Vie chretienne Comos Plan Engin de recherches Plan du site

Samizdat

La nouvelle chasse aux sorcières :
La répression de la dissidence médicale en 2021.


« Le premier qui parle dans sa cause paraît juste; Vient sa partie adverse, et on l’examine. » (Pr 18:17).

Or, ce pseudo-mysticisme est le sceau de la bureaucratie lorsqu'elle devient une forme de gouvernement. Puisque le peuple qu'elle domine ne sait jamais vraiment pourquoi les choses arrivent, et qu'il n'existe pas d'interprétation rationnelle de la loi, il n'y a plus qu'une seule chose qui compte, c'est l'événement brutal, nu. (...) L'une des différences les plus éclatantes entre le vieux régime de la bureaucratie et le courant totalitaire moderne réside dans le fait que les maîtres de la Russie et de l'Autriche d'avant-guerre se contentaient de l'éclat stérile de leur pouvoir et que, satisfaits de contrôler son destin extérieur, ils laissaient intacte toute la vie intérieure de l'âme. La bureaucratie totalitaire, forte de sa meilleure compréhension de la portée du pouvoir absolu, a fait intrusion chez l'individu privé et dans sa vie intérieure avec une égalité brutalité. Cette efficacité radicale a eu pour résultat de tuer la spontanéité intime du peuple soumis à son joug et de tuer en même temps les activités sociales et politiques de ce peuple, si bien qu'à la stérilité purement politique du régime des premières bureaucraties a succédé une stérilité complète sous les régimes totalitaires.
(Hannah Arendt - Origines du Totalitarisme. vol. 2 - 1951/2002 Gallimard, coll. Quarto, pp. 530-532)

Une discussion n'est vraiment possible qu'entre gens du même avis.
(G. de Rohan-Chabot)

Dans un monde où la haine a été propagée par les progressistes, le progrès, c'est croire qu'on pense quand on se contente de détester ; c'est se chercher un ennemi sans lequel on ne peut vivre ; c'est entretenir les passions tristes (...); c'est psychiatriser la pensée critique et salir quiconque ne pense pas comme soi plutôt que de critiquer ses arguments.
(Michel Onfray - Théorie de la dictature. 2019 Robert Laffont, Paris [p. 229]).



Paul Gosselin (2021)

Dossier Covid19


Récemment on m’a posé cette question.

-------------

Salut Paul, que penses-tu de cet article?

Selon l'ancien président de la commission Covid du Collège royal des médecins et chirurgiens : « C'est le plus grand canular jamais perpétré sur un public sans méfiance ». (SOTT - 18/11/2020)

Jacques

-------------

Premier constat : il est assez significatif qu’un médecin canadien de haut niveau comme Hodkinson ait le courage de parler comme ça. On peut supposer qu’il est soit retraité ou sur le point de l’être et il profite de cette liberté pour PARLER clairement. Peu importe, ça prend du courage tout de même de sortir la tête de la tranchée comme il l’a fait...

Dr Didier RaoultDans des courriels au cours de 2020 je me plaignais un peu qu’au Québec, on n’a pas de Dr Didier Raoult (et professeur de médecine) osant poser des questions sérieuses au sujet du covid et des violations de nos droits constitutionnels par toutes les mesures de restrictions et de confinement. Nos médecins québécois sont TRÈS soumis, leur chèque de paie, ce sont leurs menottes, leur camisole de force... Entre autres, le Dr Raoult (ainsi que cinq autres médecins) a fait face en décembre 2020 à une plainte déposée par l’Ordre des médecins de la France. Mais heureusement le Dr Raoult n’est pas un aplaventriste et il a immédiatement répliqué avec une plainte déposée contre Patrick Bouet, le président du Conseil national de l’Ordre des médecins (Marcel D. 2020). Et si les grands médias français ont discrédité Raoult, un article de FranceSoir signale qu’en septembre 2020 Raoult a aussi été attaqué par la Société de Pathologie Infectieuse de Langue Française l’accusant d’avoir « enfreint neuf articles du code de déontologie de la profession dont la promotion d’un traitement dont l’efficacité n’aurait pas été démontrée, diffusion de fausses informations, manquements au devoir de confraternité[1] ou encore des essais cliniques réalisés à la limite de la légalité. » Comme le souligne l’article de Julien Sureau (2021 - Actu.FR) le Dr Raoult a même fait l’objet de menaces de mort de la part d’un collègue…

Ce qu'il y a de particulier dans le cas du Dr. Raoult c'est qu'il a été attaqué non seulement pour ses remises en question de la gravité du Covid19, mais avant tout pour avoir proposé un traitement alternatif à ce virus, c'est-à-dire l'hydrochloroquine. Il semble clair que même avant que le Covid19 soit apparu sur la scène en février 2020, qu’une décision avait été prise en haut lieu (Organisation mondiale de la santé) pour exclure tout traitement alternatif à ce virus. Sans doute ce serait intéressant de vérifier QUI a mise en place de cette directive, comment il l'a justifé et à quel moment on l'a établi. On peut supposer que la même directive avait été mise en vigueur en France dès janvier 2020 (sinon avant) et que le Dr. Raoult n’a fait que trébucher sur cette directive sans s’en rendre compte lorsqu'il s'est mis à recommender le traitement avec l'hydrochloroquine. Pour ma part j’ai été confronté à cette réalité au début avril 2020 tandis qu’une personne que je connais luttait avec le Covid19 (voir l’Anecdote au bas de cet article). Ici au Québec une pharmacienne m’a indiqué qu’une directive de la RAMQ (Régie de l’assurance maladie du Québec) était en place qui excluait l’hydroxychloroquine pour traiter le Covid19, sous prétexte qu’il était réservé pour le traitement du lupus.

Toujours en France, la journaliste Aurore Gayte relate ce qui suit au sujet d’un autre médecin français dissident (Gayte 2020) :

Christian Perronne, qui était jusqu’à peu chef de service des maladies infectieuses de l’hôpital de Garches, a été démis de ses fonctions le 17 décembre par le chef de l’AP-HP, Martin Hirsch, pour avoir «  tenu des propos considérés comme indignes de la fonction qu’il exerce ».

