Vie chretienne Comos Plan Engin de recherches Plan du site

Samizdat

Le club des paranos.

(dossier de presse sur l'érosion de la liberté et de la vie privée sur Internet)




Sous l'impitoyable poussée d'une surpopulation qui s'accélère, d'une organisation dont les excès vont s'aggravant et par le moyen de méthodes toujours plus efficaces de manipulation mentale, les démocraties changeront de nature. Les vieilles formes pittoresques — élections, parlements, hautes cours de justice — demeureront, mais la substance sous-jacente sera une nouvelle forme de totalitarisme non violent. Toutes les appellations traditionnelles, tous les slogans consacrés resteront exactement ce qu'ils étaient au bon vieux temps, la démocratie et la liberté seront les thèmes de toutes les émissions radiodiffusés et de tous les éditoriaux — mais une démocratie, une liberté au sens strictement pickwickien du terme. Entre-temps, l'oligarchie au pouvoir et son élite hautement qualifiée de soldats, de policiers, de fabricants de pensée, de manipulateurs mentaux mènera tout et tout le monde comme bon lui semblera.
(Aldous Huxley - Retour au meilleur des mondes)

As we consider the coming of an elite, an authoritarian state, to fill the vacuum left by the loss of Christian principles, we must not think naively of the models of Stalin and Hitler. We must think rather of a manipulative authoritarian government. Modern governments have forms of manipulation at their disposal which the world has never known before. (Francis Schaeffer How Should We Then Live? 1976)

La tyrannie consiste au désir de domination, universel et hors de son ordre. (Pascal - Pensées 332.)

"That shows you're still in the nursery, lovey," said Miss Hardcastle. "Haven't you yet realised that it's the other way round?"
"How do you mean?"
"Why you fool, it's the educated reader who can be gulled. All our difficulty comes with the others. When did you meet a workman who believes the papers? He takes it for granted that they're all propaganda and skips the leading articles. He buys his paper for the football results and the little paragraphs about girls falling out of windows and corpses found in Mayfair flats. He is our problem. We have to recondition him. But the educated public, the people who read the highbrow weeklies, don't need reconditioning. They're all right already. They'll believe anything."
(CS Lewis - The Hideous Strength)

I must, of course, admit that the actual state of affairs may sometimes be so bad that a man is tempted to risk change even by revolutionary methods; to say that desperate diseases require desperate remedies and that necessity knows no law. But to yield to this temptation is, I think, fatal. It is under that pretext that every abomination enters. Hitler, the Machiavellian Prince, the Inquisition, the Witch Doctor, all claimed to be necessary. (p. 81.)
C. S. Lewis (2002) Of Other Worlds: Essays and Stories. Mariner Books 168 p.

Computers and the Web are the New Alchemy. (Gosselin - 2017)

Private information


Dossiers

Apple

Automobiles (collection de données)

Cloud Computing (données sur serveurs et synchonisation de données entre appareils)

Microsoft

Google

Le monde financier de Big Brother

L'Internet de Big Brother

Ordis trop 'smart'...

Smart Phones

Smart Gadgets.

Smart TVs

SmartPlaces

Weird AI



 La dérappe du webmestre

Je suis sur Internet depuis le début des années 90. À cette époque l'atmosphère était plutôt bon enfant, comme un club de copains, souvent prêts à s'entraider. Évidemment il subsiste encore quelques traces de cet esprit. Mais depuis, il est clair que les choses ont changées. Je me souviens du choc lorsque je reçu pour la première fois un spam, un courriel non sollicité... Ouais, manifestement le serpent est entré dans le Jardin... Aujourd'hui pratiquement toutes les grandes entreprises soit produisant des appareils branchés ou contrôlant la transmission d'information prennent pour acquis que c'est leur droit de récolter vos données personnels et de les exploiter comme bon leur semble. Lorsque vous vous inscrivez au service XYZ, lisez seulement cette entente avec l'usager que personne ne lit... Et lorsque ces grandes entreprises se font pincés avec un scandale, on se fait rassurant, marketing auprès des usagers; "Tous les bugs ont été réglés, tout va bien. On se soucie de votre sécurité". Blah, bla, bla... On est forcé de constater que nous sommes dirigés/gérés par des gens pour qui la vie privée ne signifie strictement RIEN, et aussi par des hypocrites qui clament haut et fort qu'ils sont "pour" la liberté d'expression.

Il ne faut pas perdre de vue que l'Internet est à la fois un médium TRES puissant et TRES convoité, mais puisqu'il est décentralisé, il est difficile à contrôler. Une méthode employée aussi bien par les régimes communistes, comme la Chine ou la Corée du nord, ainsi que bon nombre pays musulmans, est de prendre le contrôle (directement ou non) des ISP (fournisseurs de services Internet) et d'installer des filtres pour le web, limitant en amont, selon les intérêts idéologiques du régime, le contenu que peut voir les internautes branchés sur le réseau de ce pays. Mais le désavantage de cette méthode est qu'il s'agit d'une méthode brutale et explicite, attirant immédiatement l'attention des usagers (et pouvant les motiver à le combattre). Cette méthode ouverte et non-dissimulée cultive donc ses propres ennemis (et sa défaite éventuelle).

Une approche différente pour le contrôle de l'Internet a été proposée par notre ami Google. En 2011 Google annonçait la sortie du Cr 48, premier prototype de netbook tournant sous Chrome OS. Avec cet OS d’un nouveau genre vos applications, vos fichiers, vos données, etc. sont déplacées sur le Web, votre ordinateur n’est plus qu’un terminal permettant d’y avoir accès. En somme, vous donnez toutes vos données à Google!

Il est inévitable que certains groupes puissent être intéressés à contrôler le web ou du moins savoir ce que font les usagers, mais en songeant à des méthodes moins brutales, c'est-à-dire plus subtiles, plus marketing. Évidemment il ne faut pas supposer que tous les propagandistes du Cloud soient des suppôts de Big Brother, voulant contrôler tous nos gestes et épier chaque parole. En général, ces gens ne cherchent qu'à gagner leur vie, rien de plus (mais sans trop se poser trop de questions, évidemment). Ce qui importe est de prendre du recul sur les acteurs individuels et réfléchir aux conséquences plus larges et à plus long terme, si le "cloud computing" devait devenir généralisé (ou combiné à d’autres moyens de contrôle). Que l'information qui circule sur Internet passe par des structures de plus en plus centralisées peut être intéressant et utile pour certaines personnes...

Ce qui suit il faut l'avouer est une collection assez hétéroclite d'observations et de liens web. Le but n'est pas une analyse détaillée du phénomène, mais de rassembler diverses éléments et de les mettre en parallèle afin de démarrer une réflexion sur un phénomène, très large et très important et manifestement en croissance.