Vie chretienne Cosmos Arts Engin de recherches Plan du site

Samizdat

La Science dans le cadre des origines





Didier Gasser[1] ; décembre 2007

Il est très intéressant de constater que les scientifiques évolutionnistes opposent souvent la définition de la Science aux scientifiques créationnistes dans le but de les dénigrer quant à leur science. Alors prenons une des définitions dans les rangs évolutionnistes et voyons-la de plus près. Nous prendrons pour se faire celle de Hervé Jamet, (Qu'est-ce que la Science ?) faite au mois d'Août 2003, qui nous est parfois proposée :

La démarche n'étant pas si simple, nous resterons dans les fondements ou la base des explications concernant la Science, l'Evolution et la Création :



Hervé Jamet :
LA SCIENCE Qu'est-ce que la Science ? D'après le dictionnaire, la Science est la connaissance relative à des phénomènes obéissant à des lois et vérifiés par des méthodes expérimentales. ”

Commentaire :
D'ores et déjà, à moins de pratiquer de la désinformation à outrance, on peut constater que l'Evolution que l'on veut nous imposer, c'est à dire la Macro-Evolution, n'est pas la Science, ou plutôt ne fait pas partie de cette dernière ! La Macro-Evolution n'est vérifiées par aucune méthode expérimentale et n'obéit à aucune loi existante. La Science véritable implique toujours l'observation. Et puisqu'il ne peut être question d'observer le vol du premier oiseau ou l'apparition de la première cellule, toute la question des origines ne peut faire partie de la Science ! Mais pour tous les courants de pensée issus du Siècle des Lumières, ce genre d'affirmation est anathème car pour maintenir la légitimité du système évolutionniste de croyances, il faut une explication matérialiste (appelée “ scientifique ”) des origines. La Science véritable n'exige pas cela... . De même, outre que de nombreuses évidences viennent la corroborer au niveau de son fondement, la Création ne peut être vérifiée par des méthodes expérimentales ni n'obéit à des lois, ces dernières faisant partie de la dite Création.. Les deux théories sont donc au même titre des hypothèses de travail et nous avons affaire dans les deux cas à une déclaration de foi.


Hervé Jamet :

 Cette définition définit les bases de ce qu'est la Science. Nous allons ici regarder de plus près ces trois composantes de la science : l'observation, l'expérimentation et les lois

Commentaire :
Ce qui nous montre à la base déjà que nous ne pouvons pas parler de l'une des théories comme étant la Science. Mais continuons :


Hervé Jamet :

“ L'observation
Tout travail scientifique commence par des observations. L'observation la plus célèbre de l'Histoire de la Science est sans conteste celle de la chute d'une pomme faite par Newton, qui lui donna l'idée de sa théorie de la gravitation universelle. Même si cette histoire n'est peut-être qu'une légende, elle illustre admirablement la démarche scientifique : on observe un phénomène, parfois surprenant, mais bien souvent banal, et on se pose la question : pourquoi ? ”

Commentaire :
D'une part, c'est exactement ce que font les scientifiques dans le cadre de la théorie de la Création. D'autre part c'est aussi exactement ce que font la plupart des scientifiques, tout en notant que plus de 90% de la recherche scientifique n'a que faire de la théorie de l'Evolution ou de la Création dans ses investigations. On peut penser aussi à cette citation d'Adam S. Wilkins, dans une note parue dans la revue de recherche prestigieuse BioEssays (revue technique pour chercheurs en biologie, dont il est l'éditeur), où il reprend la déclaration de Dobzhansky et la met sens dessus dessous. De manière subliminale, il souligne par ailleurs son importance mythique (2000: 1051): “ Le sujet de l'évolution occupe une place particulière et paradoxale dans l'ensemble de la biologie. Tandis qu'il est probable que la grande majorité des biologistes admettraient l'affirmation de Dobzhansky qu'en biologie rien ne peut se comprendre sans la lumière de la théorie de l'évolution, la majorité font leur travail sans se référer particulièrement aux concepts évolutionnistes. La notion d'évolution serait donc, à la fois, un concept unificateur indispensable et un concept tout à fait superflu. ” (WILKINS, Adam S. (2000) Intro (issue on Evolutionary Processes) pp. 1051-1052 BioEssays vol. 22 no.12 December).


Hervé Jamet :
 L'observation se doit d'être la plus objective et la plus précise possible. Elle ne doit pas se laisser influencer par une possible explication, qui risquerait de la biaiser. 

Commentaire :
C'est précisément sur ce point qu'intervient l'objection du Créationnisme à l'encontre de l'Evolutionnisme. Ce dernier ne se contente pas d'observer la découverte, mais prétend l'expliquer quant à son fondement ou à son origine avant même d'avoir considéré toutes les explications possibles ; on sort donc du cadre scientifique. Une pratique très connue en Science (Kim J. Vicente, William F. Brewer; La Mémoire trompeuse des Scientifiques; La Recherche 258, octobre 1993, volume 24), à commencer en recherche fondamentale où les dites théories n'ont aucune influence, mais présente de façon subtile voire outrancière dans le cadre de l'Evolutionnisme. Il s'est laissé influencé par un tel enchevêtrement d'explications possibles, où tout et son contraire peut être utilisé comme “ preuves ”, qu'il ne voit plus que la base ou le fondement même de l'édifice peut être remis en question et que les mêmes découvertes peuvent être expliquées dans le cadre de la théorie de la Création.


Hervé Jamet :
 L'observation doit de plus en plus souvent s'aider d'instruments. Ces instruments sont parfois indispensables pour effectuer cette observation : l'observation de l'espace nécessite des télescopes de plus en plus puissants, alors que l'observation de l'infiniment petit utilise des microscopes. 

Commentaire :
C'est exactement ce que mettent en pratique les scientifiques Créationnistes dans leurs investigations. À noter que les instruments ont leur limites respectives, au-delà desquelles on court le risque de tomber dans le piège décrit ci-dessus. Mais pour les penseurs issus des Lumières il est inconcevable que la Science puisse être limitée ! Cependant il faut s'y faire. Ce n'est pas un hasard qu'au XXe siècle l'avancement en philosophie de la Science s'est fait presque qu'exclusivement par des anglophones ou des gens travaillant en milieu anglophone où l'influence des Lumières a été bien moins profonde. En France le débat est resté à la remorque des progrès faits en milieux anglophone. Et c'est encore le cas, à preuve du contraire. L'influence des Lumière a aveuglé les penseurs sur le rôle idéologique qu'on tente de faire jouer à la Science chez les francophones ... .


Hervé Jamet :
 Même en cas de phénomènes directement observables, des instruments permettent de rendre cette observation plus précise ; ainsi, une caméra permettra de mieux comprendre des phénomènes rapides, tel par exemple le galop d'un cheval. 

Commentaire :
C'est exactement ce que mettent en pratique les scientifiques Créationnistes dans leurs investigations. À noter que les instruments ont leur limites respectives, au-delà desquelles on court le risque de tomber dans le piège décrit ci-dessus.


Hervé Jamet :
“ L'expérimentation
L'expérimentation est une catégorie particulière d'observation, dans laquelle d'une part le phénomène à observer est généralement provoqué, et d'autre part les conditions d'observations ont été optimisées en fonction de ce que l'on veut observer, notamment pour éliminer les phénomènes parasites. 

Commentaire :
C'est précisément ce que mettent en pratique les scientifiques Créationnistes. Leurs travaux sont régulièrement publiés dans des revues par rapport à leur domaine respectif.


Hervé Jamet :
 L'expérimentation permet de s'affranchir des aléas de l'observation, certains phénomènes naturels pouvant être difficilement prévisibles, empêchant alors la mise en place des dispositifs d'observations au bon moment et au bon endroit. 

Commentaire :
Encore une fois, c'est précisément ce que mettent en pratique les scientifiques Créationnistes.


Hervé Jamet :
“ Les lois
Lorsque les phénomènes observés font apparaître des relations invariables entre certaines grandeurs mesurées, on peut commencer à soupçonner l'existence d'une loi liant ces grandeurs entre elles. 

Commentaire :
Ici la théorie de la Création est tout à fait en accord avec cette explication.