Autre cas en France, il y a le courageux Dr Amine Umlil, pharmacien et juriste et responsable de l'unité de pharmacovigilance du Centre Hospitalier de Cholet qui a osé remettre en question le vaccin obligatoire. Récemment le direction de l'hôpital de Cholet l'a lynché pour cette prise de position en publiant des plaintes anonymes s'attaquant à sa réputation. Et comme c'est devenu habitue chez nos élites manipulateursl, plutôt que répondre aux arguments d'Umlil on s'attaque à sa réputation dans le but de le discréditer et de le faire taire. Voici la réplique d'Umlil. Et toujours en France  il y a un cas plus spectaculaire encore, soit le professeur Jean-Bernard Fourtillan (Phd et ingénieur chimiste, pharmacien), qui a participé au tournage du film Hold-Up a été interné le 10 décembre 2020 à l’hôpital psychiatrique Le Mas Careiron, de la ville d’Uzès, hier, sur ordre du préfet du Gard. Il semble que le fait de se retrouver étiqueté complotiste justifie n’importe quelle démarche illégale… Il faut prendre conscience que ce sont des démarches communément exploitées par le KGB à l’époque soviétique…

En Angleterre il y a le cas du cancérologue, Karol Sikora[2] qui a remis en question les restrictions appliqués par Londres et a fait des plaintes au sujet des restrictions à l’accès aux soins de santé pour les gens atteints de cancer. Pour le récompenser, plusieurs journalistes des grands médias anglais l’ont attaqué. Toujours en Angleterre il y a le cas d’un juge retraité de la Cour suprême, Lord Sumption[3] que les grands médias anglais ont attaqué lorsqu’il a osé faire quelques critiques des restrictions dues au Covid par l’État anglais et pour avoir examiné les implications légales de l’empiétement de ces restrictions sur la liberté des Anglais. Et il y a le cas du Dr. K Polyakova qui le 2 avril 2021 a mis en ligne sur le blog bmj [British Medical Journal] ce commentaire Do doctors have to have the covid-19 vaccine? Entre autres, Polyakova fit ces commentaires sur les risques que court le personnel médical en prennant le vaccin anti-Covid.

Néanmoins, ce qui me préoccupe actuellement, c'est l'incapacité à rendre compte de la réalité de la morbidité causée par notre programme de vaccination actuel au sein des services de santé et du personnel. Les niveaux de maladie après la vaccination sont sans précédent et le personnel tombe très malade, certains présentant des symptômes neurologiques, ce qui a un impact énorme sur le fonctionnement des services de santé. Même les jeunes et les personnes en bonne santé sont absentes pendant des jours, voire des semaines, et certaines nécessitent un traitement médical. Des équipes entières sont retirées alors qu'elles allaient se faire vacciner ensemble.

Mais deux jours plus tard les observations de Polyakova ont été retirés avec ce mot des éditeurs du BMJ.

Important editorial notice for readers: This rapid response has been removed as it was being used to spread misinformation and was attributed in a misleading way on certain websites and social media. The Editor, 12/04/2021.

C'est ainsi qu'on étouffe la science véritable. On ne permet aucun débat. C'est un comportement digne de l'Inquisition, pas d'institutions scientifiques...

Et si ma première impression était qu’au Québec les médecins étaient tous plutôt confortablement installés dans leur conformisme, un contact m’a mis les points sur les is... (je lis davantage les médias anglais, je dois confesser...). Il y a effectivement quelques médecins québécois qui ont osé parler. Mais voilà comment on procède dans un tel cas pour le faire taire... Non, on ne lui envoie pas un Hells Angels pour lui casser (amicalement) une jambe. Non, ce n’est pas ça, on est civilisé ici... Voilà comment on procède... L’article qui suit, tiré des grands médias québécois, discute du cas du Dr Marc Lacroix, propriétaire des cliniques médicales Lacroix qui a osé remettre en question à la radio les politiques gouvernementaux de l’État québécois relatif au Covid19.

Le Dr Lacroix devra faire face au conseil de discipline. | TVA Nouvelles

Le Dr Lacroix, a fait objet d’une plainte privée déposée contre lui par Olivier Bolduc et qui l’a accusé de « s’être conduit d’une manière imprudente et d’avoir miné la confiance du public envers les instances gouvernementales confrontées à la gestion de la crise sanitaire ».  En somme, Bolduc semble accuser Lacroix d’un crime de lèse-majesté, comme s’il était inconcevable de poser des questions sérieuses aux instances gouvernementales. Chose curieuse, si la confiance du public est vraiment la question fondamentale n’y a-t-il pas lieu de confronter les décideurs à des questions sérieuses afin qu’ils fassent la démonstration qu’ils méritent justement la confiance du public ? Cherchant à étouffer dans l’œuf un débat véritable, l’accusation de Bolduc semble impliquer qu’il n’y a pas lieu de se soucier de la VÉRITÉ ou des preuves empiriques des affirmations des technocrates québécois. Enfin, voilà que le Dr Marc Lacroix[4] se retrouve avec devant le Collège des médecins du Québec avec 12 chefs d’accusation! On lui fait des menaces administratives, professionnelles et économiques. Assez intimidant comme matraque n’est-ce pas ? Et sur les 12 chefs d’accusation, on note (Sallant 2021) :

La présidente a donc accepté 11 des 12 chefs d’infraction contre le médecin et ordonne qu’un conseil de discipline soit constitué pour une audition sur culpabilité.

Dr Didier RaoultAutre cas au Québec, le Dr Mathieu Bernier, un urgentologue de Gaspé. Pendant plusieurs semaines Bernier (très actif sur Twitter ) a tenté d'alerter le public au sujet des incohérences des politiques de l’État québécois au sujet du Covid19. En entrevue, Bernier souligne les conséquences des restrictions (Fleury 2020) :

Pire, «on fait des dégâts ailleurs en maintenant le confinement». Le Dr Bernier rappelle que des gens ont arrêté de consulter à l’urgence par crainte d’attraper la COVID-19, que les consultations en psychiatrie ont commencé à augmenter, que le taux de chômage a grimpé — «et on sait qu’une hausse de 1% du taux de chômage, historiquement, ça s’accompagne d’une hausse de 0,7% à 0,8% des suicides annuels» — et qu’on va éventuellement devoir payer le déficit que fait l’État sous forme de coupures dans nos services sociaux et notre filet social.
«Ça aussi, ça va faire des morts un peu camouflés, à long terme, qui ne passeront pas nécessairement dans les journaux. C’est morbide finalement de rester confiné trop longtemps», dit le médecin.

