Vie chretienne Cosmos Arts Engin de recherches Plan du site

Samizdat

Explosions démographiques





Par Paul Gosselin, M.A. (anthropologie sociale - 1995)
L'étude des populations est un domaine intéressant. L'accroissement de population affecte tous et chacun. Les nations avec un taux de croissance élevé ont généralement plus de la moitié de leur population ayant moins de 25 ans. Les nations ayant un taux de croissance inférieur ou près de zéro (et c'est le cas dans de nombreux pays industrialisés de l'Ouest) ont de larges segments de population âgée. Les populations âgées retirent des pensions du gouvernement et exigent des soins de santé en plus grande quantité qu'une population jeune.

L'équation qui suit (tirée de Joan W. Lingner : A Handbook for Population Analysts, Part A: Basic Methods and Measures. 1974, p. 75) peut servir à estimer la croissance d'une population après un lapse de temps défini.

Taille d'une population après un lapse de temps (en années)

Population finale =TOP(1+c)t

Où : TOP=Taille originale de la population

c=taux de croissance par année

t=temps écoulé (en années)

Le taux de croissance de la population au niveau mondial se situe à près de 1,7% (ou 0,017) par année. Certaines nations africaines ont un taux de croissance au-dessus de 0,03 par année, tandis que la moyenne européenne est beaucoup plus basse, c'est-à-dire près de 0,002 (données provenant du 1991 United Nations Demographic Yearbook. New York 1992©, p. 103). À une certaine époque au 19e siècle le taux de croissance au Québec était de 0,06 !

 

Deux exemples serviront pour illustrer l'utilité de cette équation.

NB : Les exemples qui suivent font appel à «NumberCrunch», une calculatrice graphique pour Macintosh, mais de nombreux autres logiciels ou chiffriers peuvent être utilisés pour explorer les calculs.

 

1. Combien d'êtres humains habiteront la terre en 2041 ?

L'annuaire démographique des Nations Unies de 1991 indique que la population présente de la terre est de 5,385 milliards de personnes. Passez en mode "Graph" et remplacez "TOP" dans l'équation par le chiffre 5,385e+9 (en prenant soin d'éviter d'y laisser des espaces). Remplacez "c" par 0,017, soit le taux de croissance actuel. Alors, utilisez la tabulation pour passer dans la première case de valeur "Y" (max.). Tapez 20e+9 (20 milliards). Passez à la prochaine case, soit la valeur "Y" (min.) et tapez la population de 1991, c'est-à-dire 5,3e+9 individus. Passez à la prochaine case soit la valeur "X" (min.) et tapez 0. Dans la prochaine case "X" (max.) tapez 50. Cliquez alors sur le bouton "Plot" et vérifiez quelle est la réponse à notre question.

 

2. Noé

Vous a-t-on raconté l'histoire de Noé et son Arche? Un beau conte pour enfants, hein?

Pour s'amuser, on va entrer quelques chiffres et on verra le résultat. Tout d'abord, l'histoire de Noé (voir Genèse, chapitres 6 à 9) nous dit que 8 personnes sortirent de l'Arche après le Déluge, ou plus spécifiquement, 4 couples. Étant donné que Noé et sa femme étaient plus âgés (et le récit ne nous dit pas qu'ils ont eu d'autres enfants), en termes démographiques vaut mieux les éliminer. Disons alors que notre population de départ (en état de se reproduire) est de 6 individus (ou trois couples). En mode "Graph" il faut remplacer la valeur "5,385e+9" par 6 (dans l'équation ci-dessus et aussi comme valeur min. "Y").

On croit généralement que le taux de croissance dans la préhistoire et l'antiquité ne pouvait être aussi élevé que celui que nous connaissons présentement, car la médecine moderne a fait diminuer la mortalité partout dans le monde. L'espérance de vie est plus élevée maintenant. Par le passé, les grandes épidémies (comme la peste en Europe du Moyen Âge) prirent des centaines de millions de vies. La dernière grande épidémie, la grippe espagnole, prit 21 millions de vies en 1918 et 1919. Les guerres font évidemment beaucoup de victimes, mais on connaît actuellement beaucoup de guerres et la population globale croît toujours. Il faut aussi considérer que les familles du passé ont été plus grandes qu’elles le sont aujourd'hui en Occident. Au niveau mondial, les petites familles (2 ou 3 enfants par couple) sont un phénomène récent et sont une caractéristique des nations développées ou encore des nations avec des politiques de dénatalité (comme en Chine communiste) qui sont imposées par l'État. Au niveau démographique, les grandes familles tendent à compenser les pertes dues aux guerres et aux épidémies.