Hervé Jamet :
“ Un exemple simple est la relation entre la hauteur depuis laquelle un objet tombe et le temps mis par cet objet pour tomber. Après avoir éliminé le mieux possible les effets parasites des frottements de l'air, par exemple en utilisant des objets massifs, on trouve que la hauteur est proportionnelle au carré de la durée de la chute, et que le coefficient de proportionnalité est indépendant du type d'objet utilisé. ”

Commentaire :
Ici aussi, la théorie de la Création est tout à fait en accord avec cette explication. Elle affirme que le monde est ordonné, puisque fait par un Créateur qui l'a soumis à des lois (Voir à ce sujet les travaux de Stanley Jaki (JAKI, Stanley L. (1974/1986) Science and Creation. Academic Press New York 367 p.) ou encore La cosmologie judéo-chrétienne et l'origine de la science.


Hervé Jamet :
“ Cependant, une fois ces lois trouvées, il faut aller plus loin. Le but de la Science est de trouver des lois les plus fondamentales possibles. En effet, les lois issues de l'observation sont généralement la conséquence de phénomènes plus fondamentaux qu'il s'agit d'identifier.

La loi fondamentale la plus célèbre est encore une fois due à Newton, il s'agit de la gravitation universelle. Avant cette loi, on connaissait certains phénomènes de manière dispersée : la chute des corps sur Terre, la trajectoire elliptique des planètes autour du Soleil, les marées. La gravitation universelle a permis d'attribuer une seule et même cause à ces différents phénomènes. ”

Commentaire :
Là encore, la théorie de la Création est tout à fait en accord avec cette explication.


Hervé Jamet :
“ Réfutabilité
On parle fréquemment de vérification expérimentale d'une loi. En fait, une loi ne peut jamais être vérifiée, elle ne peut être qu'invalidée. Cette manière de raisonner peut paraître surprenante ; elle est cependant tellement importante qu'elle permet de définir le caractère scientifique d'une théorie. ”

Commentaire :
Ce point nous montre qu'on ne peut définir le caractère scientifique de la théorie de l'Evolution. Par contre, la fixité des espèces (ex : fossiles vivants (http://www.creationnisme.ca/publication/articles/les_fossiles.jsp?section=publication; http://lifeorigin.over-blog.net/article-6294529.html)), la vie ne pouvant être engendrée ou créée que par la vie (ex : la première cellule vivante (http://www.aucommencement.net/index.php/articles/2007/03/08/71)), la complexité de la création ne pouvant provenir que d'une intelligence créatrice (ex : la complexité des lois et de la disposition de l'univers (http://www.aucommencement.net/index.php/articles/2007/03/08/73; http://www.creationnisme.ca/publication/articles/age_univers.jsp?section=publication )), permet de définir le caractère scientifique de la théorie de la Création.

Ici il convient de mentionner également Karl Popper sur le sujet : (http://www.samizdat.qc.ca/cosmos/sc_soc/tm_pg/chap4a.htm) ; où il explique que la "Réfutabilité" implique qu'une théorie scientifique doit être exprimé de manière à ce qu'on puisse la confronter au monde empirique, c'est à dire qu'elle puisse offrir des propositions que l'on peut réfuter au moyen d'expériences. On ne peut jamais donc "prouver" une théorie scientifique, mais elle doit pouvoir être contredite par le moyen d'une expérience. Si ce n'est pas le cas, la théorie n'est pas scientifique selon Popper.


Hervé Jamet :
“ Pourquoi ne peut-on jamais vérifier une loi ? La raison en est simple : un seul contre-exemple suffit à invalider définitivement une loi, quels qu'aient été ses succès antérieurs. Cette réfutabilité est la contrepartie de la rigueur scientifique. Prenons un exemple :

De nombreuses observations ont amené à la loi suivante : "tous les cygnes sont blancs". Lors de nombreux voyages, cette loi a reçu des confirmations éclatantes par la découverte de nouveaux cygnes, tous blancs. Or, un jour naît un cygne noir : ce seul contre-exemple suffit à invalider cette loi. ”

Commentaire :

Très intéressant, la Macro-Evolution (transformation d'une espèce en une autre espèce au moyen d'adaptation sous l'action du milieu) n'a jamais été et ne peut pas être observée, elle ne peut de ce fait pas être réfutée, elle n'est donc pas une théorie scientifique. La Micro-Evolution (variations possibles au sein d'une espèce) restant limitée à l'espèce et n'intervenant uniquement que dans le cadre de l'espèce dans les limites du pool génétique propre à l'espèce est observée, et la théorie de la Création n'a jamais nié ces faits : (http://www.aucommencement.net/index.php/articles/2007/03/24/70).

Ici on peut également mentionner les systèmes de datations qui sont les fondements même de tout l'édifice évolutionniste pour l'estimation des âges. En effet dans ce cas les contre-exemples ne manquent pas [3] :

Il est également intéressant de mentionner dans ce sens les homologies et l'anatomie comparée toujours utilisées comme faisant partie des preuves de la théorie de l'évolution, elles font partie également des fondements de l'édifice : (http://www.creationnisme.ca/publication/articles/homologie.jsp?section=publication). Elles sont utilisées dans les écoles à nos enfants comme preuves de descendance à un ancêtre commun, mais elles peuvent tout aussi bien nous indiquer que nous sommes issus du même créateur, et qu'elles sont conçues pour répondre à un besoin commun dans environnement similaire.


Hervé Jamet :
“ Que devient une loi, une fois réfutée ? Elle peut continuer à être utilisée comme approximation, ou une nouvelle loi plus exacte peut la remplacer. L'exemple le plus parlant est la réfutation de la gravitation universelle par une observation astronomique non explicable. Une nouvelle théorie a remplacé la gravitation universelle, c'est la relativité générale. Cependant, la gravitation universelle reste généralement utilisée, car elle constitue une approximation suffisante dans la plupart des cas et aussi parce que la relativité générale est beaucoup plus complexe à utiliser. ”

Commentaire :
Vu les enjeux, il est clair que cette description n'est pas du tout mise en pratique quant à la théorie de l'Evolution. Je parle ici de réfutation.


Hervé Jamet :
“ La réfutabilité définit même le caractère scientifique d'une théorie, selon le philosophe Karl Popper : il doit être possible d'imaginer des contre-exemples qui, s'ils étaient observés, invalideraient la théorie. La théorie de la gravitation universelle était une théorie scientifique : une infime variation dans l'orbite d'une planète non explicable par cette théorie a suffi à la réfuter. ”

Commentaire :
Les contre-exemples de la théorie de l'Evolution ne manquent pas (ex : http://www.creationnisme.ca/publication/articles/dixargumentsdementis.jsp?section=publication) . Pourtant, comme souligné ci-dessus, la mise en pratique de cette démarche de réfutation n'est pas effective au sein de l'Evolution. Une démonstration de plus que la dite théorie n'est pas scientifique.


Hervé Jamet :
“ A l'inverse, la théorie de la création de l'univers par un dieu tout puissant ne peut pas être réfutée : quels que soient les contre-exemples produits, on peut toujours rétorquer que c'est Dieu qui a volontairement créé lui-même ces contre-exemples pour mettre la sagesse des hommes à l'épreuve. Ce n'est donc pas une théorie scientifique. ”

Commentaire :
Très intéressant. Vous aurez certainement remarqué que jusqu'à présent Dieu n'a jamais été mentionné pour rester dans le cadre scientifique. Ce n'est donc pas les Créationnistes qui font mention de la divinité en premier. Ceci dit, il est vrai que nous croyons en Dieu comme Créateur de tout ce qui nous entoure ; mais là nous sortons du domaine de la Science. Mais revenons à la remarque ci-dessus.

Soyons droit et honnête ! La théorie de l'Evolution de l'univers par l'effet du hasard, du temps et de la sélection naturelle ne peut pas être réfutée : quels que soient les contre-exemples produits, on peut toujours rétorquer que c'est le hasard, le temps ou la nature qui ont fait les choses ainsi, que ces contre-exemples ne sont aucunement des contre-preuves, nous ne pouvons pas les expliquer pour l'instant, mais la théorie de l'Evolution en trouvera les réponses. En fait tout et son contraire prouve l'Evolution, ce n'est donc pas une théorie scientifique.


Hervé Jamet :
“ Les mathématiques sont-elles une Science ?
Cette question est plus délicate qu'il n'y paraît. En effet, la partie observation et expérimentation est totalement absente des mathématiques, ces dernières étant totalement abstraites. D'un autre côté, il est difficile d'imaginer ce que pourrait être la Science sans les mathématiques ; en effet, une bonne partie des lois scientifiques utilise des formulations mathématiques.