Faisant état de la pression qu’il subissait pour se taire, Bernier, observa (5/12/2020) « Je dois mettre mon compte [Twitter] en mode protégé pour un jour ou deux, car je n’ai pas le temps de gérer les attaques, les insultes et même les menaces que je reçois… » Et faut-il s’en étonner ? Le lendemain, un article du Journal de Québec (J. Bernier 2020) annonce que le Dr. Bernier fait l’objet d’une enquête de la part du Bureau du syndic du Collège des médecins suite à ses propos sur Twitter. Le président de l’ordre, le Dr Mauril Gaudreault, accuse Bernier de manquement déontologique. Et ce n’est PAS un détail, une tape sur les doigts sans conséquence. Cette démarche peut entraîner diverses sanctions, allant jusqu’à la perte de droit de pratiquer, la perte de revenu et ne plus pouvoir payer ses comptes… La chasse aux sorcières prend de l’ampleur…Un autre cas au Québec, en avril 20121 le professeur de physique Denis Rancourt a été banni du site ResearchGate (où il avait un compte depuis 2015) pour avoir émis des avis sur les effets noscifs du port de masques.

Voyons brièvement un cas au Québec qui n’a rien à voir avec les médecins. Voici que l’on rencontre un policier de ville de Laval avec le courage de parler franchement des restrictions, un Maxime Ouimet. Et on a fait payer TRÈS, TRÈS, TRÈS cher à Ouimet d’avoir osé parler... Voici la progression des moyens de pression dont il a été l’objet :

- punition administrative, retiré de poste actif pour un poste de bureau,
- démission forcée,
- incendie de son commerce
- procès pour harcèlement par un commerce voisin
- arrestation pour harcèlement à l’endroit de journalistes.

Il me semble TRÈS naïf de croire que tous ces événements qui ont ciblé Ouimet sont sans lien entre eux et ne sont pas coordonnés… Et si par hasard d’autres policiers québécois trouvaient le courage de parler et rejoindre monsieur Ouimet ? Se peut-il qu’on a voulu passer un message TRÈS clair à d’autres policiers : Voici ce qui vous attend si vous osez poser trop de questions…

Dans le cas du Dr. Roger Hodkinson, il semble bien qu’on ait tenté de le discréditer, car une note[5] de la part du Royal College of Physicians and Surgeons of Canada se dissocié de sa prise de position et précise qu’il n’a jamais été le président/chairman de ce Collège. Comme on le voit dans l’article par Cap Allon, YouTube a supprimé de manière systématique chaque vidéo contenant l'avis de ce médecin éminent. Manifestement il y a une coordination entre les instances gouvernementales et les grands médias tels que Google/YouTube pour étouffer des voix comme celui du Dr. Hodkinson.  Les élites postmodernes ne veulent pas que les gens entendent ce qu'is ont à dire.

Manifestement l’objectif est d’imposer massivement et sans concession (ou tolérance) chez les médecins un conformisme absolu, une pensée unique au sujet du confinement et des restrictions de la liberté que le Covid19 est censé justifier… Comme le souligne l'article d'O'Neill (27/1/2021) une des stratégies TRES manipulatrices est de faire l'amalgame de ceux qui critiquent les restrictions et ceux qui nient l'existence du virus du Covid19. Résultat, cela implique que celui qui critique les restrictions est un être aussi infâme que celui qui rejette l'Holocauste... Je pense qu’il faut constater qu’il y a un pattern (comme disent les anglais) qui se développe. Cela dissipe quelque peu le mystère pourquoi il n'y a si peu de médecins qui dénoncent les mesures de confinement au Québec. Ils n'ont pas le droit de donner leur véritable avis en tant que médecins s'ils ne sont pas d'accord avec le narratif diffusé par le gouvernement sans devoir faire face à des sanctions disciplinaires.

Voici quelques commentaires pertinents à ce sujet de la part de la World Doctors Alliance (un groupe international de médecins remettant en question le discours officiel touchant les restrictions du Covid) touchant la censure et les pressions exercées sur les médecins pour éviter qu’ils remettent en question le discours officiel sur le virus du Covid et les violations des droits qui en découlent (Open Letter – 16/1/2021)

- Governments have acted maliciously in censoring doctors, nurses and NHS staff. The people have the perfect right to hear what is going on in hospitals, and the medical profession have a duty to look after the public and to reassure them. (1)
- The medical profession has not been allowed to let the public know that covid wards have been empty for months, nor that covid deaths have reached an all-time low for months, and this has unnecessarily added to the public’s distress and anxiety.
- Doctors and scientists with views that differ from the government narrative have had their videos and articles removed from the internet

Comme on peut le voir, la chasse aux sorcières des médecins et scientifiques dissidents se fait avec l’appui des grands médias d’internet (Google, YouTube, Twitter et FaceBook). Et si peu de médecins québécois parlent, on peut supposer que ces menaces de perte de statut professionnel et de chèque de paie suffisent amplement pour imposer le silence. Et si nos élites posent des gestes aussi brutaux, des gestes dignes de l’Inquisition ou du MVD sous Staline (ancêtre du KGB…), on peut supposer qu’il y a une montée d’une grogne réelle chez les médecins québécois et que l’ont veut vraiment faire un exemple des cas des Drs Marc Lacroix et Mathieu Bernier, afin que les autres sachent ce qui les attend s’ils osent s’ouvrir la trappe... Et d’autre part si nos élites posent des gestes aussi coercitifs, des gestes aussi répressifs, cela constitue un aveu assez clair qu’ils cherchent à éviter à tout prix un débat ouvert, c'est-à-dire un échange où chaque partie pourrait s’exprimer librement et qu’on pourrait arriver à la vérité des choses touchant la situation qui nous concerne. À la fin, cela constitue aussi un aveu que dans un débat véritable où tous peuvent s’exprimer et aller au fond des choses, ils savent qu’ils n’auraient pas gain de cause. Cela explique le recours à des moyens aussi coercitifs.

Comme le signale cet article de France Soir il faut noter qu’au Brésil, des médecins se sont regroupés pour s’exprimer. Ça protège un peu plus.

