[7]. D'autre part, il faut noter qu'à plusieurs reprises dans l'Ancien et le Nouveau Testament, on voit des croyants en interaction avec des anges. Si l'adjonction d'éléments mythiques grecs dans la Trilogie de l'espace peut dérouter l'évangélique scrupuleux, il faut comprendre que du point de vue de Lewis[8], que si on met de côté la corruption dans la mythologie païenne, ici et là, nous retrouvons tout de même quelques restes d'éléments de la Vérité.

Pour faire le lien entre la mythologie païenne et les Écritures, Lewis introduit son concept de "mythe véritable ”, c'est-à-dire que si nous retrouvons des débris éparpillés et confus de vérité dans les mythes païens, lorsque nous regardons l'Incarnation, la mort et la résurrection du Christ, alors vous avez un mythe qui a mis le pied dans l'histoire humaine et il est devenu réel, un fait. Si Lewis en discute dans son livre Miracles, il en est question également dans les deux premiers volumes de sa trilogie de l'espace (Out of the Silent Planet et Perelandra).

La trilogie cosmique, édition L'Age d'homme


Références

CS Lewis (1938/1965) "Out of the Silent Planet." (The Space Trilogy)
Collier/MacMillan New York 160 p.

CS Lewis (1946/1997) Cette hideuse puissance (La trilogie cosmique ).
Lausanne : L'Âge d'homme, . pp. 555-556)


Notes

[1] - Till We Have Faces: A Myth Retold. (1956). Traduit en français : Un visage pour l'éternité: un mythe réinterprété. (Âge d'Homme 1995).

[2] - En passant, Isaac Asimov a rédigé une nouvelle portant le titre The Last Question/La dernière question. Même si Asimov est un athée, ce récit vaut bien d'être lu si vous pouvez les mains dessus et voici un indice: les principes de la thermodynamique conduisent Asimov, malgré son athéisme, à une réflexion sérieuse sur la Genèse. Dans mon cas j'ai lu cela dans son recueil de nouvelles portant le titre “Nine Tomorrows". Notez que cette nouvelle a été traduite en français...

[3] - Est-ce légal de publier un texte intégral de CS Lewis?
Au Canada, oui. Car depuis le 1 janv. 2014, les textes de Lewis sont du domaine public. En effet, la loi canadienne stipule que les droits d'auteur sur une oeuvre sont maintenus du vivant de l'auteur et ensuite sur un période de 50 après sa date de décès. Évidemment en Europe ou aux États-Unis cette période est plus longue, c'est-à-dire 70 ans je crois. Pour en avoir le coeur net, il faut noter que chaque fichier comporte un lien (au dos de la page titre) vers le site du gouvernement canadien et les articles de loi pertinents. Cela dit, à l'extérieur du Canada, il est probable que tous peuvent télécharger et lire ces fichiers sans problème, mais il y a lieu de penser que de les mettre sur un site Web en Europe ou aux États-Unis pourrait poser problème car les droits d'auteur sur les œuvres de Lewis ne sont pas encore échus.

[4] - Mais on devra attendre 1967 pour une édition française complète de la Trilogie, publiée par OPTA/Club du Livre d'Anticipation.

[5] - Aussi traduit et publié chez L'Age d'homme 1997.

[6] - Livré avec des réflexions pointues sur la psychologie féminine. Là encore, il faut lire... je n'en dis pas plus.

[7] - C'est moi Jean, qui ai entendu et vu ces choses. Et quand j'eus entendu et vu, je tombai aux pieds de l'ange qui me les montrait, pour l'adorer. Mais il me dit: Garde-toi de le faire! Je suis ton compagnon de service, et celui de tes frères les prophètes, et de ceux qui gardent les paroles de ce livre. Adore Dieu.

[8] - Et c'est aussi un point de vue partagé par plusieurs des premiers chrétiens.