On peut donc considérer les mathématiques plutôt comme un outil extrêmement puissant et sophistiqué que comme une Science à part entière. D'ailleurs, les mathématiques ne satisfont pas aux critères de réfutabilité ; il est évident qu'étant abstraites, aucune observation ou expérience ne peut les atteindre. Les théorèmes mathématiques ne sont considérés comme valides qu'une fois rigoureusement démontrés, et rien alors ne peut plus les remettre en question.

Le point le plus délicat se situe à l'interface entre la Science et les mathématiques ; l'efficacité de l'outil est totalement dépendante de l'adéquation de la modélisation des phénomènes. L'extrême souplesse des mathématiques permet cependant de forger de nouveaux outils mathématiques si ceux existants ne sont pas adaptés à la modélisation des phénomènes ou au traitement des données issues de l'observation. Newton, encore lui, inventa le calcul infinitésimal pour pouvoir calculer les mouvements dus à l'attraction universelle. ”

Commentaire :
La théorie de la Création est tout à fait en accord avec cette description. Il est très intéressant de relever que l'auteur insiste sur la mention de Newton. Ce savant était un croyant convaincu, ce qui ne l'a pas du tout empêché de faire avancer la Science comme le soulève l'auteur, bien au contraire. Les accomplissements de Newton sont nombreux et touchent des domaines variés comme l'optique, la physique, les mathématiques, la mécanique et la gravitation. Tout comme Bossuet, Newton rédigea un ouvrage sur l'histoire du monde intitulé “ The Chronology of Ancient Kingdoms, Amended ” (publié en 1728, après la mort de Newton), qui s'appuyait directement sur la Genèse et qui remettait en question les chronologies du monde antique proposés par les historiens grecs. Newton était donc créationniste très jeune. Il a eu, il faut l'admettre, quelques idées moins orthodoxes dans sa théologie, mais sa cosmologie était tout à fait orthodoxe. L'accusation que les créationnistes empêchent la Science d'avancer est gratuite et sans fondement ; comme l'exemple que nous venons de voir, l'Histoire nous l'enseigne (voir * à la fin de l'intervention).

De manière plus générale, en considérant les Mathématiques comme un outil extrêmement puissant, c'est aussi le reflet d'un monde ordonné (comme le Créationnisme l'enseigne). À ce sujet on peut penser à une citation de CS Lewis : "Les hommes se sont intéressés à la science parce qu'ils s'attendaient à trouver une loi dans la nature, et s'ils s'y attendaient, c'est qu'ils croyaient en un Législateur. Chez les scientifiques les plus modernes cette croyance a disparu; il sera intéressant de voir combien de temps lui survit une croyance à l'uniformité. Deux conséquences significatives sont déjà apparues: l'hypothèse d'une sous-nature sans loi, et le renoncement à la prétention que la science est vraie. Nous vivons peut-être plus près de la fin de l'âge de la science que nous le croyons." (CSL Miracles 1947/1985. p. 107). On peut également mentionner l'anthropologue britannique Ernest Gellner dans le même ordre d'idée : "Il est fort probable que l'émergence du miracle scientifique n'a été possible que parce que des hommes ont été passionnément, sincèrement, profondément concernés par la vérité. Cette passion va-t'elle survivre à l'habitude de chacun d'admettre différentes sortes de vérités selon les goûts du jour?" (GELLNER, Ernest (1992/1999); Postmodernism, Reason and Religion; Routledge London/New York; p. 108).


Hervé Jamet :
“ Pourquoi et comment ?
Contrairement à ce qui a été dit plus haut, dans un souci de clarté, la Science ne s'interroge pas sur le pourquoi, mais sur le comment. On a souvent tendance à employer un mot pour l'autre, et cette inversion rend parfois un discours plus compréhensible. Lorsqu'il observe un phénomène, le scientifique ne se demande pas pourquoi ce phénomène a lieu, mais comment il s'explique. Et pourtant, il semble bien plus naturel de demander pourquoi le soleil brille, plutôt que de demander comment il brille. ”

Commentaire :
C'est une affirmation bien ironique car, pour l'essentiel, la théorie de l'Evolution vise le “ pourquoi ”. Questionné sur la raison de la popularité de ses écrits, Stephen Jay Gould répondit (dans Levy 1990: 21) : "C'est le sujet bien plus que tout le reste. Il me semble qu'il existe au moins une douzaine de sujets scientifiques qui sont fort intéressants, car ils sont liés à des questions fondamentales qui nous perturbent et nous font réfléchir. L'évolution est l'un de ces sujets. Elle tente, dans la mesure où le peut la science, de répondre aux questions du sens de la vie et pourquoi nous sommes ici, d'où nous venons et à qui nous sommes liés sur le plan de la parenté, ce qui s'est passé au cours du temps et quel a été l'histoire de la planète. Ce sont des questions auxquelles tous les humains lucides doivent réfléchir." (LEVY, Daniel S. (1990) Evolution, Extinction And the Movies. [SJ Gould Interview] Time magazine, Monday, May 14, p. 19-21).

La gymnastique intellectuelle utilisant les distinctions entre le pourquoi et le comment en Science est très relative. Elle est un concept dont le but détourné est de discréditer la théorie de la Création et de favoriser celle de l'Evolution. Dans le cadre des deux théories, rien ne nous empêche, lors d'observations, de rester très terre à terre et de poser la question du pourquoi du phénomène dans le but d'en trouver le comment ; autrement dit, dans le seul but d'interroger sur les causes, sans se laisser interroger sur les raisons. Le Créationnisme dans le cadre de la Science ne fait rien d'autre.


Hervé Jamet :
“ Le pourquoi interroge sur les causes, mais aussi sur les raisons d'un phénomène, et contient implicitement une notion de déterminisme (pour-quoi) à laquelle la Science n'a pas vocation de répondre. Toute réponse scientifique à un pourquoi risque alors d'être insatisfaisante et générer un nouveau pourquoi. ”

Commentaire :
Cela dépend de ce que l'on entend par pourquoi. Le pourquoi peut très bien se limiter aux causes d'un phénomène sans en aborder les raisons ; il ne contient pas forcément implicitement une notion de déterminisme. La Création dépassant de loin toute conception intellectuelle possible, même en expliquant le comment d'un phénomène, la réponse risque également d'être insatisfaisante et le scientifique va continuer à chercher le comment afin d'en découvrir la cause permettant de comprendre de façon plus précise ce qui se passe. C'est précisément ce qui fait avancer la Science et qui fait reculer toujours plus loin la frontière des phénomènes inexpliqués. C'est également ce que font les scientifiques créationnistes.


Hervé Jamet :
“ Pourquoi la Terre tourne-t-elle autour du Soleil ? à cause de la gravitation universelle. Mais pourquoi les corps s'attirent-ils ? Au final, la série des pourquoi finit toujours par buter sur une des limites de la Science, tout l'édifice scientifique reposant sur des observations non encore expliquées. Tout juste peut-on espérer faire reculer petit à petit la frontière de l'inexpliqué, l'explication ultime n'existant a priori pas. ”

Commentaire :
Nous venons de voir qu'on peut se trouver dans la même problématique avec le comment. Tout dépend à quel degré le mot est utilisé. Le fait de dénigrer une théorie ou une autre au moyen de jeu avec ces deux mots n'est pas du tout dans l'esprit scientifique.

Maintenant on peut éventuellement noter que le scientifique dans son labo s'intéresse peu aux grandes questions, mais pour la science dans son ensemble ces questions se posent tout de même. Cela permet de faire un lien entre toutes les petites découvertes et les intégrer dans un grand portrait d'ensemble. C'est dans ce contexte que les question des pourquoi et comment se posent.


Hervé Jamet :
“ Où s'arrête la Science ?La Science se trouve partout où il y a observation, expérimentation et élaboration de lois à partir de ces observations. Bien qu'on associe souvent la Science à des équations, comme dans le cas de la physique, la Science peut également être plus descriptive, comme par exemple dans le cas de la paléontologie, fondée sur l'étude des fossiles. ”

Commentaire :
Ceci est vrai pour autant que les descriptions se limitent aux faits observés. Dans le cas de la paléontologie on observe des êtres vivants dont certains ont disparu par exemple. Le fait d'aller au-delà sort de toute la définitions de la Science que nous venons de voir.