INTERVIEW EXCLUSIVE : La «science» de la pandémie, Marcos Eberlin, PhD, science collaborative acte 2.


Follow the science… ou la science comme arme idéologique
Lors de mes études universitaires dans les années 70, on aimait répéter le slogan : « La science est caractérisée par le doute ! » Cela laissait entendre que la science n’est pas dogmatique (lire, comme la religion…) et que science véritable nécessite des discussions ouvertes et encourageait les remises en questions sérieuses. Le cas classique c’est Einstein et le développement de la théorie de la relativité. Si, en 1905, on avait consulté le « consensus scientifique », le verdict aurait été clair, la relativité c’est de la foutaise puisque la majorité des physiciens appuyaient encore la physique classique de Newton... Et puis si à l’époque la physique avait été dirigée de la même manière que le débat sur la gravité du Covid19, alors on aurait banni des universités tous les partisans de la relativité voir même aller jusqu’à interner les plus récalcitrants en psychiatrie pour avoir osé douter des “experts” et leur “consensus”. Oui, ces comparaisons sont nécessaires pour mesurer la situation actuelle…

Depuis le déclenchement des restrictions dues au Covid19 en mars 2020, le discours gouvernemental et médiatique n’a cessé de marteler que les experts ont parlé et qu’il FALLAIT se soumettre à leurs affirmations et accepter sans rechigner les tous  les décrets (et violations des droits) imposés par l’État, faute de quoi se voir affublé d’hérésie, c'est-à-dire d’être considéré anti-scientifique[6]. Ah, mais j’allais oublier le mantra matraque (et culpabilisant), « Il faut sauver des vies !!! » C’est super efficace, car comment peut-on oser ergoter quand il faut « sauver des vies !!! » ?? Ça met fin à toutes les discussions… C’est TRÈS efficace. Mais dans la logique des choses, toutes les restrictions (et toutes les conséquences dramatiques qui en découlent) renvoient à une question critique et centrale : Le virus du Covid19 est-il aussi néfaste et meurtrier qu’on le dit ? Ce n’est pas une question abstraite ou philosophique du genre : « La lumière : est-ce une particule ou une onde ? », car la vie de milliards de personnes sur la planète Terre sont touchés directement par les restrictions (et leurs conséquences directes telles que pertes d’emploie, faillites d’entreprises, restrictions de mouvement sans précédent, refus d’accès au système de santé et suicides) que l’on justifié par la gravité du Covid19.

Comme on le voit, le marketing des restrictions repose massivement sur le scientisme, c'est-à-dire sur le principe de l’autorité absolue de la science et ses représentants (non élus…), les experts scientifiques. Et manifestement, tous les  gouvernements du monde ainsi que les grands médias se sont assujettis à cette autorité. Ce qu’on appelle le scientisme[7]  est un dérivé de la pensée du Siècle des Lumières qui exploite le prestige de la science comme arme idéologique et qui devient alors la Science (toujours avec un grand S). Chez les propagandistes le plus zélés du scientisme, la science est alors transformée en 'savoir sacré', en VÉRITÉ (devant laquelle TOUS doivent fléchir). Et pour les dévots du scientisme, 'l'espoir de l'homme' se trouve être investi dans la science en son ensemble; ses méthodes, ses théories, ses outils, etc... Dès lors les technocrates deviennent les grands prêtres du scientisme et, plus significatif encore, ils sont dotés de toute l’autorité de la science[8]. Voici un exemple récent où un technocrate américain reproche le manque de foi dans science du peuple américain et exploite à fond la matraque du scientisme afin d’imposer le conformisme.

Anthony Fauci: Americans ‘Don’t Believe Science and They Don’t Believe Authority’. (Joshua Caplan – Breitbart – 18/6/2020)

Notez bien l'emphase sur le mot believe, plutôt que sur le mot doubt (ou doute)... Ouais, il FAUT croire, il FAUT avoir la foi... Et dans le passé le scientisme a été massivement exploité à des fins idéologiques. Chez les marxistes, pensez matérialisme scientifique[9]. Et chez les nazis, le racisme scientifique fondé par Sir Francis Galton (demi-cousin de Charles Darwin) et le marxiste français Vacher de Lapouge ont servi de justification scientifique pour la Solution Finale mise en marche par Hitler. La sociologue britannique, Eileen Barker, expose l’intérêt idéologique d’exploiter le prestige de la science (1979: 79) :

À une époque de pluralisme religieux, ceux qui tiennent à une croyance particulière éprouvent souvent le besoin de défendre leur position contre l'incrédulité des autres. On éprouve donc le besoin d’une forme d'autorité épistémologique indépendante et couramment admise. Dans une société moderne et rationnelle, la seule source disponible est la science. La demande constante de soutien [idéologique] a été récompensée au cours du XXe siècle par la montée d'une nouvelle prêtrise scientifique afin de fournir un discours légitimant nécessaire à diverses perspectives idéologiques.

Il est, en effet, essentiel de distinguer la science, en tant que méthode, du scientisme qui est la croyance que seules ces méthodes peuvent être utilisées à la poursuite de la connaissance. Le scientisme est donc une idéologie, un élément important de la foi religieuse moderne. La foi dans la science est très largement inculqué par le système scolaire en Occident, et davantage même dans le monde francophone. Les physiciens Lévy-Leblond et Jaubert définissent le scientisme de la manière suivante (1975: 43):

Le crédo du scientisme - Mythe 1 - Seule la connaissance scientifique est une connaissance véritable et réelle, c'est-à-dire, seul ce qui peut être exprimé quantitativement ou être formalisé, ou être répété à volonté sous des conditions de laboratoire, peut être le contenu d'une connaissance véritable. La connaissance « véritable » ou « réelle », parfois aussi appelée connaissance « objective », peut être définie comme une connaissance universelle, valable en tout temps, tout lieu, et pour tous, au-delà des sociétés et des formes de cultures particulières.