Lorsque des colons arrivent dans un pays fertile et inhabité (on peut penser aux colons français qui fondèrent la Nouvelle France ou encore aux mutins du HMS Bounty qui s'établirent aux îles Pitcairn par exemple), ils peuvent avoir des taux de croissance très élevés, jusqu'à 3-4% par année. À ce rythme (une nouvelle génération commençant tous les 20 ans), 100 couples peuvent produire 10 millions de descendants en seulement 350 ans. Paul Martin, un paléohistorien (de l’université d'Arizona) qui a étudié les chasseurs Clovis (que l'on croit être les premiers êtres humains à pénétrer en Amérique du Nord et du Sud), estime qu'au moment de l'arrivé des chasseurs Clovis (par le détroit de Bering), les terres libérées des glaciers comportaient une superficie de 10 millions de kilomètres carrés (voir Blitz sur les mammouths. L'Actualité pp. 50-55 vol. 13, no. 2 février 1988 ou un article plus récent Mammoth Kill: Did humans hunt giant mammals to extinction? Or give them a lethal disease? dans la revue Scientific American February 2001 par Kate Wong). Généralement les sociétés de chasseurs-cueilleurs n'ont pas une densité de population qui dépasse 1 personne/kilomètre carré. Lorsqu'ils arrivèrent en Amérique du Nord, ils rencontrèrent d'immenses troupeaux de mammouths et d'autres grands mammifères. Martin croit que l'explosion de population des chasseurs Clovis qui s'ensuivit déclencha l'extermination des mammouths. En termes démographiques, il est fort possible que mille ans après l'arrivée des premiers chasseurs Clovis, leurs descendants aient atteint le nombre de 10 millions, bien assez pour exterminer les grands herbivores (Martin postule une croissance demographique de 3% par an sur une période de 500 ans.).

Mais pour des fins de discussion nous serons très pessimistes et nous supposerons que le taux de croissance dans le passé ait été de moins d'un tiers du taux actuel (ce qui donne 0,005 ou 0,5% par année). Remplacez le taux de croissance précédent (0,017) par cette nouvelle valeur (0,005). Dans la case "Y" (max. ) tapez 6e+9 (c'est-à-dire 6 milliards). Dans la case "Y" (min) tapez 6.

Bon, à quel moment tout ceci est arrivé? Eh bien, un archevêque rigolo de l'Angleterre du 17e siècle, James Ussher estima que la Terre avait été créée en 4 004 av. J.-C. et il situa le Déluge vers 2 350 av. J.-C. (ou il y a environ 4 300 ans par rapport à nous)! Rions un peu, tentons notre chance ! Dans la case "X" (min.) tapez 0 (c'est le moment où Noé, sa femme, ses fils et leurs épouses débarquent de l'arche). Dans la case "X" (max.) "X" tapez 4300. Cliquez alors sur le bouton "Plot" et vérifiez quelle est la population à laquelle on peut s'attendre en 4 300 ans. Pensez-y…


RÉSULTATS :

1. Combien d'êtres humains habiteront la terre en 2041?

La réponse est 12.5 milliards de personnes.

2. Noé

La réponse est (en utilisant un taux de croissance de 0.5% [ou 0.005]) que la population mondiale excédera 6 milliards de personnes en 4 150 ans.

Remarque : Ces résultats sont connus évidemment et les démographes qui ne peuvent admettre de telles choses (étant donné leurs présupposés évolutionnistes) sont obligés de postuler un taux de croissance dérisoire, si près du zéro qu'ils auraient mis la population à la merci de la première épidémie pendant des millions d'années. If faut éviter à tout prix que les présupposés soient remis en question...

Si tu veux tenter ces démonstrations toi même, on peut télécharger le shareware NumberCrunch 1.2 ainsi que les fichiers de démonstration (66K, OS Mac vers. 6 - 9 seulement) en cliquant ici.

Discussion de quelques points supplémentaires