Hervé Jamet :
“ Bien qu'étant rigoureuse méthodologiquement, la Science n'interdit pas des hypothèses hasardeuses, qui peuvent s'avérer fécondes, mais aussi le plus souvent conduisent à une réfutation, ou bien même s'avèrent irréfutables et sortent alors du cadre scientifique (ce qui ne signifie pas qu'elles soient inexactes pour autant). ”

Commentaire :
D'un côté c'est exactement ce qui se passe avec la théorie de l'Evolution ; étant devenue irréfutable elle sort du cadre scientifique. De l'autre côté, si malgré les faits on ne veut pas sortir la théorie de l'Evolution du cadre scientifique, il faut avoir l'honnêteté de garder la théorie de la Création dans le même cadre comme alternative, puisqu'avec tout ce que nous venons de voir, cela ne signifie pas qu'elle soit inexacte pour autant.


Hervé Jamet :
“ Existe-t-il une science officielle ?

La notion de science officielle est issue d'une part de scientifiques frustrés par la réfutation de leur découverte et qui refusent le verdict, et d'autre part de la mouvance paranormale popularisée par la série culte "X-files". Dans les deux cas, le discours tenu prétend que les scientifiques "officiels" refusent de prendre en compte la "vérité", que ce soit la mémoire de l'eau côté scientifique frustré ou les phénomènes paranormaux. ”

Commentaire :
Outre que cette question est inévitablement idéologique, c'est exactement ce qui se passe avec la théorie de l'Evolution. Les aveux des différents évolutionnistes sur les infirmations toujours plus fréquentes des découvertes à leur théorie en sont déjà des indications. Ils montrent bien la frustration des scientifiques en question. L'Evolution fait partie de la Science officielle d'aujourd'hui.


Hervé Jamet :
“ Tout n'est bien sûr pas angélique dans le monde de la Science, surtout lorsque des considérations qui n'ont rien de scientifiques en perturbent le respect des principes de base. On a vu une science officielle nazie rejeter la science juive, ou une science officielle soviétique rejeter la science bourgeoise. Les résultats ont été à la hauteur : dans le premier cas, les scientifiques juifs (dont Einstein) ont émigré, dans le second cas, l'agriculture soviétique a beaucoup souffert (affaire Lyssenko). ”

Commentaire :
Ici l'auteur omet de mentionner, ça se comprend, que ces deux sciences se sont justement basées sur la théorie de l'Evolution pour justifier leurs considérations (ex : http://www.creationnisme.ca/publication/articles/holocauste.jsp?section=publication).

Si l'on veut donner des exemples, il serait honnête d'en donner tous les tenants et tous les aboutissants. Pour revenir aux tenants de la théorie de l'Evolution qui rejettent la théorie de la Création, les résultats ont également été à la hauteur : tel scientifique se voyant exclure du prix Nobel car croyant en la Création (ex : http://www.fonar.com/pdf/times_ad.pdf, http://www.christianitytoday.com/ct/2003/octoberweb-only/10-6-51.0.html,

U.S. National – Reuters Doctor Makes Rare Protest Over Nobel Prize Fri Oct 10,12:24 PM ET Add U.S. National - Reuters to My Yahoo!) ; tel autre se voyant dénigré ou rejeté de l'enseignement de sa chaire pour la même raison, (ex : http://www.creationnisme.ca/publication/articles/odyssee.jsp?section=publication, voir aussi les Témoignages[2] en fin d'article après les remerciements); dans certains cas, les enfants étant enlevés à leur parents, voire ces derniers emprisonnés, ceci sous le masque de la tolérance et de l'ouverture d'esprit qu'on se doit de leur inculquer, allant jusqu'à provoquer la détresse chez les mamans (ex : http://pouruneecolelibre.blogspot.com/2008/01/cole-la-maison-les-familles-fuient.html, http://pouruneecolelibre.blogspot.com/2008/02/pome-dune-mre-au-c-dchir.html);

Faut-il alors s'étonner que des parents réagissent par rapport à telle ou telle décision prise par les autorités sur la scolarisation (ex : http://pouruneecolelibre.blogspot.com/)? Etc ...


Hervé Jamet :
“ Mais qu'il soit bien clair que la plupart des scientifiques ne demanderaient pas mieux que de constater un véritable phénomène paranormal, et de pouvoir l'étudier. Malheureusement, la plupart de ces phénomènes disparaissent spontanément à l'approche des scientifiques et de leurs méthodes, particulièrement lorsque ceux-ci se font assister d'un prestidigitateur, mieux à même qu'un scientifique de détecter toute supercherie. ”

Commentaire :
Ces propos ne peuvent pas entrer en ligne de compte en Science. Déjà du fait qu'elle n'étudie que la Création sur le plan matériel. Tout ce qui sort donc de la matière sort de ses compétences. Les cas où la Science pourrait éventuellement rentrer en ligne de compte, c'est dans les constats des conséquences physiques d'une intervention d'ordre “ paranormal ”. Et ça s'arrête là. Même si un scientifique se fait assister par un prestidigitateur, ce dernier n'étant pas dans le domaine du paranormal, il ne peut en aucun cas s'assurer de la véracité de son jugement, puisqu'il sort du domaine scientifique.


Hervé Jamet :
“ La Science et les autres domainesLa Science, de par son aspect rigoureux, apparaît rébarbative à beaucoup de personnes, qui lui opposent d'autres conceptions de la culture ou de la vie. En fait, ces oppositions ne sont souvent qu'apparentes, comme nous allons essayer de le voir maintenant. ”

Commentaire :
Ceci est particulièrement vrai dans les rapports existants entre la Foi et la Science.


Hervé Jamet :
“ La Science et l'imagination
L'aspect rigoureux de la Science semble interdire à tout jamais la moindre fantaisie au scientifique. Le rêve et l'imagination paraissent définitivement bannis du quotidien du scientifique, créature austère et rigoureuse pour qui les émotions ne sont finalement que quelques courants électriques dans le cerveau. ”

Commentaire :
Il est vrai que c'est malheureusement l'image que certains scientifiques donnent.


Hervé Jamet :
“ Une telle description relève bien heureusement de la caricature, les scientifiques étant le plus souvent des gens comme les autres, à des kilomètres des descriptions de savants fous de certains récits d'épouvante. Bien sûr, les scientifiques sont souvent passionnés par leur travail, au même titre qu'un artiste ou un écrivain par exemple. ”

Commentaire :
C'est également cette passion qui nous a amené jusqu'ici.


Hervé Jamet :
“ Mais un scientifique est aussi un créateur, dépensant des trésors d'imagination pour faire avancer ses théories ou en proposer de nouvelles. Sans imagination, Einstein aurait-il pu concevoir la théorie de la Relativité ? ”

Commentaire :
Einstein, un autre croyant même s'il avait une foi particulière à lui (Einstein to Phyllis Wright ; Jan. 24 ; 1936 ; AEA 52-337 / Viereck, 372-378 ; Viereck a premièrement publié l'interview dans : “ What Life Means to Einstein. ”, Saturday Evening Post, Oct. 26, 1929. Les citations ont été généralement tirées de traduction et paraphrase dans : Brian 2005 ; 185-186 et dans Calaprice. Voir aussi : Jammer 1999 ; 22 ; Einstein / His Life and Universe ; de Walter Isaacson ; Editions Simon & Schuster ; 2007 / Au diable le Père Bruck, l'Amérique 1950-1958 ; R-L. Bruckberger ; Editions Plon ; Paris ;1986), un autre exemple qui montre que le créationnisme n'empêche absolument pas la Science d'avancer (voir * à la fin de l'intervention).