Touchant le rôle idéologique de la science sous le scientisme, Lévy-Leblond et Jaubert remarquent (1975: 41):

Les gens en général, bien qu'on leur enseigne certains des plus grossiers et des plus anciens résultats de la science, ont toujours eu peu ou pas de compréhension de ce qu'est réellement la science en tant que méthode. Cette ignorance a été perpétuée par tout l'enseignement primaire, secondaire, et même par l'importante partie de l'enseignement universitaire qui ne constitue pas une préparation à la recherche: la science y est enseignée dogmatiquement, comme une vérité révélée. Aussi, le pouvoir du mot  sur l'esprit du grand public est-il d'essence quasi mystique et certainement irrationnelle. La science est, pour le grand public et même pour beaucoup de scientifiques, comme une magie noire, et son autorité est à la fois indiscutable et incompréhensible. Ceci rend compte de certaines des caractéristiques du scientisme[10] comme religion.

Avec un peu de recul, on se rend compte que la science, en Occident, est graduellement venue à jouer le rôle social et idéologique de garant du discours officiel, rôle joué autrefois par la religion. Autrefois, on tranchait les débats en disant: « Le Pape ou la Bible déclare… » ! Maintenant, lorsqu'on dit: "La Science nous indique que…" ou que "Les études scientifiques ont démontrées que…", les discussions prennent fin, car il n'y a pas de plus haute autorité à laquelle on puisse faire appel. Les experts ont parlé. La Science est devenue le valideur ultime du discours officiel et la confiance sociale accordée à la science comme planche de salut pour l'homme occidental ne semble pas près de s'évanouir malgré les bombes H, la menace des nouvelles technologies génétiques et les problèmes de pollution que la science a engendrés. Et quelles sont les conséquences de la promotion du scientisme ? Sans trop d'illusions, Thuiller affirme (1980: 116) :

Karl R. PopperEn revanche, les effets à court et à moyen terme de l'intoxication scientiste ne sont que trop clairs: en tant que telle, par son succès social, elle conduit les gens à une sorte de démission philosophique, éthique et politique.

Tenant compte des efforts brutaux pour étouffer le débat sur la gravité du Covid19 et la pertinence des restrictions, voici une perspective apportée par Karl Popper, un des plus éminents philosophes de la science du 20e siècle. Dans son livre La connaissance objective Popper exprima l’avis que la science doit avancer des hypothèses qui doivent être soumises à des tests, qu’il est possible de réfuter, c'est-à-dire de prouver faux (1973/1998: 41) :

Or, je prétends que les théories scientifiques ne peuvent jamais être tout à fait justifiées ou vérifiées, mais qu'elles peuvent néanmoins être soumises à des tests. Je dirai donc que l'objectivité des énoncés scientifiques réside dans le fait qu'ils peuvent être inter-subjectivement[11] soumis à des tests.

Ainsi du point de vue de Popper si on refuse ces débats, ces critiques, ces tests, alors il ne s’agit plus de science, mais de pseudo-science. Qu’est-ce que cela implique pour la situation actuelle où les autorités et les grands médias font tout pour étouffer un débat de fond sur la gravité du Covid (et marginaliser/discréditer les dissidents) ?

Le physicien américain T.S. Kuhn, qui a aussi contribué une autre perspective à la philosophie de la science, signale que la science comporte deux mouvements de pendule nécessaires et complémentaires. Ce qu’il appelle la “science normale” c'est-à-dire le travail des scientifiques à l’INTÉRIEURE d’un paradigme (ou théorie) et la “science révolutionnaire” qui se fait par des scientifiques cherchant un nouveau paradigme, en somme une nouvelle interprétation des données empiriques. Ce qui est significatif est que Kuhn note qu’il ne peut y avoir de progrès sans “science révolutionnaire”, c'est-à-dire sans l’acceptation d’une pensée scientifique divergente... Sans débats de fond vigoureux, sans dissidence scientifique, la science reste bloquée, stagnante... Un autre philosophe de la science avait un avis encore plus tranché. Paul K. Feyerabend, (1975/79 : 32) affirmait que « La prolifération des théories est bénéfique à la science, tandis que l’uniformité affaiblit son pouvoir critique. L’uniformité met aussi en danger le libre développement de l’individu. » Et lorsque la Science se fait dogmatique (et intolérante à tout débat de fond), Feyerabend note avec dérision (1975/79: 46) :

… l'unanimité dans l'opinion peut convenir à une Église, aux victimes terrorisées ou ambitieuses de quelque mythe (ancien ou nouveau) ou aux adeptes faibles et soumis de quelque tyran. Mais la variété des opinions est indispensable à une connaissance objective. Et une méthode qui encourage la variété est aussi la seule méthode compatible avec des idées humanistes.

Trofim Denissovitch LyssenkoPour l’historien de la science, l’époque soviétique est très fertile en exemples d’exploitation idéologique de la science (scientisme) appuyée par la répression de la dissidence scientifique. Trofim Denissovitch Lyssenko (1898-1976) fut un botaniste russe qui devint une star de la science sous Staline. Lyssenko fut le promoteur de la technique de la vernalisation, qui était censé permettre la transformer des blés d'hiver en blés de printemps en les soumettant à de basses températures. Puisque la génétique mendélienne était jugée « réactionnaire », les théories de Lyssenko trouvèrent de l’appui dans l’État stalinien et Lyssenko profita de cette situation pour combattre farouchement tout adversaire scientifique. Plusieurs généticiens russes perdirent leurs postes[12], voire leurs vies dans le Goulag. La critique des théories lyssenkistes fut impossible en URSS jusqu'à la chute de Khrouchtchev en 1963. Manifestement, un effet du scientisme est de corrompre la science. Bien des années plus tard, on a reconnu que la vernalisation était en fait de la pseudoscience. Examinant la rhétorique de la pseudoscience, R.G.A. Dolby, professeur à l’université de Kent, offre un commentaire pertinent dans ce contexte (1979: 36):

Un (...) mouvement qui parvient à changer ses affirmations[13] d'une manière acceptable afin que les réfutations d'affirmations passées ne soient jamais pertinentes et que de nouvelles thèses attirent toujours l'attention, peut gagner du terrain pendant un long moment. On croit que Lyssenko a pu demeurer influent aussi longtemps dans l'agriculture soviétique parce qu'il modifiait ses thèses de cette manière.

Pour ceux qui ont suivi depuis mars 2020 l’évolution du discours officiel sur le Covid19, l’article de Cawood (2020) nous le rappel comment des technocrates comme le docteur Anthony Fauci émettent régulièrement des avis changeants.