Hervé Jamet :
“ Et avant tout, un scientifique est également un homme comme un autre, capable de laisser son esprit critique au vestiaire pour rêver. Le célèbre auteur de science-fiction Isaac Asimov était également un brillant scientifique, ce qui ne l'a pas empêcher d'écrire des récits basés sur des hypothèses au mieux non vérifiées, et souvent carrément inexactes (comment concevoir un empire galactique sans la possibilité de dépasser la vitesse de la lumière, possibilité refusée catégoriquement par la théorie de la relativité). ”

Commentaire :
Sur le plan des hypothèses non vérifiées et inexactes, le Docteur Isaac Asimov n'a rien à envier à l'Evolutionnisme. Par contre il a démontré que tout retourne au chaos, dans l'univers les choses vont vers le désordre, les énergies s'égalisent, le travail diminue et l'entropie augmente ; Lorsqu'elle sera au maximum, tout sera mort. C'est donc un obstacle grave à l'Evolution qui parle d'organisation de la matière (Dr Arthur A. E. Wilder-Smith (Biochimiste), Isaac Asimov (Biochimiste), Prof. Arold S. Slusher (Astronome, Géophysicien, Astrophysicien); L'origine de l'Univers; Télé-Vidéo Production (TVP); cassette 1081 Les Origines n˚ 1). Voilà un fait avéré qui fait partie des contre-exemples fondamentaux à la théorie de l'Evolution. Par contre il est tout à fait en accord avec la théorie de la Création qui stipule justement cet état de fait.

Dans les contre-exemples, on peut aussi mentionner celui de la réponse du Dr Arthur A. E. Wilder-Smith à la théorie de Huxley sur la possibilité d'un texte écrit par six singes sur six machines à écrire : (http://www.samizdat.qc.ca/cosmos/origines/ws.htm).


Hervé Jamet :
“ Le tout est de ne pas faire interférer les rêves et la méthodologie scientifique ; il faut, même si c'est parfois difficile, savoir dire "ce n'était qu'un rêve". ”

Commentaire :
Le tout est avant tout de ne pas seulement le dire aux autres, mais de le mettre en pratique pour soi-même.


Hervé Jamet :
“ La Science et l'Art
L'Art est par essence même totalement éloigné de la Science. Cependant, cette dernière n'est jamais loin. L'image d'Epinal de l'artiste est bien souvent aussi caricaturale que celle du scientifique. On a bien trop souvent tendance à oublier qu'un artiste est d'abord un technicien, qui doit maîtriser les techniques de son art avant de pouvoir les dépasser.

Il n'y a pas encore si longtemps, les artistes peintres fabriquaient eux-mêmes leurs pigments. Un sculpteur doit maîtriser les matériaux qu'il utilise, un musicien savoir jouer de son instrument.

Bien sûr, il s'agit là de technique plus que de Science. Cependant, ne peut-on pas considérer la connaissance de l'anatomie humaine, nécessaire dès que l'on désire peindre ou sculpter une être humain, comme une connaissance scientifique ? L'architecte qui désire que son monument ne s'effondre pas ne doit-il pas utiliser des connaissances scientifiques ? Et toutes les techniques employées, classiques ou d'avant-garde, ne sont-elles pas généralement issues de la Science ?

L'Art fait également appel à la Science dès qu'il s'agit de restaurer une oeuvre, ou simplement de l'analyser ou de la sauvegarder. La restauration de toiles abîmées ou rendues noires par l'opacification du vernis ou le décapage de monuments abîmés par la pollution font appel à des techniques très pointues, rendues possibles uniquement par les avancées scientifiques. ”

Commentaire :
Par les avancées scientifiques oui, qui n'ont que faire de la théorie de l'Evolution ou de la Création pour se faire. Quoique là encore, il a fallu une main créatrice pour concevoir les pigments, les sculptures, les instruments, les peintures, les techniques, les outils, etc ... . Tout nous montre qu'il faut un concepteur intelligent pour que la matière puisse être organisée ; encore un fait avéré qui fait partie des contre-exemples fondamentaux à la théorie de l'Evolution. La théorie de la Création ne dit rien d'autre. À noter que le fait même qu'il faut une intelligence développée pour comprendre la Création au travers de la Science nous montre déjà qu'il a fallu une intelligence bien au-dessus de la nôtre pour la concevoir.


Hervé Jamet :
“ La Science et la ReligionUn scientifique peut-il être croyant ? Nombreux sont ceux qui ont répondu oui à cette question. Une telle attitude n'est a priori pas gênante, lorsque la Religion reste dans le domaine de l'irréfutable, c'est-à-dire hors du domaine scientifique. ”

Commentaire :
Soyons honnêtes et ne parlons pas que de Religion, car la Philosophie correspond également à ce commentaire. À ce propos, le professeur Richard Lewontin, génétitien connu, reconnaît que la théorie de l'évolution est largement influencée par la philosophie matérialiste, et que rien n'est jamais venu la démontrer ni l'infirmer formellement. (Temps stratégiques; Eté 1987). Plus tard, concernant l'influence des philosophies, Violette Meyser dit que la vérité ou le modèle à imiter ne se trouve pas forcément du côté du plus grand nombre; elle cite Lanza Del Vasto qui dit: “Il n'y a pas de loi sociologique mieux assurée que celle-ci: le nombre des imbéciles dépasse celui des sages. Par conséquent, s'en remettre à la loi du plus grand nombre, c'est choisir la médiocrité”. (Violette Meyser; Philosophie et Bible).


Hervé Jamet :
“ Galilée nous a montré que cela n'a pas toujours été le cas. Il faut bien constater l'ambivalence de la Religion vis-à-vis de la Science. Beaucoup de scientifiques étaient très liés à l'Eglise (Galilée était l'ami du Pape), et étaient amenés à contester certains dogmes religieux de par leurs observations, ce qui leur valait généralement de sérieux ennuis. ”

Commentaire :
Là encore il faut être honnête. Car l'Histoire nous enseigne que ce qu'on nous dit de Galilée est arbitrairement choisi pour appuyer sa propre position ; ici la théorie de l'Evolution comme étant La Science. On nous désinforme sur le fait que Galilée a eu des problèmes d'abord avec les scientifique de l'époque : (http://www.creationnisme.ca/publication/articles/galilee.jsp?section=publication).

Sur le même plan, on peut également mentionner l'invention de la terre plate : (http://www.creationnisme.ca/publication/articles/terre_plate.jsp?section=publication). Toutes des stratégies pour nous faire croire que la théorie de la Création n'a rien de scientifique ; en fait, des attitudes de la part de l'Evolutionnisme en général qui n'ont rien de scientifiques comme nous le montrent les débats !


Hervé Jamet :
“ Aujourd'hui, l'Eglise catholique ne cherche plus à contester ouvertement la Science, même s'il reste certains pays (et non des moindres, par exemple les Etats-Unis) où des mouvements intégristes cherchent à faire enseigner le créationnisme (qui professe que le monde a été créé en 7 jours comme expliqué dans la Bible) comme une alternative au Darwinisme. ”

Commentaire :
Déjà on peut se poser la question de quelle “ Science ” il s'agit? S'agit-il d'un discours (issue des Lumières) qui cherche à s'approprier du prestige de la science mais qui n'a rien à voir... ? Depuis un moment, on sort du domaine de la définition de la Science pour imposer une opinion collective comme faisant partie intégrante de la dite Science. Pour se faire, on pousse à outrance la désinformation, pratique dont les évolutionnistes pourtant accusent les créationnistes. Quelle hypocrisie ! Pour garder le simple mortel dans la confusion, on va jusqu'à parler de la Science comme si c'était l'Evolution et vice-versa. Comble de l'hypocrisie ! À cela s'ajoute l'amalgame que l'on fait entre l'Eglise catholique, des mouvements dits intégristes et le créationnisme. Comble de la désinformation !

D'abord aujourd'hui l'Eglise catholique ne conteste certes pas la Science, mais est revenue sur, ou a précisé, sa déclaration quant à la théorie de l'Evolution : (http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/international/20070412.OBS1747/le_). Ensuite, du moment que cela dérange, on qualifie ceux qui pensent différemment d'intégristes ; qualificatif péjoratif qui ne sert qu'à éliminer celui qui croit différemment comme indigne de toute communication objective. Ainsi tout est dit. Quant au Créationnisme, comme nous l'avons vu ci-dessus, il reste dans un plan scientifique et se détache des différentes dénominations chrétiennes dans ses investigations, contrairement à ce que la majorité veut nous faire croire :
(http://lifeorigin.over-blog.net/article-6855441.html).


Hervé Jamet :
“ Cependant, la situation des religions n'est pas toujours très confortable face à la Science. Que faire lorsque des découvertes scientifiques invalident des chapitres entiers de la Bible (notamment bien entendu la Genèse) ? ”

Commentaire :
Il est vrai que la plupart des religions peuvent être dans une situation inconfortable face à la Science, la vraie, celle qui nous informe des faits et pas de ce qu'on veut lui faire dire. Cependant elle est loin d'invalider une quelconque partie de la Bible. Faire une telle déclaration est foncièrement présomptueux, déjà c'est passer outre toute la définitions de la Science ci-dessus. Ensuite, ne connaissant ni la nature de l'origine de la création, ni la nature de l'origine de la Bible, c'est une déclaration gratuite démontrant bien la faiblesse de la théorie de l'Evolution.


Hervé Jamet :
“ Actuellement, la Religion reste en deçà de la frontière de la Science, se réservant plutôt l'éthique et la morale. Cependant, ces frontières reculent de plus en plus vite ; jusqu'où pourront-elles reculer sans mettre en péril l'Eglise et les autres religions ? ”

Commentaire :
Il serait plus honnête, vu ce que nous venons de voir, de dire qu'actuellement la communauté scientifique fait tout pour que la Religion reste en deçà de la frontière de la Science. Elle lui laisse éventuellement le droit de veto sur l'éthique et la morale ; là ça ne dérange pas trop et ça permet de montrer à tout un chacun son masque de la tolérance. On a bien compris que quand on parle de communauté scientifique dans ce contexte, il ne s'agit que de certains scientifiques ayant obtenu le pouvoir de direction ou de jugement sur ce qui est acceptable ou non scientifiquement ; il ne s'agit donc que de politique ! Avec ce que nous venons de voir, à part sur le plan de la majorité bien pensante, politique, juridique et des média, il devient clair que ces frontières aux contraire se sont renforcées, pouvant mettre en péril, non pas la Science, mais la Philosophie de l'Evolution !


“ Hervé Jamet
Août 2003 ”


Conclusion :
Même si les évolutionnistes s'en défendent, il existe une science officielle rejetant toute alternative à la théorie de l'Evolution, reniant toute implication qui en a découlé, le tout sous une apparence d'humilité et de droiture et s'appuyant sur la notoriété par les média, les systèmes juridique et politique. D'un côté il existe une définition claire de la Science, mais de l'autre on veut le faire mettre en pratique par les scientifiques créationnistes sans être obligé de le faire soi-même, puisque l'Evolution n'aurait plus besoin d'être prouvée et que la Création ne pourrait en aucun cas être considérée comme une alternative, car n'étant soi-disant rien d'autre que qu'une religion. La théorie de l'Evolution nous montre qu'elle n'est pas scientifique puisqu'elle n'est pas réfutable ; en effet de quelque côté qu'on prenne le problème, il y a toujours une explication possible à tout contre-exemple énoncé. En fait, la stratégie usuelle est de relativiser toute affirmation de façon à servir l'intérêt évolutionniste au détriment du créationnisme. Enfin on maintient le simple mortel dans le flou sous le couvert de connaissances tellement poussées qu'il ne peut qu'être jugé inapte à la compréhension intellectuelle du sujet traité. Ces faits sont clairement mis en lumière dans l'attitude et les déclarations de toute part, notamment sur le plan européen (http://lifeorigin.over-blog.net/article-6855441.html), où on nous présente l'Evolution comme étant la Science (alors qu'elle n'est tout au plus qu'une hypothèse de travail, une théorie infirmée par bien des découvertes, finalement la Philosophie d'aujourd'hui), et la Création comme étant la Religion (alors qu'elle est également un hypothèse de travail, une théorie confirmée par bien des données scientifiques).

Une étude approfondie comme nous venons de le faire nous montre que la théorie de l'Evolution n'est pas plus scientifique que la théorie de la Création, puisqu'elle peut être infirmée dans ses bases même ; ou alors que la théorie de la Création peut tout aussi bien être considérée comme scientifique que la théorie de l'Evolution, puisque de nombreuses évidences la confirment.



Didier Gasser ; Décembre 2007

Avec l'aimable collaboration de Paul Gosselin, anthropologue




*Un grand nombre de chercheurs ayant contribués aux progrès
de la science croyaient que la Bible est la Vérité.


En voici quelques-uns :


Galilée : (Astronome et physicien, inventeur de la lunette spatiale) : “ La Bible n'est pas là pour nous apprendre comment va le ciel, mais comment on va au ciel ”.

Léonardo da Vinci (Spécialiste des sciences hydrauliques).

Isaac Newton (Père de la loi de la gravitation, et inventeur du télescope) : “ En l'absence de toute autre preuve, mon pouce seul me convaincrait de l'existence de Dieu ”.

Louis Pasteur (Spécialiste de la bactériologie, de la vaccination, découvreur de la loi de la biogenèse, et inventeur du contrôle de la fermentation) : “ Tant pis pour ceux dont les idées philosophiques sont gênées par mes études ”.

Thomas Edison : “ J'admire tous les ingénieurs, mais surtout le plus grand d'entre eux : Dieu  ! ”.

Blaise Pascal (Spécialiste de l'hydrostatique, et inventeur du baromètre) : “ Il y a dans le cœur de tout homme un vide qui a la forme de Dieu ”.

Georges Cuvier (Anatomie comparative et paléontologie des vertébrés).

Michael Faraday (Inventeur du générateur électrique).

Joseph Henry (Inventeur du moteur électrique et découvreur de l'auto-induction).

Charles Babbage (Inventeur de la machine à calculer et père de l'ordinateur).

William Herschel (Astrophysicien, auteur du catalogue global des étoiles, et découvreur des étoiles doubles).

Johann Kepler (Astrophysicien,, découvreur des 3 lois dites de Keppler).

Gregor Mandel (fondateur de la génétique).

Samuel Morse (inventeur du télégraphe).

Christopher Sholes (inventeur de la machine à écrire)

Nicolae Paulescu (Découvreur de l'insuline qui permet à des millions de diabétiques de vivre) : “ Le scientifique ne dit pas simplement : Je crois en Dieu, mais il doit affirmer clairement : Je sais que Dieu existe ”..

William Thompson (Spécialiste de la thermodynamique et du câble trans-atlantique, inventeur de l'échelle de température absolue).

Albert Einstein (Physicien) : “ Je veux savoir comment Dieu a crée ce monde, je veux connaître sa pensée, le reste n'est que contingence ”.

Werner von Braun (Inventeur de fusées d'exploration spatiale).

Arthur Wilder-Smith (Expert en chimie et pharmacologie, détenteur de 3 doctorats) : “ Le modèle évolutionniste ne colle pas avec les faits scientifiques, contrairement au modèle créationniste d'un plan intelligent ”.

Robert Gentry (physicien et chimiste).

Raymond Damadian (inventeur du scanner IRM) : “ Le but le plus élevé qu'un homme puisse trouver pour sa vie est de servir la volonté de Dieu ”.


Et beaucoup d'autres...Il y a actuellement des milliers de scientifiques dans divers pays qui croient que la Bible est 100% digne de confiance.


Bibliographie :


BERGMAN Jerry; Le darwinisme et l'holocauste nazi; http://www.creationnisme.ca/publication/articles/holocauste.jsp?section=publication.

BERTHAULT Guy; Expériences de stratification ; http://www.creationnisme.ca/publication/articles/sediment.jsp?section=publication.

BRUCKBERGER R-L.; Au diable le Père Bruck, l'Amérique 1950-1958; Editions Plon ; Paris ;1986.

CULVER D.; This Year's Nobel Prize in Medicine, The Shameful Wrong That Must Be Righted; http://www.fonar.com/pdf/times_ad.pdf.

GELLNER Ernest; (1992/1999); Postmodernism, Reason and Religion; Routledge London/New York; p. 108.

GOSSELIN Paul; La cosmologie judéo-chrétienne et l'origine de la science; http://www.samizdat.qc.ca/cosmos/sc_soc/cosmofr.htm.

GOSSELIN Paul; mention de POPPER Karl, conjectures et réfutations dans Systèmes cognitifs occidentaux, chap. IV; http://www.samizdat.qc.ca/cosmos/sc_soc/tm_pg/chap4a.htm.

HUMPHREYS D. Russell; Le Champ magnétique terrestre: toujours récent; http://www.samizdat.qc.ca/cosmos/sc_nat/humph/geomag_rh.htm.

ISAACSON Walter; His Life and Universe; Editions Simon & Schuster ; 2007.

JAKI Stanley L.; (1974/1986); Science and Creation.; Academic Press New York 367 p.