L’atmosphère de répression actuelle touchant le débat sur la gravité du Covid19, rappel en effet les méthodes exploitées par le biologiste Lyssenko sous Staline pour étouffer la voix des généticiens mendéliens[14]. Ainsi pour que la science fonctionne correctement, il FAUT que les grandes institutions scientifiques admettent la pensée divergente ainsi que la critique du consensus. Si le passage de la physique classique de Newton à la relativité d’Einstein n’a que peu de répercussions dans la vie de la majorité des gens, mais lorsque la science touche à des trucs plus idéologiques comme la nature de l’homme et son origine (débat Création-Évolution) ou encore le présent débat au sujet du Covid19 où il y a des enjeux POLITIQUES très importants[15] il devient alors BEAUCOUP plus difficile d’avoir un débat vraiment OUVERT, car les enjeux sont plus importants.

Mais dans le contexte actuel avec le virus du Covid19 et toutes les mesures de restrictions sociales qui en découlent, on est très loin de cette attitude (acceptant la nécessité de débats de fond en science ou en médecine)… Dans le contexte actuel, ce qu’on appelle le consensus scientifique sert de dogme (et de matraque) avec lequel on fait rentrer les récalcitrants (même des scientifiques ou médecins compétents) dans les rangs. Les décrets de l’OMS sont devenus comme les bulles du pape, des dogmes infaillibles que seuls les hérétiques osent remettre en question. Et c’est d’autant plus efficace, car qui veut se voir affublé de l’étiquette anti-scientique ou complotiste ?? Ou mieux encore, de se voir accusé d’être un sans-coeur (criminel) qui ne se soucie pas de « sauver des vies » ??

Si on avale tout rond le discours gouvernemental/médiatique au sujet du Covid19, il faudrait se soumettre aux déclarations de l’OMS (et de ses pions locaux), comme s’il s’agissait de déclarations dogmatiques et infaillibles du Pape, sous la forme de bulles ex cathedra. Et ceux qui osent poser des questions sérieuses sont donc attaqués comme des hérétiques. Il faut donc prendre conscience que dans le discours officiel (gouvernemental et médiatique) sur le Covid19, La Science sert de matraque pour assurer et imposer la conformité… Ce que nous voyons actuellement dans le discours officiel sur le Covid c’est la Science utilisée comme arme idéologique.


Anecdote sur l'hydrochloroquine
Mon père de 89 ans vit dans un foyer pour personnes âgées et vers la fin mars il a été un des premiers dans ce foyer à attraper le Covid. Il a survécu (déclaré remis depuis début mai), mais de justesse, car les gestionnaires du système de santé ont EXCLU le traitement avec l'hydrochloroquine et ont imposé aux soignants de se contenter gérer les symptômes et rien d’autre...

J'ai fait quelques vérifications pour voir si on allait tenter de le traiter avec l’hydroxychloroquine, mais on m'a répondu qu'ils ont des directives d'en haut pour EXCLURE le traitement du Covid19 avec l’hydroxychloroquine... Même si c'est le seul traitement connu actuellement. Sur le plan médical, ça me semble IRRESPONSABLE ET COMPLÈTEMENT IRRATIONNEL d'exclure un traitement connu (même si on le considère plus ou moins efficace). Sur le plan médical, il est toujours prudent d’avoir accès à plusieurs traitements pour faire face à une maladie infectieuse qui atteint un grand nombre de personnes. Ainsi, si le traitement le plus populaire s’avère moins efficace après de certaines personnes, on peut alors se replier sur un plan B. Mais dans le cas du Covid19 il est clair que très tôt une décision a été prise pour exclure TOUT plan B de traitement. Il est manifeste que sur le plan médical, une telle politique est aussi imprudente qu’irresponsable, mais si ce n’est RIEN d’autre qu’une décision politique (ou économique), alors cela se comprend mieux... Cela laisse entendre qu’on a délibérément créé une situation où le vaccin contre le covid19 serait perçu comme LA seule solution... Et c’est cela qui explique la férocité des attaques contre le Dr. Raoult et tous les autres qui ont défendu des traitements alternatifs pour le Covid19.

Au moment où mon père luttait encore pour sa vie, je suis même allé à ma pharmacie et j'ai posé cette question à la pharmacienne: "Si je vous arrive avec une prescription pour de l’hydroxychloroquine en avez vous en stock pour remplir la prescription?" Évidemment j'ai expliqué rapidement la situation (pour un patient actuellement luttant avec le virus du Covid19) et la réponse qu'on m'a fait était "oui et non"...

Oui, ils en avaient en stock (pas beaucoup), mais il y avait une directive du RAMQ (Régie de l’assurance maladie du Québec) qui faisait qu'ils ne pouvaient en donner que pour des cas de lupus... Des personnes souffrant de Covid19 sont simplement refusés... On donne des détails sur la maladie du lupus ici

Ouais, mais il faut comprendre que le lupus est une maladie CHRONIQUE, et on en meure SEULEMENT après 10-15 ans sans traitement tandis que une infection grave de Covid19 peut tuer après une semaine ou deux si le patient n’a pas bonne santé... Sur le plan médical il est donc complètement irrationnelle de REFUSER ce médicament à des gens pour qui c’est une question de vie ou de mort (mais je suppose que si ça pouvait servir un changement de sexe on dirait oui immédiatement??)


Dossier sur la question médicale (gravité du virus du Covid19 et nécessité des restrictions)

Références


- (2020) L'ex-policier complotiste de Laval arrêté pour harcèlement. (Agence QMI/TVA Nouvelles - 9/12/2020)

- (2020) Didier Raoult attaqué par la SPILF. Qu'est-ce que cela peut cacher ? FranceSoir  - 4/9/2020

- (2020) [Alerte info] Le Pr Fourtillan, apparu dans "Hold-Up", interné en hôpital psychiatrique contre son gré? (FranceSoir - 11/12/2020)

-- (2021) ‘Covid “denier” is a disgusting, dog-whistle slur’: Peter Hitchens on the witch-hunting of lockdown sceptics. (Spiked - 25/1/2021)

- (2021) L'auteur de la tribune #JeNeMeConfineraiPas convoqué par l'Ordre des médecins. (RT France - 4/2/2021)

Allon, Cap (2020) YouTube Deletes Dr. Hodkinson Audio in Telling act of Censorship. (Electroverse.net – 30/11/2020)

Barker, Eileen (1979) Thus Spake the Scientist: A Comparative Account of the New Priesthood and its Organisational Bases. pp.79-103 Annual Review of the Social Sciences of Religion Vol.3 Mouton Netherlands 236 p.

Bernier, Jérémy (2020) Ce médecin opposé aux mesures sanitaires fait l’objet d’une enquête. (Journal de Québec -  6/12/2020)

Carrier, Léa (2020) Le « policier du peuple » arrêté pour harcèlement à l’endroit de journalistes. (La Presse - 9/12/2020)

Cawood, Jeffrey (2020) 8 Times Dr. Fauci Revised The Coronavirus Narrative. (DailyWire – 23/6/2020)

Cherry, Paul (2020) Laval police officer resigns after posting the pandemic doesn't exist: Maxime Ouimet, a 12-year veteran of the force, saw his Terrebonne business firebombed hours after one of his Facebook posts. (Montreal Gazette - 10/10/2020)

Collectif (2021) Open Letter. (World Doctors Alliance – 16/1/2021)

Curzon, Michael (2021) Climate of "Fear" Prevents Experts From Questioning the Handling of Covid. (LockDown Sceptics - 28/3/2021)

Marcel D. (2020) Visé par une plainte de l’Ordre des médecins, Didier Raoult contre-attaque. (ActuCameroun - 23 Déc 2020)

Detrier, Anthony (2020) "Il a fait honte à la médecine", "Il a une part de responsabilité"... : Didier Raoult attaqué de toutes parts : Ardent défenseur de l'hydroxychloroquine, Didier Raoult ne fait toujours pas l'unanimité au sein de la communauté scientifique. Pire encore, certains confrères se retournent contre lui et le critiquent violemment. MaxiSciences - 9/9/2020

Dolby, R.G.A.(1979) Reflections on Deviant Science pp. 9-47 dans On the Margins of Science: The Social Construction of Rejected Knowledge. Roy Wallis (éd.) Sociological Review Monograph no.27 U. of Keele Staffordshire 337 p.

Feyerabend, Paul K. (1975\1979) Contre la Méthode. Seuil Paris 350 p.

Fleury, Élisabeth (2020) COVID-19: le doc qui dérange. (Le Soleil - 8/5/2020)

Gayte, Aurore (2020) Covid-19 : pourquoi l’Ordre des médecins porte plainte contre Didier Raoult et 5 autres docteurs. Numerama 23 décembre 2020

Grassé, Pierre - Paul (1980) L'Homme en accusation : De la biologie à la politique. Albin Michel Paris 354 p.

Hillier, Randy (2020) Interview: Dr. Roger Hodkinson. (FaceBook – 60 min. - 3/12/2020)

Jones, Will (2021) No Jab, No Job: GMC Threatens Doctors With Disciplinary Action For Declining Vaccin. LockDown Sceptics - 25 February

Jones, Will (2021) Professor Denis Rancourt Banned From ResearchGate For Warning of Harms of Masks. LockDown Sceptics - 10 April

Kuhn, Thomas S. (1972) La Structure des Revolutions Scientifiques. Flammarion Paris 246 p.

Kulldorff, Martin & Jay Bhattacharya (2021) One of The Lockdowns' Greatest Casualties Could Be Science: Politicians, journalists, and scientists have transferred the disease burden onto the working class. They've also dangerously undermined scientific inquiry. The Federalist - 18/3/2021

Lajka, Arijeta (2020) Pathologist falsely claims COVID-19 is a hoax, no worse than the flu. (Associated Press – 2/12/2020) -> Dr. Hodkinson

Lévy-Leblond, Jean-Marc & Jaubert, Alain (1972/75) (Auto)critique de la science. Paris, Seuil (coll. Points. Sciences; S53)  310 p.

Leduc, Louise (2020) Réseaux sociaux: les médecins rappelés à l’ordre par le Collège. (La Presse – 3/6/2020)

Mercola, Dr. Joseph (2021) Digital ‘Anti-Hate’ Group Labels Vaccine Skeptics As National Security Threat. (Technocracy – 19/1/2021)

Mercola, Dr. Joseph (2021) Why I'm Removing All Articles Related to Vitamins D, C, Zinc and COVID-19 Analysis. (4/5/2021)

Michel, Jean-Dominique (2021) Attaques et censure : soutien à Michel Rosenzweig, Annes Bouria et à France-Soir. (Anthropo-logiques - 30/1/2021)

O'Neill, Brendan (2021) The witch-hunting of lockdown sceptics: The demonisation of dissenters has reached hysterical proportions. (Spiked - 19/1/2021)

O'Neill, Brendan (2021) Don't you dare call us 'Covid deniers' 100,000 people have died in the UK. We need more debate about this crisis, not less. (Spiked - 27/1/2021)

Ouimet, Maxime (2021) Renseignement sur une intervention Policière à Gatineau. (Policier-du-peuple-pour-le-peuple – FaceBook – 2/1/2021)

Orwell, George (1950) Mille neuf cent quatre-vingt-quatre. Gallimard [Paris] (coll. Folio; 822) 438 p.

Phénix, Étienne (2020) Le commerce du policier antimasque de Laval est incendié à Terrebonne. (Énergie 94,3FM - 9/10/2020)

Plosz, Justin (2020) Renowned Doctor Blasts Government Officials : ‘Greatest hoax ever perpetrated on an unsuspecting public’. (Public Relations Canada - 30/11/2020) -> Dr. Hodkinson

Polyakova, K (2021) Les médecins doivent-ils avoir le vaccin contre le covid-19 ? Réflexion d'un médecin anglais. (Le libre penseur - 10/4/2021)

Popper, Karl R. (1973/1998) La connaissance objective. (traduction intégrale de l'anglais et préfacé par Jean-Jacque Rosat, coll. Champs 405) Flammarion Paris 578 p.

Saillant, Nicolas (2020) Un médecin antimasque. (Journal de Québec/TVA Nouvelles - 27/7/2020)

Sureau, Julien (2021) Didier Raoult : François Raffi, du CHU de Nantes, reconnaît être l'auteur des appels malveillants - Chef de service au CHU de Nantes, François Raffi a reconnu être l'auteur d'appels malveillants à l'encontre du professeur marseillais Didier Raoult. (Actu.FR – 11/1/2021)

The 83rd (2020) Vaccine Whistleblower, Brandy Vaughan, Found Dead. (S3R - 19 December 2020)

Thuiller, Pierre (1980) Le petit savant illustré. Seuil  Paris 120 p.