JAMET Hervé; LA SCIENCE; http://www.jamet.org/Reflexions/Science/Definition.html.

LEVY Daniel S.; (1990); Evolution, Extinction And the Movies. [Stephen Jay Gould Interview]; Time magazine, Monday, May 14, p. 19-21.

LEWIS C.S.; Miracles 1947/1985; p. 107.

LEWONTIN Richard; Temps stratégiques; Eté 1987.

MEYSER Violette; Philosophie et Bible.

MONTGOMERY Alan; L'odyssée de Robert Gentry; http://www.creationnisme.ca/publication/articles/odyssee.jsp?section=publication.

NEWTON Isaac; The Chronology of Ancient Kingdoms, Amended; 1728.

NOUVELOBS.COM; Le pape souligne les insuffisances de la théorie de Darwin; http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/international/20070412.OBS1747/le_.

OLSEN Ted; Weblog: Did Nobel Committee Ignore MRI Creator Because of Creationism?; http://www.christianitytoday.com/ct/2003/octoberweb-only/10-6-51.0.html.

PERREAULT Julien; Deux Arguments Clés Démontrant l'Hypothèse d'une Terre Jeune; http://www.creationnisme.ca/publication/articles/arguments_terre_jeune.jsp?section=publication.

PERREAULT Julien; Dix arguments de la théorie de l'évolution démentis; http://www.creationnisme.ca/publication/articles/dixargumentsdementis.jsp?section=publication.

PERREAULT Julien; Fossile de 540 millions d'années semblable aux jellyfish actuels; http://lifeorigin.over-blog.net/article-6294529.html.

PERREAULT Julien; L'Âge de l'Univers; http://www.creationnisme.ca/publication/articles/age_univers.jsp?section=publication.

PERREAULT Julien; Le Conseil de l'Europe déclare la guerre sainte au créationnisme; http://lifeorigin.over-blog.net/article-6855441.html.

SILVESTRU Émil; Les eaux de la discorde. Conférence de Émil Silvestru le 24 novembre 2006; http://www.samizdat.qc.ca/cosmos/origines/deluge_sylvestru.htm.

TAYLOR Ian; L'invention de la terre plate; http://www.creationnisme.ca/publication/articles/terre_plate.jsp?section=publication.

TISDALL Laurence; L'affaire Galilée - La religion contre la science?; http://www.creationnisme.ca/publication/articles/galilee.jsp?section=publication.

TSHBWABWA Sinaseli; L'homologie, l'anatomie comparée et la théorie de l'évolution; http://www.creationnisme.ca/publication/articles/homologie.jsp?section=publication.

TSHIBWABWA Sinaseli; Les fossiles: Témoignage des mondes perdus ou preuves de l'évolution biologique?; http://www.creationnisme.ca/publication/articles/les_fossiles.jsp?section=publication.

U.S. National – Reuters Doctor Makes Rare Protest Over Nobel Prize Fri Oct 10,12:24 PM ET Add U.S. National - Reuters to My Yahoo!.

VICENTE Kim J., BREWER William F.; La Mémoire trompeuse des Scientifiques; La Recherche 258, octobre 1993, volume 24.

VIERECK, 372-378 ; Viereck a premièrement publié l'interview dans : “ What Life Means to Einstein. ”, Saturday Evening Post, Oct. 26, 1929. Les citations ont été généralement tirées de traduction et paraphrase dans : Brian 2005 ; 185-186 et dans Calaprice. Voir aussi : Jammer 1999 ; 22 ; Einstein. 

WILDER-SMITH Arthur A. E., ASIMOV Isaac , SLUSHER Arold S.; L'origine de l'Univers; Télé-Vidéo Production (TVP); cassette 1081 Les Origines nr.1.

WILDER-SMITH Arthur A. E.; L'Origine de la Vie; http://www.aucommencement.net/index.php/articles/2007/03/08/71.

WILDER-SMITH Arthur A. E.; L'Origine de l'Univers; http://www.aucommencement.net/index.php/articles/2007/03/08/73.

WILDER-SMITH Arthur A. E.; L'Origine des Espèces; http://www.aucommencement.net/index.php/articles/2007/03/24/70.

WILDER-SMITH Arthur A. E.; Le Temps et l'Hasard; http://www.samizdat.qc.ca/cosmos/origines/ws.htm.

WILKINS, Adam S. (2000) Intro (issue on Evolutionary Processes) pp. 1051-1052 BioEssays vol. 22 no.12 December.

WRIGHT Phyllis; Einstein to Phyllis Wright ; Jan. 24 ; 1936 ; AEA 52-337. 





REMERCIEMENTS:


- Au Seigneur, Créateur de toute chose, Lumière infinie, pour tout ce qu'Il a accompli pour nous, pour Sa miséricorde et Sa justice, pour m'avoir permis et aidé dans cet article, et surtout, pour ce qu'Il Est.

- À Monique Stajessi pour le rayon de soleil qu'elle m'apporte.

- À mes parents, Marguerite et Marcel Gasser, pour l'immense aide qu'ils m'apportent dans les difficultés que je passe.

- À mes enfants, Mathias (avec son foyer), Daniel et Laure-Aimée Sarah Gasser, qui égaient ma vie de leur présence malgré les circonstances.

- Au Pasteur Steve Emmett, pour l'aide et le soutien spirituel qu'il m'apporte dans ces moments.

- À Paul Gosselin, Anthropologue, qui m'a beaucoup aidé dans les corrections et en complétant de façon non négligeable les données de cet article, en rendant possible sa mise en ligne, et en me permettant de le mettre en ligne sur blogdei.

- À Nicolas Ciarapica, pour son soutien et sa patience dans nos échanges sur l'article, malgré mes imperfections et mon ignorance en informatique, et malgré les épreuves qu'il passe.

- À tous mes amis, Scientifiques ou non, qui m'ont apporté bien des compléments dans mon étude.

- À mes amis Scientifiques qui apporteront par la suite leur contribution aux compléments de l'article et à mon étude.

- À l'association Au Commencement pour m'avoir accepté comme membre en son milieu.

- À tous mes amis Chrétiens qui me gardent une place dans leurs prières.


Notes

[1] - Avec l’aimable collaboration de Paul Gosselin, anthropologue

[2] - Témoignages : Professeur de physique abrogé dans une école catholique:

“ Au début des années 1990, j'ai enseigné la physique et les mathématiques pendant cinq ans dans une école catholique pour filles en S. CA. Comme professeur de physique, il m'a été demandé de revoir les directives du programme de sciences qui ont été écrites pour toutes les écoles catholiques S. CA.

Dans les lignes directrices, il est déclaré que l'un des trois principaux objectifs des programmes scolaires est d'enseigner aux étudiants que la science et l'ensemble de ses technologies alliées étaient "une partie de l'univers créé par Dieu." En tant que réviseur, mon travail était de voir comment les objectifs des directives étaient mis en œuvre dans le programme d'études. J'ai été étonné de constater que, tout au long de la ligne directrice, l'évolution a été présentée comme un fait, sans aucune solution de rechange ou de réserve. En effet, “Dieu” et “création” n'ont jamais été mentionnés dans l'ensemble de 100 pages de directives.

Une déclaration faite dans les lignes directrices est qu'aussi bien les animaux que les humains ont un ADN qui “prouve” qu'ils ont évolué par hasard à partir d'une source commune. Ma réponse a été que "scientifiquement", ceci revient à dire qu'aussi bien un avion qu'une automobile ont des caractéristiques communes - - cockpit avec sièges, ceintures de sécurité, instruments, etc - - ce qui prouve qu'une voiture est tombée d'une falaise, a ouvert ses portes et devint un avion durant sa chute. Ne serait-il pas plus plausible, ai-je demandé, d'y voir la main d'un concepteur commun?

J'ai écrit à la commission responsable des lignes directrices et ai demandé une opportunité pour aborder ces préoccupations. J'ai été refoulé. J'ai écrit un article pour partager cela avec les autres enseignants en sciences. J'ai été ignoré. De plus, lorsque les étudiants du campus ont commencé à parler sur ce qu'ils apprenaient en physique, mettant en question les principes de base de l'évolution, j'ai été sommairement sommé de garder le silence sur ce sujet même si une question directe m'était posée [Je n'étais pas un étudiant ayant reçu des informations uniques et tendancieuses, j'étais un enseignant ayant reçu l'ordre de ne pas présenter des évidences qui appuient la création].