Tyson, Rob (2021) The Moral Panic Against Lockdown Sceptics. (LockDown Sceptics - 22/1/2021)

Watson, Paul Joseph (2020) UK Woman Arrested For Filming Inside Empty Hospital: Video contradicts government assertion of overrun wards. (Summit News - 30/12/2020)



« C'est du jamais vu dans l'histoire de la médecine »
(Dr Louis Fouché - YouTube - 61 minutes - 20/1/2021)




Forced Vaccines Are a Holocaust-Level Crime Against Humanity Dr. Lee Merritt [with Mike Adams].
(Brighteon - 54 min. - 4/5/2021)
[bref résumé avec comentaires en français - PDF]
Et vers 20 minutes, Merritt explique comment la montagne de fric qui passe entre les mains de Fauci fait taire la majorité des médecins de haut niveau au sujet des vaccins et restrictions. C'est TRES instructif... Et à 23 minutes elle explique que la censure est PLUS intense sur certaines questions (surtout si la personne concernée semble crédible, donc peut endommager le discours officiel).



Notes

[1] - Donc refus de se plier au consensus… Un péché mortel, par les temps qui courent…

[2] - Voir à ce sujet l’article: In defence of Karol Sikora: The witch-hunting of Sikora is a new low for the dogmatists of the lockdown cult. (Brendan O'Neill - Spiked - 2/1/2021)

[3] - Cas examiné par le journaliste britannique Luke Gittos.

Lord Sumption: the monstering of a lockdown sceptic. (Spiked – 19/1/2021)

[4] - Et le compte FaceBook du Dr. Lacroix a été fermé, mais je n’ai pas pu établir si c’était volontaire de sa part ou tout simplement imposé par FaceBook (donc une forme de censure).

[5] - UPDATED: Clarification on statements made regarding COVID-19 by Dr. Roger Hodkinson. (Royal College Staff - November 20, 2020)

Et un article par Arijeta Lajka (2020 - Associated Press) insinue que le Dr. Hodkinson a répandu de fausses informations…

[6] - Le terme dérogatoire anti-vaccins, appliqué par certains individus, participe à cette logique de ridicule et d’exclusion… Cette caricature laisse entendre que celui qui ose poser des questions au sujet du vaccin du Covid est, à peu de choses près, un imbécile léger qui rejette TOUT progrès scientifique et veut retourner au Moyen Âge.

[7] - Chez les philosophes, il y a le terme plus savant, positivisme

[8] - La sociologue Eileen Barker, notant le prestige immense de la science au milieu du XXe siècle a produit une étude fort intéressante (1979) touchant le rôle idéologique des scientifiques dans le contexte du débat sur les origines de la vie. Dans ce contexte, elle a explicitement examiné ces scientifiques à la manière d’une prêtrise offrant l’aura de la science, garante de l’authenticité de la vision du monde promue par divers groupes.

[9]- Comme le souligne le biologiste français renommé Pierre-Paul Grassé, l’étiquette science sert souvent à des fins marketing, c'est-à-dire exploiter le prestige et (surtout) l’autorité de la science à des fins idéologiques. Ainsi, dans les systèmes idéologico-religieux issus des Lumières. Cela permet d’enrober un discours idéologique de l’aura sacrée de la science. (Grassé 1980: 36):

On ne peut passer sous silence les autres raisons qu'évoquent les marxistes pour justifier le caractère scientifique de leur doctrine. Dès l'origine, ils l'ont qualifiée de scientifique parce que fondée sur le matérialisme et que, selon eux, la Science, c'est le matérialisme.

[10] - Sur le sujet général du scientisme, on retrouve un excellent article (court, mais assez percutant) dans le recueil de Lévy-Leblond et Jaubert (1975) intitulé La nouvelle église universelle (pp. 40-50).

[11] - C’est-à-dire par plusieurs individus différents qui confirment le résultat initial. Cela évite le résultat d’une expérience réalisée par un seul chercheur animé par un parti pris pour « sa » théorie…

[12] - Il faut noter que ces méthodes de marginalisation et de répression ont été bien rodées au 20e siècle et exploitées massivement contre les adversaires de l’évolution (créationnistes et partisans du Dessein Intelligent), ainsi que contre les critiques des théories de réchauffement global/changements climatiques. Une des stratégies courantes pour marginaliser les critiques est de les discréditer. Dans le cas des critiques des théories de réchauffement global, en milieu anglophone on les affublés du vocable Climate Deniers, c'est-à-dire en les associant à ceux qui rejettent les données historiques massives de l’Holocauste. C’est une stratégie assez efficace et ça permet d’éviter le débat de fond, c'est-à-dire examiner sans préjugé, la tête froide, les données empiriques.

[13] - Il s’agit d’une stratégie rhétorique examiné par George Orwell (1950: 301) :

Le mot clef ici est noirblanc. Ce mot, comme beaucoup de mots Novlangue, a deux sens contradictoires. Appliqué à un adversaire, il désigne l’habitude de prétendre avec impudence que le noir est blanc, contrairement aux faits évidents. Appliqué à un membre du Parti, il désigne la volonté loyale de dire que le noir est blanc, quand la discipline du Parti l’exige. Mais il désigne aussi l’aptitude à croire que le noir est blanc et, plus, à savoir que le noir est blanc, et à oublier que l’on n’a jamais cru autre chose. Cette aptitude exige un continuel changement du passé, que rend possible le système mental qui réellement embrasse tout le reste et qui est connu en Novlangue sous le nom de doublepensée.

[14] - Évidemment Lyssenko, appuyé par Staline, n’hésita pas à éliminer physiquement ses adversaires, mais il existe tout de même plusieurs manières de neutraliser un adversaire.

[15] - Surtout que toute une classe de technocrates a maintenant goûté à des pouvoirs sociaux, économiques et politiques extraordinaires. Est-ce pensable qu’ils aillent, dans l’intérêt commun, renoncer volontairement à ces pouvoirs ?