En fait, la directrice de l'école, qui était aussi chef du département des sciences, avait écrit au comité afin de féliciter les auteurs pour la présentation de la science comme étant “sans dogmatisme et ouverte à la controverse." “Bien, bien”, dis-je. Mais lorsque je me suis entretenu avec, elle m'a ordonné de ne pas répondre aux questions sur l'évolution, ni de présenter de nouvelles évidences à l'appui de la création, me disant que les évidences à l'appui de la création “ ne seraient pas autorisées à être enseignées dans aucune classe du campus ”. Je lui demandais alors de me dire comment cette politique était conforme à ses convictions déclarées, à savoir que la science devrait être enseignée "exempte de dogmatisme et ouverte à la controverse". Elle refusa de me répondre. Au lieu de cela, elle m'a ordonné de garder le silence sur la question et m'a "autorisé" de rester dans mon poste d'enseignant le restant de l'année, et seulement à la condition de respecter l'édit de silence. Ensuite, j'ai été résilié. ”

[De David, posté à : http://www.expelledthemovie.com/shoutout_text.php?story=254 ]



À l'instar de David dans le premier rapport (ci-dessus), j'ai eu moi aussi des expériences similaires :


L'une était au Haverford School. J'ai enseigné les mathématiques à l'école préparatoire de ce collège, dans la région de Philadelphie, pendant 24 ans. À une occasion, un conférencier est venu parler lors d'une réunion aux étudiants de la Haute Ecole. A cette occasion, le créationnisme a été qualifié de pseudo-science. Je me suis ensuite plaint auprès du directeur disant qu'il n'est pas juste de ne présenter qu'un seul côté du débat. Il accepta et me donna la permission de faire venir un orateur pour en présenter l'autre côté. En conséquence, j'ai invité le Dr Austin Robbins, qui avait exercé à la facultés de l'Université de Georgetown School of Dentistry, au Temple University Dental School, et à l'école de Médecine Dentaire de l'Université de Pennsylvanie (Une grande partie des preuves fossiles se situe autour de la question de la dentition). Par la suite, le Président du département de la science est venu à mon bureau indiquant qu'il avait, ou était, sur le point de porter plainte devant le directeur pour objection de son département à des décisions qui avaient été faites sans son Consentement. Quelque peu irrité par ce faux-fuyants, je dit au Président qu'il faisait là la promotion d'endoctrinement plutôt que de la science. Les objections du département ont cependant prévalu, et le docteur Robbins a été "refoulé" avant même son arrivée.

Ultérieurement, j'ai invité un professeur d'anthropologie de l'Université de Pennsylvanie pour participer à un débat création versus évolution, qui a finalement eu lieu au Westminster Theological Seminary le 20 avril 2001 (Environ quatre cents personnes y ont assisté).

Le même professeur, qui avait permis que le débat soit enregistré sur bande vidéo, ne voulu pas qu'elle puisse être vendue (ou même distribué), car son adversaire, le Dr Jack Cuozzo présenta une évidence que le professeur contesta. Le Dr. Cuozzo avait revendiqué dans le débat qu'il avait trouvé un morceau manquant du célèbre Crâne de Swanscombe (Neandertal), et qu'il l'annonçait pour la première fois dans un débat publique. Il montra que la pièce mastoïde (près de la zone temple du crâne) correspond bien au modèle du Swanscombe et qu'il y avait les marques possibles de trephination (chirurgicale) sur le fossile. Cela, a-t'il indiqué, suggérait que les hommes de Neandertal étaient beaucoup plus avancés dans le domaine médical que ce que croient les évolutionnistes. Dans la même optique, le fichier des marques possibles de dents de La Chapelle peut proposer une plus grande sophistication en dentisterie que ce qui est normalement attribué au Néandertaliens.

Comme modérateur du débat, je sentais la responsabilité d'essayer de régler cette impasse. D'une part, il semblait que l'un débatteur tentait de censurer l'autre, alors que d'autre part, je n'étais moi-même pas intéressée à promouvoir le mensonge. Comme la pièce de M. Cuozzo avait été présentée au British Museum, j'ai contacté le professeur Chris Stringer, à la tête de Human Origins, du Département de Paléontologie du Muséum d'Histoire Naturelle de Londres. Il m'a écrit un certain nombre de fois au cours de l'été et de l'automne après le débat du printemps.

Le Dr Stringer écrivit au sujet de l'artefact de Swanscombe du Dr Cuozzo comme suit: “Il est bien sûr possible qu'il y a, disons, des fossiles du Mésozoïque dans les graviers du Swanscombe." (Auparavant, il avait indiqué que l'artefact n'était que du gravier, mais ensuite le Dr. Cuozzo fit la preuve que la pièce était un vrai fossile).

Auparavant, le Dr Stringer avait écrit: "Je considère que le Dr Cuozzo a agi de bonne foi dans cette affaire, et a fait une bonne chose en renvoyant ce document en examen. Les pièces en question, en particulier la mastoïde, révélaient être des ossements humains dans leur forme, bien que je pense qu'il ne les aurait pas considérés comme os fossiles humains s'il avait été en mesure de faire des comparaisons directes de leur apparence avec de véritables fossiles d'os de Swanscombe ”.

Le Dr. Cuozzo, pour employer les paroles du Dr Stringer, “ a agi de bonne foi” en soumettant les échantillons aux autorités compétentes pour examen. Il est différend quant à savoir si la pièce du Dr Cuozzo provient d'un Crâne de Swanscombe, mais est-ce vraiment une raison d'en exclure les bandes du débat? Les débats, de par leur nature même, n'impliquent-ils pas nécessairement des différends? En tant que créationniste, M. Cuozzo escomptait sans aucun doute beaucoup de ce que son adversaire avait à dire, mais il ne cherchait pas à exclure une cassette vidéo parce que son opposant affichait un point de vue évolutionniste.

Il peut être très difficile de prouver d'une manière ou d'une autre où est la vérité concernant la réalité de l'artefact de M. Cuozzo. Personnellement, je ne le sais pas. Il y a des arguments des deux côtés, mais d'exclure la distribution d'un débat filmé sur bande vidéo parce que l'une des parties estime que l'autre n'est pas correcte semble être de la censure. On pourrait également argumenter contre ce type de raisonnement en disant que la plupart des débats devraient être exclus. Cela semble un peu tatillon ou une manière de pinailler. Je crois à la vérité et donc suis heureux d'entendre ce que l'adversaire a à dire, mais j'ai de la peine à concilier les critiques du professeur sur le Dr. Cuozzo tout en voyant le même professeur me dépeindre une reconstitution délibérément altérée du modèle du crâne à La Chapelle aux Saints. Je m'explique.

Après le débat, j'ai écrit les mots suivants au professeur: "En ce qui concerne la question de l'honnêteté, quand j'ai visité le Musée de l'Homme cet été, j'ai acheté une carte postale de La Chapelle aux Saints. Dans le modèle que vous m'avez donné, il y a seize dents de la mâchoire supérieure. La carte postale, cependant, ne révèle aucun chiffre de ce type. Vous m'avez dit, pendant le déjeuner, que le modèle que vous m'avez donné provenait de La Chapelle aux Saints, mais je ne crois pas que vous m'ayez informé que ... les dents ont été ajoutées. Ne pensez-vous pas que le fait de donner délibérément un modèle altéré est un peu trompeur ?"

Je n'ai jamais reçu de réponse à ces paroles, et cela fait suite à de nombreux précédents. Je suis ouvert sur la possibilité, par conséquent, que ce professeur a pu être un peu gênés par l'inconsistance dans le fait de distribuer, et éventuellement dans la vente trompeuses des modèles du crâne de La Chapelle, tout en excluant la vente et la distribution d'une bande vidéo contenant une revendication du Dr Cuozzo qu'il conteste.

Paul G. Humber, directeur
http://www.crministriesphilly.com/

[3] - Voir : (http://www.creationnisme.ca/publication/articles/arguments_terre_jeune.jsp?section=publication; http://www.creationnisme.ca/publication/articles/sediment.jsp?section=publication; http://www.samizdat.qc.ca/cosmos/sc_nat/humph/geomag_rh.htm; http://www.samizdat.qc.ca/cosmos/origines/deluge_sylvestru.htm).